AccueilKurdistanRojavaROJAVA. Le Conseil des femmes de la Syrie du N-E travaille au...

ROJAVA. Le Conseil des femmes de la Syrie du N-E travaille au milieu d’attaques et menaces d’invasion

SYRIE / ROJAVA – Les attaques turques et l’embargo du régime syrien ciblant les Kurdes syriens affectent le travail des instances de défense des droits des femmes également. Stêr Qasim, membre de la coordination du conseil des femmes du nord et de l’est de la Syrie, a accordé une interview sur le travail du conseil dans des conditions difficiles et leurs réalisations ainsi que les projets retardés.

Le Conseil des femmes du nord et de l’est de la Syrie regroupant 53 organisations, ONG et partis féminins différents, a pu mener des activités importantes malgré les conditions difficiles causées par les attaques et menaces de l’occupation de l’État turc, l’embargo et la siège par le gouvernement syrien. Dans une interview accordée à ANF, Stêr Qasim, membre de la coordination du Conseil des femmes du nord et de l’est de la Syrie, revient sur les réalisations et les objectifs qui n’ont pas été atteints dans son bilan annuel. En vue du deuxième congrès du Conseil des femmes syriennes du nord-est prévu en 2023, elle a réaffirmé la détermination des femmes à faire un travail encore plus complet dans l’année à venir.

En tant que Conseil des femmes du nord et de l’est de la Syrie, comment évaluez-vous les progrès réalisés dans la lutte des femmes pour leurs droits ?

La lutte des femmes est une lutte constante. Malgré de vastes mesures, la violence à l’égard des femmes et les inégalités dans la société persistent. Mais la ténacité des femmes à lutter pour leurs droits a contribué à apporter des améliorations. Une réalisation importante est la loi 1325. Bien sûr, malgré toutes les décisions et lois, la violence contre les femmes et l’injustice sociale n’ont pas simplement cessé. Comme vous le savez, notre région est en guerre depuis plus de dix ans. Même avant cela, il y avait un manque de droits des femmes en Syrie, et la violence contre les femmes était monnaie courante. Pendant la guerre, qui a duré plus de dix ans, les femmes ont été à bien des égards encore plus touchées par la violence et ont été contraintes de migrer. Beaucoup ont quitté leur pays après l’occupation turque et ont cherché refuge dans des camps de réfugiés. Cela s’est accompagné d’un appauvrissement économique. La pression sur les femmes dans la société et à la maison a continué d’augmenter. Les conditions de guerre, d’appauvrissement et de chaos ont accru la violence contre les femmes.

En réponse, nous avons élaboré une loi qui est entrée en vigueur en 2014, garantissant les droits des femmes. Dans le prolongement de cette loi, nous avons signé cette année la loi sur la famille. Nous considérons la famille comme la pierre angulaire de la société. La loi a formalisé les droits des femmes dans la région et est devenue une base importante pour assurer la justice sociale. Des articles ont été établis pour garantir l’égalité et la justice et pour empêcher le mariage des enfants, et en vertu de ces articles, la reconstruction de la région a été abordée.

Êtes-vous satisfaite des résultats de votre travail ?

Cette année, nous avions un programme très chargé. Nous avons beaucoup avancé, mais il y avait aussi des projets qui sont restés inachevés cette année, des sujets qui n’ont pas pu être suffisamment traités. Mais compte tenu des attaques et des menaces de l’État turc d’une part et de la menace posée par les gangs terroristes islamistes d’autre part, je peux dire que le niveau de notre lutte s’est amélioré.

Quels projets avez-vous réalisés en 2022 ?

Le droit de la famille a été un grand succès pour nous, c’était notre projet le plus important. Sous la devise « Les femmes en Syrie souffrent de l’occupation de l’Etat turc », nous avons lancé le 24 mars une conférence des femmes pour tout le Moyen-Orient. Une guerre massive fait rage dans la région et les droits de l’homme sont quotidiennement bafoués. C’est pourquoi il est important de rendre compte de l’atmosphère de guerre et de l’environnement destructeur qu’elle crée. Dans ce cadre, nous avons eu des entretiens avec des délégations françaises et américaines. (…) De nombreuses tables rondes ont été organisées en faveur des femmes au Moyen-Orient et dans le monde. Il y a eu des réunions pour tendre la main aux femmes en Syrie, notre dialogue s’est amélioré par rapport à l’année dernière.

Les féminicides et les mariages d’enfants sont toujours à l’ordre du jour dans la région. En tant que conseil des femmes, quel combat avez-vous mené contre la mentalité dominée par les hommes et contre ce bilan effroyable, et ce combat est-il suffisant ?

Notre conseil, dans lequel sont représentées 53 organisations féminines, des ONG et les conseils de femmes des partis politiques, mène de nombreuses activités communes. Le plus important d’entre eux est la poursuite de la lutte contre la mentalité dominée par les hommes. L’éducation joue un rôle clé dans le changement de cette mentalité. Toutes les organisations de femmes de la région ont organisé une éducation féministe pour les hommes. En fait, cela aussi a été un succès. Participer aux opportunités éducatives pour réfléchir sur soi, questionner et même nommer la mentalité masculine est un grand pas. La loi sur la famille réglemente le dialogue entre hommes et femmes et la communication au sein de la famille.

Quels efforts avez-vous faits dans le domaine de l’éducation ?

Les activités éducatives du mouvement des femmes dans le nord et l’est de la Syrie sont menées avec nous en tant que conseil des femmes. Nous nous concentrons sur l’éducation dans les domaines du droit, de la politique et de la société. Certaines de nos camarades font des recherches et élaborent de nouvelles lois. De plus, à notre avis, la formation des familles est importante pour la construction de la nouvelle société.

En raison de la guerre, il y a une migration interne en cours. Des milliers de femmes vivent dans des camps de réfugiés. Pouvez-vous joindre les femmes là-bas?

Même si nous ne pouvons pas communiquer directement les unes avec les autres, les problèmes, les difficultés et les souffrances auxquelles sont confrontées les femmes dans les camps nous sont transmis par les militantes locales. Nous les adressons ensuite aux délégations que j’ai mentionnées dans le cadre des activités diplomatiques, et des solutions sont recherchées. Les conditions de vie dans les camps montrent l’échec des puissances internationales. Prendre des mesures concrètes contre cela est l’une de nos principales préoccupations. Cependant, notre objectif premier est de permettre aux personnes, en particulier les femmes et les enfants, qui ont été forcées de quitter leur pays et qui vivent maintenant dans des camps, de rentrer chez elles en libérant les territoires occupés et en mettant fin aux crimes de guerre.

Il y a aussi une tendance croissante à fuir à l’étranger, surtout chez les jeunes. Récemment, de plus en plus de jeunes femmes ont été envoyées à l’étranger par leurs familles pour s’y marier. Qu’est ce que vous faites à propos de cela?

Le thème de la fuite ne se limite pas à notre région. Dans chaque pays en guerre, il y a des migrations à l’étranger. Dans toute région menacée d’attaque, il y a des problèmes économiques, psychologiques et sociaux. Cela se reflète également dans le problème du mariage d’enfants. Les familles croient que cela sauvera leurs enfants de cet environnement problématique et leur créera ainsi un soi-disant bon avenir. Nous sommes absolument contre cette pratique et ne pensons pas qu’il soit juste que les familles préfèrent cette voie, même si elles doivent lutter contre la situation existante. Le Conseil des femmes et l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie devraient être en mesure de développer des solutions à cet égard. Beaucoup de femmes ne sont pas encore conscientes de leurs droits, tâches et devoirs au sein de la société. Dans ce contexte, nous devons également mener une réflexion critique sur nous-mêmes. Avec l’adoption de la loi sur la famille, nous avons traduit notre autocritique en actions pratiques, mais cela ne suffit pas.

Comment vous préparez-vous pour la nouvelle année ?

Lors du deuxième congrès du Conseil des femmes du nord et de l’est de la Syrie, nous aurons une discussion approfondie sur ce que nous avons réalisé et ce que nous n’avons pas réalisé en 2022. En regardant l’année 2022, nous nous demanderons de manière critique pourquoi tous les projets n’ont pas été mis en pratique. Bien sûr, nous avons de nouveaux plans et projets pour 2023 dont nous discuterons en détail lors du congrès.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici