AccueilMoyen-OrientIranIran, une révolution en marche

Iran, une révolution en marche

Ce qui se passe en Iran est une révolution en marche. Cela n’arrivera peut-être pas soudainement, mais les feux du soulèvement ont été allumés, écrivent le journaliste kurde Behrouz Boochani et son homologue iranien Amir Ahmadi Arian.

Le 17 septembre 2022, une foule nombreuse s’est rassemblée au cimetière de la ville de Saqqez, une petite ville du Kurdistan, en Iran, pour assister aux funérailles d’une jeune femme nommée Jina Mahsa Amini.

Quatre jours auparavant, lors d’un voyage à Téhéran, les patrouilleurs du hijab l’ont arrêtée dans la rue parce qu’ils jugeaient son hijab inapproprié. Après qu’elle ait résisté à l’arrestation, ils l’ont battue, lui fracturant le crâne et l’ont emmenée au centre de rééducation. Elle est décédée deux jours plus tard.

Sa mort a donné naissance à la plus grande vague de protestations dans l’Iran post-révolutionnaire.

Alors que l’Iran n’est pas étranger aux manifestations, au cours du mois qui s’est écoulé depuis la mort d’Amini, la nature de cette révolte particulière est différente. D’une part, sa répartition géographique est sans précédent. Les soulèvements précédents étaient soit concentrés sur les petites villes et les zones rurales, comme ce fut le cas avec les manifestations de 2019 déclenchées par le triplement du jour au lendemain du prix de l’essence, soit lors du mouvement vert en 2009, exclusif aux grandes villes.

Dans les deux cas, vous avez à peine entendu les noms des villes de taille moyenne et plus conservatrices comme Kerman, Yazd et Qom. Cette fois-ci, seulement au cours des quatre premiers jours, sur près de 400 villes, 83 ont organisé au moins une poignée de marches et ont été témoins d’affrontements importants entre les manifestants et la police, et leur nombre n’a fait qu’augmenter. Grâce à cette large répartition géographique, les forces du régime sont dispersées à travers le pays, son autorité diluée.

La démographie des manifestants a également changé. Parallèlement à son expansion géographique, sa portée semble être universelle. Dans les rues, des hommes et des femmes [d’âges différents] de différentes ethnies et religions se tiennent côte à côte. Ils occupent les places principales en grand nombre, chantant et se battant, ou klaxonnant.

Cette unité est d’autant plus significative quand on se rend compte que l’Iran est un pays avec une histoire de tensions ethniques, ce qui semble limiter le potentiel d’un soulèvement national. Les habitants des provinces frontalières ont eu tendance à rester en dehors des affaires de Téhéran, et lorsque les Arabes du Khouzistan ont organisé des manifestations, les provinces centrales sont restées pour la plupart calmes. Cette fois, ces limites ont pratiquement disparu. Les Kurdes manifestent leur soutien aux Baloutches, les habitants de Téhéran scandent des slogans de solidarité avec les habitants de Sanandaj, et le meurtre de manifestants à Mazandaran alimente le feu des manifestations à Tabriz.

Les manifestants ont également déployé plusieurs stratégies en même temps. Auparavant, les grèves générales et les manifestations de rue et les soulèvements étudiants caractérisaient différentes vagues de protestations. Ces jours-ci, nous voyons des gens au Kurdistan organiser des grèves générales, fermer des villes entières, alors que des habitants du sud de Téhéran se heurtent à la police dans les rues, des lycéens sortent des salles de classe, des étudiants organisent des veillées sur les campus, des travailleurs de la pétrochimie continuent grève, les femmes marchent dans les rues sans foulard, une pléthore de tactiques exécutées toutes en même temps.

Les courants de dissidence qui ont couru parallèlement pendant 40 ans se sont enfin rencontrés, leur confluence laissant présager un déluge incontrôlable.

Les chants suggèrent également un changement radical dans le système de croyance des manifestants. Il n’y a aucun appel à la réforme, à la réparation des torts ou à l’élimination des pommes pourries. Les gens n’exigent rien de leurs dirigeants. Ils veulent une transformation du système dans son ensemble.

Pour la première fois, les attaques contre le président en exercice sont presque complètement absentes des chants, comme si les gens ne le trouvaient pas digne de leur rage. La majorité des chants sont dirigés contre l’homme au sommet, le guide suprême Ali Khamenei, et les manifestants n’appellent à rien de moins qu’à mettre fin à son règne. Le langage dans la rue a également changé. Les grossièretés abondent et les inhibitions conventionnelles ont disparu, les gens exprimant leur colère et leur frustration dans des insultes et des malédictions jamais entendues lors de manifestations publiques auparavant.

L’effet de ces changements peut être vu dans la réponse du gouvernement. Un mois après le début des manifestations, ils ont tiré toutes les flèches de leur carquois et ont à peine fait une brèche.

Au cours de la première semaine, ils ont déployé la police de la ville (Niroo-ye Entezami) et organisé une contre-manifestation pour envoyer un « message fort » aux manifestants. Seule une très petite foule était présente.

Au cours de la deuxième semaine, ils ont sorti des armes à feu dans les rues et le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a bombardé le siège des partis kurdes en Irak pour les provoquer dans un conflit afin de les utiliser comme prétexte pour réprimer la manifestation chez eux. Cela n’a pas fonctionné.

Après 16 jours, Khamenei a fait ses premières remarques sur les manifestations. Entouré de ses principaux généraux, il a assisté à une marche militaire dans une démonstration de force et a prononcé un discours sévère dans lequel il s’est engagé à écraser les protestations d’une main de fer. Cela n’a arrêté personne.

Quelques jours plus tard, les forces gouvernementales ont commis un massacre à Zahedan, espérant provoquer un conflit dans cette province frontalière instable comme elles l’ont fait au Kurdistan. Même ce déménagement coûteux et sanglant n’a pas renvoyé les gens chez eux.

Au cours du premier mois, selon l’Institut iranien des droits de l’homme, plus de 200 personnes ont été tuées et 1800 personnes arrêtées, même si le chiffre réel doit être nettement plus élevé. Étonnamment, selon l’IRGC, l’âge moyen des personnes arrêtées est de 15 ans.

Grâce à la connexion Internet intermittente et à la couverture décevante des événements en cours par un média occidental coincé dans le cadre étroit de l’accord nucléaire, la plupart de ce que nous décrivons ici est passé sous le radar. Et pourtant, chaque nuit, les villes iraniennes ont été témoins d’intenses combats entre les manifestants et la police, qui deviennent de plus en plus violents de jour en jour.

Cette série de protestations en Iran devrait s’appeler ce qu’elle est : un mouvement révolutionnaire. Son intensité, son universalité, sa longévité, tout indique la précipitation d’une révolution, comparable en ampleur et en portée seulement à 1979. Cela ne signifie pas qu’un changement rapide et radical est imminent, ni même que cette révolution réussira, mais toutes les caractéristiques sont indéniablement là.

Dans les analyses publiées dans les médias grand public en Iran et à l’étranger, la tendance est à la simplification, certains affirmant que la cause des protestations est principalement économique et d’autres les caractérisant comme une demande de démantèlement de la patrouille du hijab. Ce type d’analyse est, au mieux, à courte vue. Il est aligné sur les réformistes affiliés au gouvernement qui gaspillent depuis longtemps l’énergie politique des protestations en Iran et répondent à leurs exigences par des promesses vides.

Cette fois, les Iraniens tentent de transformer fondamentalement ce que signifie vivre en Iran. Ils sont déterminés à redéfinir la « vie » et, ce faisant, à couper les mains qui ont essayé de les faire entrer dans de petits moules préfabriqués pendant 43 ans. Ces protestations fluctueront sans doute. Nous verrons des périodes d’activité intense suivies d’intervalles calmes. À long terme, cependant, rien de moins que cette transformation totale ne satisfera le peuple iranien.

Version en anglaise à lire sur newsroom: Iran – a revolution in the making

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici