AccueilKurdistanRojavaSYRIE. Le retour de la Coalition mondiale anti-EI à Raqqa

SYRIE. Le retour de la Coalition mondiale anti-EI à Raqqa

SYRIE / ROJAVA – La Coalition mondiale anti-EI dirigée par les États-Unis est officiellement revenue dans la ville de Raqqa, au nord de la Syrie, après le retrait de 2019 qui avait permis à la Turquie d’envahir Serê Kaniyê et Tall Abyad qui étaient sous contrôle des forces arabo-kurdes, alliées de la colation anti-EI.

Le 20 octobre, une délégation de haut niveau de la Coalition mondiale dirigée par les États-Unis a rendu visite à l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES) à Raqqa après avoir participé au 5e anniversaire de l’expulsion de l’Organisation de l’État islamique (DAECH / ISIS) de la ville.

La délégation était dirigée par Nikolas Granger, haut représentant des États-Unis dans le nord-est de la Syrie, et il a rencontré des responsables de l’AANES et du Conseil démocratique syrien (SDC) après avoir participé au cinquième anniversaire de l’expulsion de l’État islamique de Raqqa en 2017.

Le 17 octobre, l’État islamique a été expulsé de Raqqa, la capitale autoproclamée du soi-disant califat, par les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues depuis les airs par la Coalition mondiale dirigée par les États-Unis.

Granger a déclaré à North Press : « Au nom des États-Unis d’Amérique et de la Coalition mondiale pour vaincre l’État islamique, c’est un honneur pour moi d’être ici aujourd’hui. »

Il est allé plus loin en disant qu’il est un « symbole de notre partenariat continu avec le peuple du nord-est de la Syrie pour lutter contre le terrorisme et construire un avenir meilleur. »

La Force opérationnelle interarmées combinée – Opération Inherent Resolve (CJTF-OIR) a salué dans un tweet la lutte montrée par le peuple du nord-est de la Syrie, en disant : « Nous honorons la résilience démontrée par le peuple du nord-est de la Syrie. »

Le CJTF-OIR a exprimé sa fierté pour les sacrifices des Forces démocratiques syriennes (FDS), « Nous sommes fiers de nous associer à elles. »

Retrait et retour

Avant l’opération militaire turque « Source de Paix » dans le nord-est de la Syrie en octobre 2019, la coalition avait retiré ses troupes des villes de Raqqa, Tabqa, Kobanê et Manbij.

Cependant, après avoir évacué l’une de ses bases à Kharab Ishk, dans la campagne de Kobani, la coalition est revenue plusieurs fois à la base, l’utilisant comme point de départ pour des opérations contre des groupes extrémistes et l’Etat islamique dans le nord-est et le nord-ouest de la Syrie. dont le meurtre du chef de l’Etat islamique Abdullah Qaradash.

Au début de 2022, la coalition et les FDS ont mené une opération à grande échelle à Raqqa au cours de laquelle 27 membres des cellules dormantes de l’Etat islamique ont été capturés.

55 membres de l’Etat islamique ont été arrêtés dans la ville depuis 2022, a révélé la coalition.

La coalition a également indiqué que les FDS ont pu désamorcer 250 engins explosifs posés par l’Etat islamique tout en contrôlant la zone, saisir des centaines d’armes, contribuant ainsi au renforcement de la sécurité dans la région et à la sécurité de sa population.

Des nouvelles ont circulé sur le retour de la coalition à Raqqa, Tabqa et Kobanê, selon des observateurs, cependant, ni la coalition ni les FDS n’ont encore fait de commentaire.

Ces mouvements sont dus aux dangers posés par les cellules dormantes de l’Etat islamique dans la région et à la nécessité de combattre et d’éliminer l’organisation, soulignant la nécessité de continuer à soutenir les FDS pour préserver la paix et la stabilité dans le nord-est de la Syrie, selon les déclarations de la coalition.

Les batailles qui ont abouti à l’expulsion de l’Etat islamique de Raqqa ont causé d’immenses destructions dans la ville, certains l’ont estimée à 80 %.

Selon les chiffres des Nations Unies, 11 000 bâtiments ont été détruits ou endommagés entre février et octobre 2017, dont 8 centres de médicaments, 29 mosquées et plus de 40 écoles et cinq collèges en plus du système d’irrigation endommageant de la ville.

Les habitants de Raqqa placent la responsabilité de la reconstruction de la ville sur les épaules de la coalition.

Selon un rapport d’Amnesty International rendu public en 2020, Raqqa a été décrite comme l’une des villes les plus détruites des temps modernes.

Dans un rapport, exigé par le Pentagone, il a été révélé que l’armée américaine aurait pu minimiser les dommages causés aux civils lors de la bataille de Raqqa en 2017.

North Press

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici