AccueilKurdistanRojavaLes Kurdes ont besoin d'aide pour la paix au Moyen-Orient

Les Kurdes ont besoin d’aide pour la paix au Moyen-Orient

« Nous [Kurdes] ne demandons à personne de se battre pour nous. Mon peuple est toujours là parce que nous avons résisté seuls d’innombrables fois auparavant. S’il le faut, nous résisterons à nouveau. Ce que nous demandons, c’est que le monde soit avec nous dans une tâche plus difficile : la paix »

Mazloum Abdi, commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS), a publié une tribune sur le site de Washington Post, demandant aux responsables américains d’être aux côtés des Kurdes syriens alors qu’ils sont menacés d’extermination par la Turquie, déclarant qu’ils ont besoin du soutien de la communauté internationale pour instaurer la paix dans la région.

Voici la tribune de Mazloum Abdi:

Nous sommes l’allié le plus fidèle de l’Amérique en Syrie. Ne nous oubliez pas.

En 2014, le monde a entendu parler de ma ville natale, Kobané, et de mon peuple, les Kurdes syriens, lorsque nous avons infligé à l’État islamique sa première défaite majeure en partenariat avec les États-Unis et la Coalition mondiale. Les alliances que nous y avons forgées ont conduit à la fin du califat de l’Etat islamique en 2019.

Aujourd’hui, Kobanê est à nouveau menacé – et tous les gains de ces partenariats sont également en danger.

Cette fois, la menace ne vient pas de la terreur de l’État islamique, mais d’un allié des États-Unis et d’un membre de l’OTAN. Pendant plus d’une semaine, le gouvernement du président turc Recep Tayyip Erdogan a fait pleuvoir des bombes sur nos villes, tuant des civils, détruisant des infrastructures civiles essentielles et ciblant les Forces démocratiques syriennes qui s’efforcent de contenir l’EIIS.

Pour les habitants de notre région, la défaite militaire de l’État islamique n’a jamais été notre seul objectif. À chaque étape de notre lutte contre le groupe terroriste sur le champ de bataille, nous avons pris des mesures pour écraser l’idéologie derrière lui en construisant un système basé sur l’inclusion, le pluralisme et l’égalité. À Raqqa, par exemple, où Abu Bakr al-Baghdadi régnait autrefois sur le territoire de l’EIIS, les femmes syriennes sont désormais des leaders de premier plan.

En 2015, nous avons créé les Forces démocratiques syriennes, une coalition de Kurdes, d’Arabes et d’Assyriens déterminés à vaincre l’État islamique. Dans chaque ville que nous avons libérée, notre peuple a mis en place des administrations locales qui, pour la première fois en Syrie, représentaient toutes les ethnies et religions et donnaient aux femmes un pouvoir égal.

Nous avons parfois été critiqués pour ne pas respecter les normes démocratiques occidentales. Notre système n’est pas parfait : nous avons dû le construire alors que nous étions en guerre pour notre existence et sous un blocus économique écrasant.

Mais en termes de qualité de gouvernance et de sécurité que nous avons pu fournir, nous avons surpassé toutes les autres autorités en Syrie – et rien de tout cela n’aurait été possible sans la victoire à Kobané et le soutien international à notre résistance qu’elle a apporté.

Aujourd’hui, l’ offensive turque contre notre région remet tout cela sous une menace renouvelée.

Une frappe dans la ville frontalière de Derik, qui abrite des Kurdes, des Yézidis et des chrétiens, a tué plus de 10 civils. Un autre a ciblé la base près de la ville de Hasakah, où je travaille avec les États-Unis pour planifier des opérations contre l’EI, frappant à quelques centaines de mètres des forces américaines. Je crois que c’était un attentat contre ma vie : la Turquie a assassiné plusieurs de mes collègues des FDS et de notre administration cette année.

Ajoutant à la terreur et au chaos de la campagne de bombardement, Erdogan continue de menacer d’ une invasion terrestre de notre territoire. Nous savons quelles seront les conséquences d’une telle attaque, car la Turquie l’a déjà fait deux fois.

Les invasions turques d’Afrin en 2018 et de Ras al-Ayn [Serê Kanîyê] et Tal Abyad en 2019 ont déplacé des centaines de milliers de personnes et perturbé la lutte mondiale contre l’État islamique. Après des années de domination turque, ces régions sont désormais tristement célèbres pour le chaos, l’instabilité, les luttes intestines et la présence d’extrémistes.

Là où notre administration protégeait autrefois la coexistence ethnique, la liberté religieuse et les droits des femmes, les forces turques et les milices soutenues par la Turquie commettent des abus indicibles contre les minorités ethniques et religieuses et les femmes en toute impunité.

Sous notre administration, Afrin était la seule partie du nord-ouest de la Syrie épargnée par les islamistes radicaux. Depuis que la zone est passée sous contrôle turc, des groupes affiliés à al-Qaïda opèrent librement sur son territoire. Cet été, une frappe de drone américain a tué Maher al-Agal, l’un des principaux dirigeants de l’Etat islamique, là-bas.

La Turquie ne menace pas notre peuple et la sécurité et la stabilité pour lesquelles nous avons tant sacrifié à cause de tout ce que nous avons fait. Comme prétexte de guerre, Erdogan a accusé nos forces d’être impliquées dans un attentat meurtrier à Istanbul. Permettez-moi d’être clair : nous déplorons et condamnons cet acte de terreur, rejetons toutes les accusations d’implication et présentons à nouveau nos condoléances aux victimes. Nous réitérons notre appel à une enquête et sommes prêts à aider si une enquête a lieu.

Nous ne demandons à personne de se battre pour nous. Mon peuple est toujours là parce que nous avons résisté seuls d’innombrables fois auparavant. S’il le faut, nous résisterons à nouveau. Ce que nous demandons, c’est que le monde soit avec nous dans une tâche plus difficile: la paix.

Nous croyons que les racines des conflits qui ont causé tant de douleur et de souffrance dans notre région sont politiques. Il n’y a pas de haine inhérente entre les Kurdes et les Turcs : les dirigeants turcs ont fait le choix politique de considérer les Kurdes comme une menace pour la sécurité et de nous priver de nos droits démocratiques fondamentaux. Dans le passé, Erdogan a négocié avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) pour mettre fin au conflit armé entre le groupe et l’État turc et résoudre la question kurde par des moyens pacifiques.

Lorsque ces pourparlers avaient lieu, nous vivions en paix avec nos voisins turcs. S’ils devaient redémarrer, nous serions en mesure de le faire à nouveau.

Et quand notre région a été menacée en 2019, le PKK a proposé, dans ce même journal, de s’asseoir et de chercher une solution politique. L’appel est resté sans réponse et la Turquie a envahi et occupé deux de nos villes quelques mois plus tard.

Si la communauté internationale s’était fermement opposée à une invasion turque et s’était prononcée en faveur de la paix, les choses auraient pu se passer très différemment. Bien que personne ne puisse remonter le temps, nous pouvons apprendre des tragédies du passé.

Nous déclarons que nous sommes prêts à jouer un rôle utile pour relancer ces pourparlers et parvenir à la paix que nous recherchons. Nous appelons la communauté internationale à prendre immédiatement des mesures concrètes pour empêcher une invasion turque et promouvoir une solution politique au conflit kurde basée sur la démocratie, la coexistence et l’égalité des droits. L’existence de notre peuple et la sécurité de la région en dépendent.

La version originale à lire ici: We’re America’s most loyal ally in Syria. Don’t forget us.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici