AccueilKurdistanBakurRSF demande la libération de 25 journalistes kurdes emprisonnés en Turquie

RSF demande la libération de 25 journalistes kurdes emprisonnés en Turquie

Reporters sans frontières appelle la Turquie à libérer les journalistes kurdes emprisonnés depuis six mois ou à dresser immédiatement des actes d’accusation.

Au cours des six derniers mois, le régime turc a emprisonné 25 journalistes kurdes. Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités turques à dresser immédiatement des actes d’accusation ou à libérer les journalistes emprisonnés. « Il ne doit plus y avoir d’arrestations arbitraires de travailleurs des médias », écrit RSF.

Au cours de l’année 2022, il y a eu deux arrestations massives de journalistes en Turquie, une en juin et une en octobre. Lors du premier raid, le 8 juin, la police de la province de Diyarbakir (Amed) a arrêté un total de 20 travailleurs des médias kurdes. Alors que quatre d’entre eux sont désormais en liberté, 16 restent derrière les barreaux. Avant même que le parquet ne dresse des actes d’accusation contre ces journalistes, onze autres travailleurs des médias kurdes ont été arrêtés lors d’un deuxième raid le 25 octobre. Deux d’entre eux ont été libérés peu de temps après, mais neuf d’entre eux restent en prison.

Cela signifie que 25 journalistes kurdes ont été arrêtés en Turquie au cours des six derniers mois. Selon RSF, il y a actuellement 33 professionnels des médias derrière les barreaux en Turquie.

« La politique instrumentalise le judiciaire »

« Six ans après la tentative de coup d’État et juste avant les élections de juin prochain, le régime turc revient à sa pratique agressive d’emprisonnement massif de journalistes. Les politiciens utilisent la justice comme un instrument pour faire pression sur la communauté kurde et les médias kurdes », déclare Christian Mihr, directeur général de RSF. « Enfermer des travailleurs des médias pendant des mois sans condamnation ni inculpation est totalement inacceptable. »

Avec cette vague d’arrestations, la Turquie se rapproche à nouveau des temps de 2016 à 2018, explique RSF : « Le pays était à l’époque en état d’urgence. Un contexte était le succès électoral du HDP pro-kurde en 2015, lorsque le parti au pouvoir AKP a perdu sa majorité absolue, incitant le président Recep Tayyip Erdogan à mettre fin unilatéralement aux négociations de paix avec le Parti des travailleurs kurdes PKK. Erdogan et l’UE classent le PKK comme terroriste. Sous prétexte d’agir contre le terrorisme, la Turquie s’attaque également depuis des années aux parties légales du mouvement kurde et à la population civile. Cela va de pair avec une répression de grande envergure contre les médias critiques, les universitaires et les organisations de défense des droits humains. »

Six mois de prison sans procès verbaux

Concernant le contexte des arrestations, RSF rapporte : « Seize des vingt journalistes qui travaillent pour des médias kurdes et qui ont été arrêtés en juin sont accusés d’appartenir à une organisation terroriste. Plus précisément, les autorités affirment que les travailleurs des médias font partie du Parti des travailleurs kurdes PKK. »

Les journalistes emprisonnés sont Serdar Altan, co-président de l’association Dicle et Firat Journalists Association (DFG) ; Safiye Alagas, directrice de l’agence de presse féminine JinNews ; Mehmet Ali Ertas, rédacteur en chef du site Xwebûn ; Aziz Oruc, rédacteur en chef de l’ Agence Mezopotamya ( MA ); ainsi que Zeynel Abidin Bulut, Omer Celik, Mazlum Dogan Güler, İbrahim Koyuncu, Nese Toprak, Elif Üngür, Abdurrahman Oncü, Suat Doguhan, Remziye Temel, Ramazan Geciken, Ayse Kara, Lezgin Akdeniz et Mehmet Sahin.

Selon leurs avocats, rejoints par RSF, ils ont été interrogés lors de leur interrogatoire sur leur « lien » présumé avec des médias pro-PKK basés en Europe. Leurs activités sur les réseaux sociaux, leurs relations avec leurs collègues, leur approche de la « question kurde », leur définition de la « guerre » pour les affrontements au nord de l’Irak et à la frontière syrienne ont également été interrogés.

Au sixième mois de leur arrestation, ils n’ont pas encore eu de procès et aucun acte d’accusation n’a été dressé contre eux.

Activités journalistiques criminalisées

Le 25 octobre, dix autres journalistes kurdes ont été arrêtés à Ankara, la capitale turque, avec les mêmes accusations. Des journalistes de l’ agence Mezopotamya ( MA ) et de JinNews , la rédactrice en chef de MA Diren Yurtsever, les journalistes de MA Berivan Altan, Deniz Nazlim, Selman Güzelyüz, Hakan Yalcın, Ceylan Sahinli, Emrullah Acar et les journalistes de l’agence féminine JinNews Habibe Eren et Öznur Değer ont été arrêtés le 29 octobre. Mehmet Günhan, qui a été stagiaire à MA pendant un certain temps, a été libéré sous condition de contrôle judiciaire.

Au cours de leur audition devant le tribunal, les journalistes ont été interrogés sur leur appartenance à l’Association des journalistes Dicle et Firat (DFG), leurs actualités, leurs relations avec les médias, leurs publications sur les réseaux sociaux et leurs voyages. On leur a demandé de qui ils recevaient des instructions pour faire leurs nouvelles.

La Turquie est classée 149e sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse 2022 de RSF.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici