AccueilEuropeAllemagneL'Allemagne et les Loups gris turcs déguisés en brebis

L’Allemagne et les Loups gris turcs déguisés en brebis

Une initiative allemande de soutien aux Kurdes du Rojava organise une conférence à Bochum le 24 septembre. Comme sont titre l’indique, la conférence « Loups déguisés en brebis – Nationalistes turcs et fondamentalistes islamistes en Allemagne » va tenter d’alerter l’opinion publique allemande sur les dangers que représentent les organisations nationalistes et islamistes turques [Loups Gris, DITIB…] bien implantées sur le sol allemand.
 
Lors de la conférence, les organisations d’extrême droite orientées vers les migrants – des fascistes aux fondamentalistes religieux – vont être passées au crible et leurs réseaux et coopérations examinés plus en détail.
 
L’Initiative « Rojava Solidarity Bochum » explique le contexte de la conférence:
 
« En ce qui concerne le thème de l’intégration dans ce pays, les représentants de la politique locale allemande sont particulièrement heureux lorsqu’ils savent qu’il existe diverses associations et organisations de migrants dans leur voisinage en tant que partenaires de contact direct et de coopération.
 
Ceux-ci ne sont pas seulement considérés comme des représentants directs de la communauté migrante respective. D’un point de vue d’origine allemande, ils sont avant tout le symbole d’une intégration réussie ou du moins en développement ou d’une conception sociale « multiculturelle » réussie.
 
Outre l’objectif d’œuvrer pour une société plus ouverte, démocratique et libérale, il n’est pas rare que des noms d’organisations tels que DİTİB, IKV ou ATİB se retrouvent dans les réseaux respectifs.
 
Dans les cas les plus rares, cependant, les politiciens ou les acteurs de la société civile savent ce que signifient les abréviations individuelles et quelles organisations et idéologies sont derrière elles.
 
En fait, vous êtes parfois en conflit avec des fascistes turcs comme les Loups Gris, le MHP ou l’AKP ou des groupes islamistes comme les Frères musulmans.
 
Alors que les nationalistes turcs avec leur idéologie folklorique et raciste du Touranisme s’efforcent d’atteindre l’objectif d’un Grand Empire turc, le désir d’unification de tous les pays islamiques sous la charia, le panislamisme, peut être prouvé encore et encore, en particulier dans les cercles islamistes.
 
Cela se produit souvent avec une référence positive à l’État islamique (EI/Daech). En conséquence, des organisations politiquement extrêmement discutables sont choisies par les politiciens allemands comme représentants d’une communauté de migrants homogène imaginaire. En outre, ces organisations sont renforcées dans leur importance par le rôle représentatif qui leur est attribué.
 
Non seulement ils ont des avantages lorsqu’ils demandent des fonds publics, qui profitent ensuite aux fascistes et islamistes turcs tels que les Frères musulmans, par exemple, mais ils sont également capables de dominer les discours dans la communauté des migrants.
 
Ceux qui critiquent publiquement ces organisations sont menacés, intimidés et diffamés.
 
En outre, ces organisations tentent également d’infiltrer des partis ou des syndicats. Avec le développement politique en Turquie, les relations entre les différents courants ont de nouveau changé.
 
Les réseaux et les constellations actuelles sont moins gérables et la division entre nationalistes turcs et fondamentalistes islamiques est devenue moins claire en raison de la coalition entre l’AKP et le MHP.
 
Les Loups Gris, par exemple, continuent de propager leurs illusions nationalistes, tandis que l’AKP a démontré une influence fondamentaliste religieuse accrue sur la communauté migrante en Allemagne.
 
C’est précisément ce mélange de religion et de nation qui complique le travail politique des personnes issues des mouvements d’opposition de gauche, démocrates et libéraux. Ici comme dans les pays d’origine.
 
Alors que dans ce pays, presque toutes les personnes de gauche libérale à radicalement de gauche ont une vision plus ou moins aiguisée de leur « propre » extrême droite d’origine allemande, les liens mentionnés ci-dessus ne sont généralement pas considérés ou classés comme plutôt secondaires.
 
Une attitude antifasciste cohérente exige exactement ceci : notre solidarité doit s’appliquer à tous ceux qui sont touchés par le racisme, l’intégrisme religieux ou le fascisme, quelle que soit l’origine des auteurs.
 
C’est pourquoi nous voulons éduquer, nous positionner et accompagner les personnes concernées. L’événement de la journée vise à examiner de près ces organisations d’extrême droite orientées vers les migrants – des fascistes aux fondamentalistes religieux – et à faire la lumière sur leurs réseaux et leur coopération. »
 
Les conférenciers :
 
Veysel Işık, journaliste kurde réfugié en Allemagne et travaillant pour des médias kurdes en Europe.
 
Lena Wiese, sociologue interdisciplinaire, s’est concentrée sur les femmes ultranationalistes dans l’ultranationalisme turc.
 
Orhan Sat, politologue et sociologue, donne des conférences sur le nationalisme turc et le fondamentalisme religieux en Allemagne depuis des années. Les structures organisationnelles, l’orientation idéologique, leurs relations entre elles et la relation à la patrie (Turquie) de ces organisations sont le sujet principal de son travail. Dans ses conférences, Orhan Sat inclut le rôle particulier de l’État turc dans ces organisations et il montre ce rôle de l’État turc sous différents angles.
 
Pour une meilleure planification, il est préférable que vous vous inscriviez avant le 16 septembre par email à : woelfeimschafspelz22@riseup.net
 
L’événement a lieu au centre Falkenheim, Akademiestraße 69, à 44789 Bochum.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici