AccueilKurdistanL'importance du Croissant kurde pour la sécurité et la stabilité du Moyen-Orient

L’importance du Croissant kurde pour la sécurité et la stabilité du Moyen-Orient

Alors que les Kurdes sont pris en étau entre la Turquie et l’Iran, un ancien universitaire kurde déclare qu’un Kurdistan libre serait une zone tampon de sécurité et de stabilité entre les nations sunnites et chiites du Moyen-Orient.

Chaque nation a le droit d’avoir une identité unifiée. Certains ont une identité unifiée sous l’égide du nationalisme ; d’autres l’ont par religion ou intérêts économiques. Par exemple, les États arabes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord s’identifient comme « Watan al Arabi », la patrie arabe. Dans le même temps, l’Union européenne a son identité sous l’égide d’une union économique.

La plupart des nations islamiques sont divisées entre sunnites et chiites, créant des axes différents. Le croissant sunnite commence par la Turquie et s’étend vers le sud vers la Syrie, l’Irak, la Jordanie, l’Égypte et l’Arabie saoudite, englobant les pays du Golfe (l’ancien Empire ottoman). La Turquie et l’Arabie saoudite se disputent généralement la tête de ce Croissant. Du côté chiite, l’Iran mène son Croissant (l’ancien empire safavide), qui commence par l’Iran et se déplace vers l’ouest vers l’Irak, la Syrie et le Liban. Certains soutiennent que le Croissant commence avec le Pakistan et l’Afghanistan, se répandant dans les pays du Golfe. L’Iran a réussi à atteindre les frontières d’Israël, ce qui constitue une menace existentielle pour ce dernier. À cet égard, le conseiller du président iranien Ali Younis a déclaré que « le Moyen-Orient est un empire iranien et Bagdad est sa capitale ».

De plus, il existe un autre Croissant important au Moyen-Orient – le Croissant du Kurdistan, dont le but est d’unir toutes les parties de ce qui était auparavant appelé la région du Grand Kurdistan. Il commence dans le nord du Kurdistan (ou sud-est de la Turquie), englobe le nord-ouest de l’Iran et englobe le nord de l’Irak (sud du Kurdistan), se déplaçant vers l’ouest dans le nord-est de la Syrie (est du Kurdistan). Contrairement aux religieux ou sectaires, le Croissant kurde est basé sur un consensus multinational qui croit en la liberté, les droits de l’homme, la démocratie, le pluralisme et la coexistence pacifique.

La géographie du Croissant kurde révèle qu’il englobe une région de paix et de stabilité car il sépare les autres croissants les uns des autres. En raison de leur expérience de vie en tant que minorité ethnique dans plusieurs autres États-nations, les Kurdes croient en la coexistence dans une région multiethnique avec plusieurs religions et idéologies qui permettent une liberté maximale pour tous les citoyens et les peuples. C’est la seule base solide pour ceux qui vivent à l’intérieur du Croissant kurde, leur permettant de construire une infrastructure robuste qui durera pendant des générations.

La géographie et la géopolitique du Kurdistan ont également attiré l’attention du monde et des dirigeants du Golfe sur le Croissant du Kurdistan, en particulier après la lutte acharnée contre les terroristes de l’EI (Daech). Le Croissant kurde en coupe d’autres dans la Région, protégeant la sécurité des nations du Golfe et les intérêts de l’Occident.

Cela dit, il reste beaucoup de travail essentiel aux Kurdes pour générer un soutien international supplémentaire et attirer le monde occidental au Kurdistan. Les dirigeants kurdes de toutes les parties sont chargés de présenter un plan stratégique unifié pour les habitants du Kurdistan.

Premièrement, l’état de droit dans les régions semi-libres du Kurdistan est l’un des éléments les plus critiques du succès. Par exemple, le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) en Irak et l’administration autonome dirigée par les Kurdes pour le nord et l’est de la Syrie (ANNES) doivent démontrer l’état de droit et établir une gouvernance basée sur les institutions plutôt que sur les partis. Cela se traduira par le renforcement de la confiance entre les entités politiques et le peuple.

Deuxièmement, l’unité militaire est peut-être le seul outil qui reste aux Kurdes pour défendre leur terre, compte tenu de la trahison historique des puissances internationales et régionales. Cela ne peut être réalisé que par l’unité des forces combattantes. Par exemple, depuis 1991, le KRG n’a pas réussi à unifier les forces peshmergas. Le peuple et les puissances occidentales ont applaudi les récentes tentatives des dirigeants du KRG d’unifier plusieurs divisions peshmergas. De même, en Syrie, l’ANNES devrait enrôler ce qu’on appelle les « Roj Pesh », qui sont des Peshmergas kurdes syriens, dans les rangs des Forces démocratiques syriennes (FDS). Ce faisant, l’AANES gagnera un soutien supplémentaire et fera un pas en avant dans sa relation avec le KGR.

Troisièmement, la tenue du Congrès national kurde en retard pour toutes les parties du Kurdistan avec la participation de tous les partis politiques et personnalités publiques. Dans le passé et le présent, les pouvoirs régionaux et la division kurde ont empêché la tenue du Congrès national kurde. Néanmoins, le moment est venu pour un Congrès national de surmonter les différends ou, au minimum, de s’entendre sur l’intérêt général kurde et d’avoir un agenda stratégique. Un tel congrès peut mener à une plus grande coopération économique entre le KRG et l’AANES. Un congrès kurde élira également, même symboliquement, des membres pour représenter chaque partie du Kurdistan, à l’instar de l’Union européenne ou de la Ligue arabe.

Quatrièmement, la nouvelle constitution rédigée dans ce cas du KRG doit inclure tous les droits des minorités dans la région du Kurdistan, y compris les grands principes de paix, de liberté, de droits de l’homme, de démocratie et de liberté d’expression. De même, l’AANES à l’avenir une fois qu’elle aura acquis une légitimité internationale. Croyez entièrement à l’autonomisation et au soutien du rôle des femmes et des jeunes dans la politique, le gouvernement, la société civile et la communauté.

Les points ci-dessus ne font que rendre le Croissant kurde plus attrayant pour les intérêts des États occidentaux et du Golfe. Malgré la pression de la Turquie, de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie sur divers groupes kurdes pour parvenir à « diviser pour mieux régner », les Kurdes sont toujours plus déterminés à s’unir et à survivre qu’à être divisés et affaiblis. Probablement… Le monde s’unira et respectera les nations courageuses et libres. Le peuple du Kurdistan est libre et sans peur, mais malheureusement, il n’est pas uni. Les dirigeants peuvent changer cela.

Par Saman Shali, défenseur des droits des Kurdes

Version anglaise à lire ici: The significance of the Kurdistani Crescent for the security and stability of the Region

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici