La lutte organisée des femmes peut achever le régime fasciste iranien 

0
272
La militante kurde, Zerîn Rûken affirme que la lutte des femmes en Iran et au Moyen-Orient a atteint le niveau d’une lutte forte et déclare :« Il est possible que de nombreuses explosions sociales et soulèvements dirigés par des femmes aient lieu en Iran car les femmes mènent le combat pour la liberté et la démocratie partout, dans chaque bouleversement social.
 
L’objectif principal du mouvement des femmes en Iran est de demander des comptes au système, de remettre en question la violence et le pouvoir. De larges cercles sont unis dans la lutte contre la domination masculine, contre le fascisme et le capitalisme et appellent à des changements fondamentaux du système iranien.
 
Un nouveau système de vie sociale s’épanouira sous la direction des femmes. À la suite des lois paralysantes contre les femmes et des politiques répressives contre les femmes, Jina [Mahsa Amin*] et Şiler [Şilêr Resul qui s’est jetée par la fenêtre de sa maison de Mérivan, Kurdistan iranien, pour échapper à son violeur] ont été tuées. Aujourd’hui, notre peuple dans toutes les régions de l’Iran et du Rojhilat [Kurdistan de l’Est] s’oppose au régime iranien oppressif et misogyne, se révolte contre cette pensée, qui protège des dirigeants gouvernementaux.
 
Zerîn Rûken: Le pouvoir de « Jin, Jiyan, Azadî* » a enseigné une grande leçon à l’État oppressif
 

La liberté viendra en Iran avec le pouvoir organisationnel des femmes. Nous saluons [ce] soulèvement. L’Iran sera libéré par la lutte pour la liberté des femmes. »

Zerîn Rûken
A lire ici la suite de l’interview sur les soulèvements au Rojhilat et en Iran accordée par Zerîn Rûken, membre du conseil d’administration de la Communauté des femmes du Kurdistan (Komalên Jinên Kurdistan – KJK).
 
 
Mahsa (Jina) Amini était une jeune Kurde de 22 ans. Elle a été tuée par la police des mœurs à Téhéran car « mal voilée». Alors que le régime iranien prétendait qu’elle était morte à cause des problèmes de santé antérieurs, un scanner du crâne de Jina Amini montre une fracture osseuse, une hémorragie et un œdème cérébral.

« Jin, Jiyan, Azadî» (Femmes, vie, liberté), slogan du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), devenu mondialement connu grâce à la révolution féminine du Rojava…
 
#LetUsTalk #WhiteWednesdays #MahsaAmini #TwitterKurds #مهسا_امینی #Rojhilat #Mahsa_Amini

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici