AccueilMoyen-OrientIranIRAN. Incapable d'endiguer les protestations, le régime iranien se tourne vers les...

IRAN. Incapable d’endiguer les protestations, le régime iranien se tourne vers les exécutions

IRAN – Incapable d’endiguer les protestations anti-régime, les mollahs iraniens cherchent leur salut dans l’exécution massive des manifestants (principalement kurdes et baloutches) qu’ils arrêtent et torturent en attendant de les exécuter. Ils ont condamné à mort plus de 30 manifestants jusqu’à présent et exécuté deux d’entre eux. D’autres manifestants risquent également la peine de mort prononcée lors de procès fictifs, sans que les accusés aient droit à un avocat.

Depuis le 16 septembre, date à laquelle les manifestations antigouvernementales de masse ont commencé au Kurdistan oriental et en Iran contre le meurtre de la femme kurde Jina Mahsa Amini, près de 19 000 manifestants ont été arrêtés et des centaines de citoyens ont été arrêtés par le régime iranien. On ne sait toujours pas où se trouvent une myriade de manifestants.

Le régime iranien utilise la peine de mort pour intimider et réprimer les manifestants. Plus de 30 manifestants ont été condamnés à mort jusqu’à présent. Les manifestants Mohsen Shekari et Majid Reza Rehneverdi ont déjà été exécutés.

Les condamnés à mort sont poursuivis pour « meurtre des forces de l’État, guerre contre Dieu, propagation de la corruption sur terre, rébellion armée contre l’État et insulte au prophète ».

26 manifestants susceptibles d’être exécutés très prochainement 

Selon le rapport d’Amnesty International sur les exécutions, 26 manifestants arrêtés lors des manifestations pourraient être exécutés prochainement.

Les noms de 6 manifestants du Kurdistan oriental qui risquent la peine de mort sont les suivants : Ferzad et Ferhad Tahazade, Karwan Sahi Pervane, Reza Islam Dost, Hejar Hamid et Shahram Mehrud Mela.

Selon les informations obtenues, un tribunal a prononcé une condamnation à mort pour ces six prisonniers kurdes par contumace. On ne sait pas non plus où ils ont été emmenés une fois enlevés de la prison d’Urmiye. On craint qu’ils soient exécutés secrètement.

Trois chanteurs de rap Saman Yasin, Tomac Salihi et Behram Ali Kendi figurent parmi les condamnés à mort.

Saman Yasin, rappeur kurde originaire de Kermanchah (Kirmaşan), est accusé de « faire la guerre à Dieu et de répandre la corruption sur terre ».

Les manifestations qui ont eu lieu lors du 40e jour de deuil d’Hedis Cebafi à Kerec en janvier ont entraîné la peine de mort pour les manifestants. Hamid Qerehesenli, Muhammed Mehdi Keremi, Said Muhammed Heseni, Hüseyin Muhammed et Reza Ariya, qui ont été arrêtés à la suite des manifestations, sont accusés d’avoir tué Rulaha Ecem, un membre des forces paramilitaires pro-gouvernementales Basij civil qui avait infiltré une manifestation.

TROIS FEMMES CONDAMNÉES À MORT

En outre, trois femmes nommées Mesha Muhamed, Fehime Kerim et Farzane Qerehawslu figurent parmi les condamnées à mort.

Mesha Mohammed est accusé d’avoir insulté le prophète. Fehime Kerimi, qui a été arrêté au Pakistan, est entraîneuse de volleyball. Hamid Qerehesnli et sa femme, Farzane Qerehesenli, tous deux agents de santé, sont accusés d’avoir aidé à tuer un membre du Basij déguisé en civil à Kerec.

Deux activistes, Milan Armun et Nestu Nikxa, risquent la peine de mort pour avoir prétendument tué un membre du Basij dans la région d’Ikbatan.

3 JOUEURS DE FOOTBALL CONDAMNÉS À MORT

Trois footballeurs, Emir Nasir Azadani, Said Yaqub et Salih Mir Haiim, ont été condamnés à mort pour avoir prétendument tué un policier et deux détenus à Ispahan.

Les noms des personnes condamnées à mort sont : Sehend Nurmiheme Zade, Mahan Sedaret Mern, Menuçher Mehman Newaz, Muhammed Berxun, Muhammed Qubadlu, Ebulfazil Mehrî Hüseyin Haci, Muhsin Rezazzadei Qeraqlu, Said Şirazi et Ekber Xefari.

CRIMES MENANT À LA PEINE DE MORT

La guerre contre Dieu et la propagation de la corruption ont été adaptées au système judiciaire iranien en 1982 et ont ensuite été reconnues comme un acte criminel dans le Code pénal islamique en 1990.

D’autres crimes dans la loi islamique iranienne comprennent « l’utilisation d’armes pour intimider le peuple, la rébellion armée contre l’État, la planification du renversement de l’État et le vol à main armée ». Ceux qui commettent ces crimes sont passibles de la peine de mort, de l’amputation ou de la déportation conformément au droit pénal iranien. Ces peines sont prononcées selon l’appréciation du juge.

Selon l’article 286 du code pénal iranien, adopté en 2011, les délits de propagation de la corruption sont considérés comme relevant des « crimes qui concernent la sécurité publique du pays, perturbent la sécurité, portent atteinte aux personnes, aux biens publics et privés ».

Les crimes contre la sécurité intérieure et extérieure du pays, l’administration de pots-de-vin, la perturbation du fonctionnement du pays, la perturbation du système économique du pays, l’incendie criminel, la destruction, la distribution de substances toxiques et dangereuses et la vente d’armes sont définis comme des exemples de crimes de propagation de la corruption.

La rébellion armée contre les autorités est également considérée comme un crime. Le régime iranien affirme que les militants qui prennent les armes contre l’État doivent être condamnés à mort et que ceux qui n’utilisent pas d’armes doivent être condamnés à la prison.

Selon l’article 262 du code pénal iranien, si une personne insulte le prophète de l’islam ou d’autres prophètes, elle est condamnée à mort. Cependant, si la personne est ivre ou si le sens de ses paroles ne peut être déterminé, la peine de mort ne sera pas prononcée.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici