AccueilEnfantsTURQUIE. Le scandale du "mariage" d'une fillette de six ans secoue le...

TURQUIE. Le scandale du « mariage » d’une fillette de six ans secoue le régime islamiste turc

En Turquie, les révélations d’une femme de 24 ans mariée à l’âge de six ans à un homme de 29 ans ont provoqué l’indignation populaire et rappellent l’enfer vécu par des milliers de fillettes dans les milieux salafistes turcs qui sont mariées de force des années avant leur majorité et dont certaines donnent naissance à des bébés, fruits de viols répétés.

Un cas choquant de maltraitance d’enfants secoue actuellement la Turquie. La victime est une femme de 24 ans qui aurait été forcée de se marier à l’âge de six ans avec un homme beaucoup plus âgé. Vendredi dernier, un tribunal pénal d’Istanbul a accepté l’acte d’accusation pour viol sur mineur.

L’affaire est devenue publique après que la femme concernée a porté plainte et que le journaliste Timur Soykan en a parlé dans le quotidien BirGün. Kadir Istekli, « l’ex-mari » de la femme connue sous les initiales « HKG » dans les médias, et ses parents sont accusés. Elle accuse son propre père, Yusuf Ziya Gümüşel, membre influent de la communauté islamiste Ismail Ağa et fondateur de la Fondation Hiranur affiliée à l’AKP, de l’avoir forcée à épouser un autre membre en 2004. Les parents sont accusés d’avoir toléré la violence sexuelle subie par leur fille.

C’est le père personnellement qui a arrangé le soi-disant mariage religieux entre sa fille de six ans et le « mari » alors âgé de 29 ans, qui travaillait comme hodscha (professeur de coran) dans la madrasa de la fondation. Selon l’acte d’accusation, Istekli aurait alors infligé des violences physiques et sexuelles à l’enfant. Lorsqu’elle avait 14 ans, le « mariage » était célébré. Dès lors, HKG a vécu sous un même toit avec Istekli.

Un médecin vigilant d’une polyclinique d’Istanbul avait appelé la police après avoir examiné la jeune fille emmenée pour de graves douleurs menstruelles en 2012. La famille a prétendu que la fillette était adulte, contrairement à l’acte de naissance. Le procureur chargé de l’affaire à l’époque a ordonné un examen osseux, mais les parents ont envoyé une proche de 21 ans pour le prélèvement osseux afin de cacher leur mensonge. L’affaire a ainsi été classée. À 17 ans, HKG est tombée enceinte et a donné naissance à un fils. Quand elle a eu 18 ans, elle a été légalement mariée.

Selon l’acte d’accusation, HKG a contacté le procureur fin novembre 2020. Le mariage venait de se terminer par un divorce. Il y a des photos qui la montrent à six ans dans une robe de mariée. Les parents ont déclaré que les photos avaient été prises lors d’une cérémonie de remise des diplômes du Coran. Le procureur de la République requiert jusqu’à 67 ans de prison pour Kadir Istekli. Au moins 27 ans de prison sont requis contre Yusuf Ziya Gümüşel et Fatma Gümüşel, parents de la fillette.

« J’ai seulement compris que ce n’est pas normal d’être mariée à six ans quand j’ai fait des recherches sur mon téléphone portable » a déclaré la jeune femme, aujourd’hui âgée de 24 ans. Selon les médias, le ministère turc du travail, des affaires sociales et de la famille est co-demandeur. Mais le bureau dirigé par la politicienne de l’AKP, Derya Yanık, a pris connaissance de l’affaire en 2020. Samedi soir, lors d’un débat sur le budget au parlement turc, Yanık a provoqué un véritable scandale en déclarant, visiblement outrée par les protestations des partis d’opposition HDP, TIP et CHP, que l’État avait pris en charge la jeune victime.

« Nous permettons à la victime de suivre une formation professionnelle et un cours d’anglais. Cela lui permet d’avoir une vie indépendante. Nous faisons ce qui est nécessaire pour garder la localisation absolument secrète. » Aucun mot sur la raison pour laquelle le rapport du ministère n’est sorti que maintenant et pas des années plus tôt.

La vice-présidente du groupe parlementaire du parti HDP « pro-kurde », Meral Danış Beştaş, a immédiatement demandé à Yanık de démissionner de son poste de ministre de la Famille et des Affaires sociales. « Dans d’autres pays, les gouvernements démissionneraient en bloc après un scandale de cette ampleur. En Turquie, une ministre de la famille se vante d’avoir donné à une jeune femme, mariée de force à l’âge de six ans, un apprentissage. Au lieu de lutter contre la maltraitance des enfants, vous protégez les auteurs. »

La communauté islamiste Ismail Ağa est étroitement liée à l’AKP. C’est peut-être aussi la raison pour laquelle le parti au pouvoir du président Recep Tayyip Erdogan a mis plusieurs jours à commenter – bien que ce sujet fasse l’objet de débats houleux en Turquie depuis des jours. Le porte-parole de l’AKP, Ömer Çelik, a critiqué la « maltraitance des enfants » en général, mais n’a pas mentionné la communauté Ismail Ağa. Une plainte avait été déposée auprès du Conseil suprême des juges et des procureurs (HSYK) contre le procureur qui traitait l’affaire pour la première fois.

La communauté Ismail Ağa est l’une des plus grandes communautés sunnites orthodoxes de Turquie. Nommée d’après la mosquée Ismail Ağa, elle a été fondée au début des années 1980 par l’imam Mahmut Ustaosmanoğlu, qui l’a dirigée pendant 42 ans. La communauté compte environ 100 000 adeptes et est basée dans le quartier de Çarşamba à Istanbul. Dans les écoles coraniques, ses propres médias et les écoles privées de tout le pays, elle s’attaque à la laïcité, c’est-à-dire la séparation de l’État et de la religion. L’objectif autoproclamé de la communauté est « de présenter à l’humanité la lumière de l’islam sous sa forme la plus brillante et la plus vibrante sous la direction de Notre Sainteté Mahmud Efendi (Kuddise Sirruhu) dans la quête éternelle de la paix pour l’humanité » .

Mahmut Ustaosmanoğlu est décédé en juin à l’âge de 93 ans. Lors de ses funérailles – dont les femmes étaient exclues – Erdogan a assisté et a également porté le cercueil. De plus, une nécrologie a été publiée à son nom dans plusieurs journaux turcs. Meral Danış Beştaş et toutes les femmes membres du groupe HDP au Parlement turc ont soumis une série de questions écrites aux ministères de la Justice, de la Famille, de la Santé et de la Culture sur l’affaire HKG. L’une d’elles se lit comme suit : « Pour quels motifs plusieurs demandes du parquet d’Istanbul visant à délivrer des mandats d’arrêt contre Kadir Istekli ainsi que Fatma et Yusuf Ziya Gümüşel ont-elles été rejetées par le tribunal pénal compétent ? » Aucune réponse n’a encore été reçue.

ANF

1 COMMENTAIRE

  1. L islam dans toute son horreur , son obscurantisme, son crétinisme, ses mœurs à la fois criminelles et débiles

    Et dire qu on laisse se développer ce cancer barbare et totalitaire en Occident

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici