AccueilKurdistanRojavaAgit Polat: "Il fallait une victoire à Erdogan"

Agit Polat: « Il fallait une victoire à Erdogan »

PARIS – Agit Polat, un cadre du Conseil Démocratique Kurde en France (CDK-F), revient sur les bombardements turcs au Rojava et les menaces d’invasion proférées par le président turc hier, déclarant qu’Erdogan avait besoin d’une victoire militaire avant les élections présidentielles de 2023, notamment, pour faire oublier son échec militaire contre le PKK au Kurdistan irakien. Le militant kurde déclare que si jamais la Turquie envahit le Rojava, la sécurité de la France et de l’Europe sera menacée par des milliers de terroristes de DAECH / ISIS emprisonnés au Rojava.

Voici la série de tweets qu’Agit Polat a publiés à ce sujet sur son compte Twitter:

Il fallait une victoire à Erdogan…

Depuis samedi soir, l’armée turque a mené plusieurs bombardements aériens, tuant au moins 13 civils, détruisant deux centres médicaux, une école, une centrale électrique, une raffinerie de pétrole, la liste est longue…

L’ordre des frappes a été donné par Erdogan dès son retour du sommet du G20 à Bali. L’attentat d’Istanbul est survenu très bizarrement à la veille du départ d’Erdogan à Bali.

Selon certaines sources Erdogan aurait menacé ses alliés très ouvertement en disant « soit la Grèce, soit la Syrie ». Car n’ayant pas pu remporter un succès contre le PKK au Kurdistan irakien, il lui fallait une victoire avant les élections.

Le choix a été simple, l’OTAN, les États-Unis et l’Allemagne auraient accordé un feu vert « limité » à Erdogan pour le nord de la Syrie. Ceci dit, par ce feu vert, l’Occident a clairement affiché sa volonté de poursuivre avec Erdogan après les élections.

Pensez-vous qu’Erdogan se limiterait aux frappes aériennes, quand il s’agit de tuer les Kurdes ? Il a rapidement annoncé sa volonté de lancer une « opération terrestre » contre le nord de la Syrie.

Suite aux attaques turques, les Unités de protection du peuple (YPG) ont annoncé aujourd’hui l’arrêt total des opérations contre l’État islamique. L’armée turque a par ailleurs frappé une base conjointe des FDS et de la Coalition internationale anti-djihadiste.

N’oublions pas que plusieurs milliers de djihadistes de l’État islamique se trouvent actuellement dans les prisons du nord de la Syrie. Que ferait Erdogan s’il prenait le contrôle de ces prisons ?

[sachant] qu’avec les quelques centaines de djihadistes qu’il détient en Turquie, il fait chanter les Occidentaux, (…) que ferait-il avec ces milliers de djihadistes se trouvant en Syrie ?

Soyons très claire, la sécurité et la stabilité du nord de la Syrie signifie au même degrés la stabilité et la sécurité de la France et de l’Union européenne. En attaquant les Kurdes, Erdogan s’en prend directement à la sécurité de l’Europe.

En parlant de victoire pour Erdogan, rien ne sera facile pour les Kurdes et le nord de la Syrie, c’est pourquoi ils ont besoin d’une solidarité comme celle de la période de Kobanê en 2014-2015, mais rien n’est perdu, au contraire le temps nous dira tout…

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici