IRAN. Un neveu de Mahsa Amini arrêté, la famille sous pression

0
180

Erfan Mortezaei, un cousin de Mahsa Amini, a déclaré que le régime fait toujours pressions sur la famille de Mahsa pour qu’elle nie le meurtre de leur fille par la police des mœurs et invite la population à cesser les protestations qui secouent le pays. Le week-end dernier, le neveu de Mahsa, Arkan, âgé de 17 ans, a été emprisonné pendant plusieurs jours avant d’être libéré moyennant une caution de 500 millions de tomans (16 000 dollars).

Erfan Mortezaei, un cousin de Mahsa Amini, a déclaré que le régime continue à faire pression sur la famille de Mahsa pour soutenir publiquement la version des événements du régime : à savoir qu’elle n’est pas morte de suite de blessures reçues à la tête, mais de complications d’une intervention chirurgicale cérébrale qu’elle avait eu dans le passé. La famille refuse de l’accepter.

Erfan Mortezaei déclare qu’en outre, la République islamique a tenté de salir l’image de Mahsa en affirmant qu’elle avait été « formée par des séparatistes kurdes » à l’extérieur du pays. La famille insiste également sur le fait qu’il s’agit d’un mensonge; Mahsa n’avait aucune affiliation politique et n’avait jamais été à l’étranger.

Le 21 septembre, Jina Mahsa Amini aurait eu 23 ans. Six jours après sa mort à l’hôpital Kasra de Téhéran, les manifestations réclamant la fin de la dictature en Iran se poursuivent en son nom.

Les parents de Mahsa Amini sont très malades et tous deux ont été hospitalisés plusieurs fois cette semaine. Après avoir dû enterrer leur propre fille, qui a été tuée par l’État, on veut les forcer à mentir sur les raisons.

La famille de Mahsa a déjà été invitée à annuler les manifestations et à accorder une interview à l’IRIB affirmant qu’elle souffrait d’une maladie préexistante. Maintenant, Erfan Mortezaei a déclaré qu’aujourd’hui, la famille de Mahsa est calomniée par les mollahs.

Erfan Mortezaei a déclaré : « Depuis que la nouvelle de Mahsa étant dans le coma a été annoncée pour la première fois [mardi dernier], le ministère du Renseignement et le département du renseignement du CGRI ont poussé ce scénario.

Les services de renseignement et du cyberespace ont affirmé que j’avais emmené Mahsa hors d’Iran, que je lui avais donné une formation en matière de sécurité et de politique, puis que je l’avais renvoyée en Iran. Ils ont également affirmé que sa dernière photo et vidéo dans le métro de Téhéran [prises quelques heures avant sa mort, qui montrait que Mahsa était habillée modestement au moment de son arrestation] avait été prise par moi.

Ma réponse directe est que Mahsa n’a jamais mis les pieds hors d’Iran au cours de ses 22 années de vie. C’était une fille douce qui ne pensait qu’à la vie, la musique, les voyages, l’art. Mahsa n’avait aucun intérêt ou activité politique. »

Il a ajouté : « La République islamique affirme que l’ensemble de l’Iran est sous le contrôle des forces de l’Imam Zaman [le CGRI] et du ministère du Renseignement. Alors ai-je réussi à quitter le pays et à revenir sans qu’ils s’en aperçoivent ? »

Le week-end dernier, le neveu de Mahsa, Arkan, âgé de 17 ans, a été arrêté. Il a été libéré hier matin moyennant une caution de 500 millions de tomans (16 000 dollars). La justice a dit à la famille que c’était parce qu’il s’était rendu dans les bureaux d’une agence de presse basée dans la ville, vraisemblablement dans l’intention de leur parler de Mahsa.

Erfan Mortezaei a déclare que « Le but de cette pression est d’obtenir une déclaration forcée de la famille de Mahsa en vue de stopper les manifestations à l’échelle nationale. »

Mercredi, la justice iranienne a annoncé les «résultats» de l’enquête de l’Organisation de médecine légale sur ce qui s’est passé. Le directeur général a affirmé que Mahsa Amini avait subi une opération au cerveau à Téhéran en 2007 et qu’il n’y avait aucun signe de blessure ou d’ecchymose sur la tête et le visage.

La première photo de Mahsa à l’hôpital montrait clairement des saignements et une décoloration autour de l’oreille, ce que plusieurs médecins ont déclaré à IranWire et d’autres points de vente indiquant une blessure à la tête. Iran International a également publié des images de scanner de l’hôpital de Kasra qui montrent des fractures au crâne. De plus, les médecins ont déclaré à Iran International que si elle avait subi une opération au cerveau, cela aurait été évident dans les scanners.

« Jusqu’à présent, la propre famille de Mahsa n’a encore reçu aucune de ses notes médicales. L’Organisation de médecine légale n’a fourni aucune preuve ou document aux membres de la famille et aux parents sur la mort de Mahsa. Ils n’ont même pas été autorisés à la voir pour la dernière fois » , a déclaré Erfan Mortezaei.

« La République islamique suit le même schéma depuis des années. Ils amèneront des prisonniers politiques devant les caméras de télévision sous différentes formes, dans différents scénarios, prendront des déclarations et des aveux forcés et prononceront de lourdes peines [judiciaires]. Ils veulent faire la même chose avec les parents de Mahsa, mais heureusement, ils n’ont pas encore réussi. »

Quelques photos de Mahsa Amini sont disponibles. Ceux partagés jusqu’à présent la représentent parfois dansant, parfois soufflant une horloge de pissenlit. Sa famille a déclaré qu’elle préférerait que seul un petit nombre d’images d’elle soient publiées.

Mahsa était le deuxième enfant de la famille. Armin, le premier, est mort avant d’avoir atteint son adolescence. Mahsa leur a apporté un nouvel espoir, maintenant éteint. Son frère Kiarash, qui était avec elle au moment de son arrestation, a déclaré la semaine dernière : « Je n’ai plus rien à perdre maintenant. Je dirai à tout le monde en Iran ce qui s’est passé. »

Erfan a déclaré : « Mahsa, ou notre chère Zhina, était toujours souriante, pleine d’enthousiasme et d’énergie. Elle aimait la musique, les voyages, les tenues kurdes et l’art. Notre Mahsa était très pure et innocente, et je ne pense pas qu’aucun de nos parents, amis et connaissances ont de tristes souvenirs d’elle.

Elle tenait une boutique de manteaux et son rêve était de vivre de manière indépendante, loin de l’agitation et selon ses propres décisions. Mahsa était progressiste et une grande lectrice, et comme d’autres, elle n’aimait pas le port obligatoire du hijab. »

Le 21 septembre, jour de l’anniversaire de Mahsa Amini, rares sont ceux dans le monde qui n’ont pas entendu son nom. Son image et son histoire ont fait écho dans les médias internationaux, les écrans de téléphone, les lèvres des gens. Il est peu probable que toute erreur avancée par la République islamique soit crue. Elle est la dernière victime connue de la violence misogyne, qui en Iran est maintenant accueillie avec fureur. (Via Iran Wire)

 

Mahsa (Jina) Amini était une jeune Kurde de 22 ans. Elle a été tuée par la police des mœurs à Téhéran car « mal voilée». Alors que le régime iranien prétendait qu’elle était morte à cause des problèmes de santé antérieurs, un scanner du crâne de Jina Amini montre une fracture osseuse, une hémorragie et un œdème cérébral.

#EndIranRegime #IranProtests #LetUsTalk #Jîna_Emînî #Jina_emini #WhiteWednesdays #MahsaAmini #TwitterKurds #مهسا_امینی #Rojhilat #Mahsa_Amini #OpIran

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici