TURQUIE. La justice turque veut fermer le dossier du meurtre du journaliste kurde Musa Anter

0
115
TURQUIE – Musa Anter, écrivain et journaliste kurde persécuté pendant des décennies, a été tué par des paramilitaires turcs (JITEM) le 20 septembre 1992. 30 ans après son meurtre, la justice turque tente de fermer le dossier en invoquant le délai de prescription afin de garder dans l’ombre tout un système qui était derrière des milliers d’enlèvements et d’exécutions dans les régions kurdes pendant les années 1990.
 
L’affaire concernant l’assassinat en 1992 de l’auteur et journaliste kurde tombera en raison de la prescription le 20 septembre. Le tribunal a fixé la prochaine audience au 21 septembre.
 
L’affaire du renseignement de la gendarmerie et de la lutte contre le terrorisme (JİTEM) a été entendue ce 15 septembre à Ankara.
 
Les affaires concernant l’assassinat de l’intellectuel kurde Musa Anter et la disparition forcée d’Ayten Öztürk, toutes deux survenues en 1992, avaient été auparavant fusionnées avec l’affaire JİTEM.
 
Le délai de prescription dans l’affaire Anter expirera le 20 septembre. Le tribunal devait rendre son jugement aujourd’hui, mais il a reporté l’affaire au 21 septembre.
 
Dicle Anter, le fils de Musa Anter, ainsi que les députés du Parti démocratique des peuples (HDP) Fatma Kurtalan, Kemal Peköz et Abdullah Koç, le député du Parti républicain du peuple (CHP) Yıldırım Kaya, président de l’Association des droits de l’homme (İHD) Öztürk Türkdoğan, progressiste Le président de la section d’Ankara de l’Association des avocats (ÇHD), Murat Yılmaz, a assisté à l’audience.
 
L’avocat de l’accusé Hamit Yıldırım a déclaré que son client n’avait pas pu assister à l’audience en raison de problèmes de santé, mais n’a pas soumis de justificatif au tribunal.
 
Anter : Il n’y a rien à dire
 
Dicle Anter, qui est également intervenant dans l’affaire, a pris la parole en premier.
 
« Dans ces circonstances, il n’y avait plus grand-chose à dire sur le cas de mon père. La période où mon père a été tué a été comme un cauchemar pour les Kurdes ; la mort était partout.
 
La Cour européenne des droits de l’homme a condamné Türkiye et les audiences ont commencé. L’accusé Hamit Yıldırım était resté en détention pendant cinq ans, puis il a été libéré. ​​L’affaire a été transférée à Ankara. Les années ont passé et nous en sommes arrivés à ces jours.
 
Le meurtre de Musa Anter [l’affaire] tombera en raison du délai de prescription le 20 septembre. Cependant, il n’y a pas de délai de prescription pour les crimes contre l’humanité. Notre lutte pour faire la lumière sur le meurtre se poursuivra.
 
À partir du rapport Susurluk, les témoins et les accusés ont fait des déclarations comme si ces incidents ne s’étaient jamais produits… Nous ne savons pas si la justice sera rendue si le [gouvernement] change, car les autorités de l’époque sont dans l’opposition en ce moment.
 
Nous ne laisserons pas passer cette affaire. Si ce n’est pas nous, les générations futures ne laisseront pas passer. »
 
« Cette affaire ne finira jamais »
 
Après Anter, l’avocat Öztürk Türkdoğan a pris la parole.
 
« Mon client a fait part de ses inquiétudes. La plus grande de ces inquiétudes est la fin de l’affaire avec un délai de prescription. Cependant, je voudrais noter que cette affaire ne peut pas se terminer de cette façon car elle entre dans le cadre des crimes contre l’humanité, compte tenu du verdict de la Cour européenne des droits de l’homme sur cette affaire. Si vous avez de telles pensées, abandonnez-les.
 
Pourquoi est-ce dans le cadre des crimes contre l’humanité? Lors de la commission d’enquête parlementaire du 12 octobre 1995, le meurtre d’Anter est spécifiquement mentionné et (…) et crime a été avoué en 1995.
 
Nous voulons que la vérité soit révélée. La clôture de l’affaire créera de nouvelles violations. Et cette affaire ne finira jamais. Peut-être que la deuxième génération continuera à suivre l’affaire. (…)« 
 
Avocat de la défense : l’affaire doit être classée
 
L’avocat de l’accusé Savaş Gevrekçi a déclaré : « Il a été révélé que mon client était innocent. Le délai de prescription est venu, de toute façon. Allons-nous mettre l’affaire dans une atmosphère politique (…). Je demande une décision de non-lieu. »
 
L’avocat de l’accusé Hamit Yıldırım a déclaré : « Les lois sont claires. L’affaire est bien sûr triste en raison de son contenu, mais c’est une affaire médiatisée. (…) Mon client devrait bénéficier de la présomption d’innocence comme tout le monde. »
 
Annonçant son jugement provisoire, le tribunal a déclaré qu’il se prononcerait sur les demandes concernant le délai de prescription et la séparation des dossiers lors de l’audience finale.
 
La prochaine audience aura lieu le 21 septembre. (Bianet Musa Anter murder case postponed to after expiry of statute of limitations)
 
Qui était Musa Anter
 
Musa Anter, né en 1920 à Nusaybin, était un écrivain, poète, journaliste et activiste kurde persécuté pendant des décennies par le régime fasciste turc pour avoir milité contre le colonialisme turc au Kurdistan.
 
Musa Anter, alias Apê Musa (littéralement «oncle Musa» en kurde), qui a écrit des articles dans le quotidien Ozgur Gundem et l’hebdomadaire Yeni Ulke, a été tué par balle à Diyarbakir (Amed). Attirés de son hôtel par un appelant qui lui a demandé de l’aider à régler un litige immobilier, Anter et un ami sont partis en taxi avec un inconnu, âgé entre 25 et 30 ans. Quand ils ont commencé à soupçonner qu’un piège était en train d’être tendu, ils ont exigé de sortir du taxi. L’homme qui les accompagnait est également sorti et, ayant marché devant eux, a commencé à leur tirer dessus avec un pistolet.
 
Anter a été touché par quatre balles et est décédé peu après. L’ami, touché par deux balles, a été grièvement blessé. Amnesty International a signalé qu’un pistolet de 9 coups de 9 mm avait été utilisé lors de l’attaque, qui aurait eu lieu en périphérie de la ville près d’un poste de police et d’un poste de contrôle de la circulation. Anter, qui ne vivait pas à Diyarbakir, visitait la ville pour signer ses livres lors d’un festival culturel.
 
*JİTEM : Organisation de renseignement de gendarmerie turque (Jandarma İstihbarat ve Terörle Mücadele ou Jandarma İstihbarat Teşkilatı – JİTEM), était actif surtout dans dans les années 1990.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici