AccueilKurdistanLa question kurde pour les nuls

La question kurde pour les nuls

La question kurde, dont on disait qu’elle « n’existait pas » auparavant, serait aujourd’hui « résolue ». La première affirmation n’était pas vraie, la seconde non plus, écrit Selahattin Demirtas, politicien kurde tenu en otage dans une prison d’Edirne depuis 6 ans et explique la question kurde pour les nuls [turcs].

En fait, tout le monde aurait dû savoir jusqu’à présent exactement et clairement ce qu’est la question kurde. Car ce problème est l’un des plus importants parmi les principaux problèmes de notre pays, non résolu depuis de très longues années.

Cependant, je suis désolé de voir qu’il n’y a pas de clarté sur ce qu’est ce problème. Et certains entendent parler pour la première fois de la question kurde ou disent même que ce problème n’existe pas.

Si l’on veut faire une définition très courte, les problèmes que connaissent ou vivent les Kurdes, qui ont commencé dans les dernières périodes de l’État ottoman et se sont intensifiés dans les premières années de la République, se sont ramifiés, étendus et profondément enracinés au cours des cent dernières années. ans est la question kurde. Ce ne sont donc pas les Kurdes qui sont le problème ; ce sont les choses que les Kurdes ont dû vivre et tout ce qui en résulte.

La question kurde, dont on disait qu’elle « n’existait pas » auparavant, serait aujourd’hui « résolue ». Le premier n’était pas vrai, le second non plus.

Première question

I love you.
Ich liebe dich.
Je t’aime.
Ez ji te hez dikim.

D’après vous, laquelle est en kurde, qui est la langue des Kurdes dont la population est d’environ 50 millions dans le monde et près de 20 millions en Turquie que nous appelons « nos frères » depuis mille ans ?

Avez-vous pu deviner lequel ? Si oui, avez-vous pu en comprendre un seul mot ? Si non, c’est que cela est votre « question [problème] kurde ».

Une autre question

Nos compatriotes en Bulgarie
Nos compatriotes en Azerbaïdjan
Nos compatriotes à Chypre
Nos compatriotes en Allemagne

Selon vous, à qui font référence les expressions ci-dessus ?
Cette fois vous l’avez devinez. Oui, aux Turcs.

Examinons maintenant l’article 66 de la Constitution. Il se lit comme suit : « Tous ceux qui sont liés à l’État turc par un lien de citoyenneté sont des Turcs. »

Alors pourquoi les personnes ci-dessus sont-elles nos compatriotes mais les Kurdes en Syrie, les Kurdes en Irak, les Kurdes en Iran ou dans d’autres parties du monde ne sont pas des compatriotes?

Par conséquent, « Turc » n’inclut pas « Kurde » . Les Turcs sont une nation très ancienne et leur histoire remonte à des milliers d’années dans les steppes d’Asie centrale.

Les Kurdes ne sont pas Turcs et il leur est impossible de l’être. Appeler un Kurde « Turc » et essayer d’en faire un Turc, c’est la question kurde. Car les Kurdes sont aussi une nation très ancienne dont l’histoire remonte à des milliers d’années en Mésopotamie, la géographie actuelle du Kurdistan.

Et leur langue appartient à une autre famille linguistique. Le kurde appartient aux langues indo-européennes tandis que le turc appartient aux langues ouralo-altaïques.

Si vous dites « Il n’y a pas de langue kurde. Nous sommes tous turcs et la langue maternelle de tout le monde est le turc », alors oui, vous avez une question kurde.

Il n’y a pas d’éducation kurde en Turquie

Ceux qui pensent qu’il y a une éducation kurde en Turquie se trompent. Il n’y a qu’un cours optionnel de kurde de deux heures par semaine et tout est fait pour que même ce cours optionnel ne soit pas choisi par les étudiants.

Bien sûr, tout le monde devrait apprendre le turc, la langue officielle. Le turc est notre langue commune à tous. C’est une des valeurs communes qui nous unit. Il faut aussi apprendre l’anglais qui devient la langue mondiale par exemple.

Cependant, chaque enfant devrait également pouvoir apprendre sa propre langue maternelle et suivre certains cours dans cette langue. Ceci est pratiqué dans de nombreux pays développés et le potentiel de notre pays s’y prête bien. Mais l’article 82 de notre Constitution dit qu’il n’y a pas d’autre langue maternelle en Turquie que le turc, ou même s’il y en a une, elle ne peut pas être une langue d’enseignement.

Regardons l’histoire récente

Par exemple, saviez-vous qu’il y a eu un enseignement en kurde dans les médersas du Kurdistan pendant des siècles, y compris les premières années de la République ? Vous vous trompez si vous pensez que seule l’éducation religieuse était dispensée dans ces médersas. Les sciences, les mathématiques, les sciences sociales et l’astronomie étaient également enseignées. Bien sûr en kurde.

Savez-vous que le kurde a été interdit après 1925 et qu’une amende a été imposée pour chaque mot kurde prononcé sur les marchés ?

Savez-vous qu’il est toujours interdit de parler kurde au Parlement et que quelques phrases kurdes prononcées sont écrites dans les procès-verbaux sous la forme X [langue inconnue]?

Désolé, cela a changé. Maintenant, ils écrivent « une langue qui ne pouvait être comprise » ou « une langue inconnue ».

Une autre question

Vous assistez à une activité à Istanbul. Il y a des gens qui viennent de différentes régions du pays et du monde. Vous les rencontrez et leur parlez. Chacun raconte d’où il vient à cette activité :

Je viens du Caucase.
Je viens de la Trace.
Je viens de Cappadoce.
Je viens du Kurdistan.

Laquelle des phrases ci-dessus vous a irrité ?

Étiez-vous en colère même en lisant une phrase contenant le mot Kurdistan ? Ensuite, vous avez une question kurde. Sans vouloir vous offenser!

Savez-vous que Mustafa Kemal Atatürk a d’abord écrit une lettre au Kurdistan et a demandé leur soutien dans la guerre de libération après son débarquement à Samsun en 1919 et qu’il n’était pas irrité d’écrire Kurde ou Kurdistan ?

Encore une fois saviez-vous que dans le premier Parlement présidé par Atatürk, les députés kurdes étaient nommés députés du Kurdistan dans les procès-verbaux ?

Par conséquent, lorsque vous dites Kurdistan, ce n’est pas que vous voulez dire que la Turquie doit être divisée et qu’un État séparé doit être fondé. Vous définissez une région avec son nom historique correct.

Le rang de Diyarbakır en niveau de développement

C’est comme ça pour les Kurdes, alors qu’en est-il pour les villes kurdes ?

Selon les chiffres officiels publiés en 1927, Diyarbakır arrive cinquième après İstanbul, İzmir, Ankara et Bursa dans le niveau de développement social et économique. Cependant, après que la décision a été prise cette année-là de faire tous les investissements en Occident, les villes kurdes s’appauvrissent chaque année.

Dans les années 1980, Diyarbakır est au plus bas. Et selon les données de l’Organisation de planification de l’État publiées en 2017, il s’agit du 68e.

Ainsi, l’affirmation selon laquelle « la région est sous-développée à cause du terrorisme » est fausse.

« Les Kurdes peuvent atteindre n’importe quelle position »

Les Kurdes ne sont jamais arrivés à des postes effectifs dans l’État avec leur propre identité, parlant kurde, pensant en kurde, rêvant en kurde, vivant en kurde donc étant kurde.

Ceux qui pouvaient devenir des bureaucrates de haut niveau étaient ceux qui acceptaient d’être des « Turcs d’origine kurde » et qui acceptaient « l’Accord sur la « turquicité* ».

Par exemple, saviez-vous que Şerafettin Elçi, qui était ministre des Travaux publics en 1978, a été jugé parce qu’il a dit « Je suis kurde » ? Si vous dites « eh bien c’est bien », vous avez une question kurde.

Nous devons résoudre la question kurde sans armes, sans violence ni conflits, et en nous asseyant et en nous parlant, en nous comprenant, en nous disant et en nous mettant d’accord, dans la paix.

De plus, des pays confrontés à des problèmes similaires ont pu résoudre ces problèmes et ils sont maintenant en paix. Par exemple, les Turcs en Bulgarie peuvent vivre comme des Turcs et les Basques en Espagne peuvent vivre comme des Basques et ce n’est pas la fin du monde.

Résumons: Savez-vous quelle est la question kurde ?

On peut continuer à raconter sans s’offenser, sans se lasser. Mais quant à vous, vous devriez essayer de comprendre, s’il vous plaît. Car la question kurde est aussi votre problème.

Commencez par faire preuve d’empathie par exemple. Continuez ensuite avec l’apprentissage des faits historiques. Et puis vous apprenez un peu de kurde cette fois. La première phrase kurde que vous apprendrez peut être celle-ci : « Ez jî ji te hez dikim » [Je t’aime].

Bianet

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici