AccueilFemmesROJAVA. Les YPJ ont sauvé une autre femme yézidie du camp al-Hol

ROJAVA. Les YPJ ont sauvé une autre femme yézidie du camp al-Hol

SYRIE / ROJAVA – Les forces féminines kurdes ont annoncé avoir secouru une autre femme yézidie dans le camp d’al-Hol abritant les familles de DAECH/ISIS.
 
Le 13 septembre, les Unités de protection des femmes (YPJ) ont annoncé avoir libéré une femme yézidie de 24 ans du camp d’al-Hol lors de l’opération Humanité et sécurité.
 
Dans une vidéo publiée sur Twitter, les YPJ ont déclaré qu’au cours du 20e jour de l’opération Humanité et sécurité, les YPJ avaient libéré Sawsan Hasan Haydar, une jeune Yézidie de 24 ans, du camp d’al-Hol.
 
Les FDS ont déclaré que la jeune femme avait été enlevée à Sinjar (Shengal) par l’Etat islamique en 2014.
 
Le 3 août, les Unités de protection des femmes (YPJ) ont réussi à libérer une jeune femme yézidie de 18 ans nommée Wafaa Ali Abbas du camp d’al-Hol.
 
Elle a récemment retrouvé sa famille, originaire du village de Kocho à Sinjar.

Lors du génocide yézidi en août 2014, l’Etat islamique a enlevé des milliers de filles et de femmes yézidies, qui ont été vendues comme esclaves.

Selon les dernières données du gouvernement régional du Kurdistan (KRG), 2 700 femmes et enfants yézidis sont toujours portés disparus, tandis que 325 000 sont toujours déplacés dans des camps.

Certaines des femmes ont été retrouvées à al-Hol, certaines sont toujours dans la province d’Idlib sous contrôle rebelle, d’autres femmes yézidies ont été retrouvées en Turquie.

L’activiste yézidis Murad Ismael, président et co-fondateur de l’Académie de Sinjar, a déclaré à Kurdistan 24 qu’ils pensent que des centaines de Yézidis sont toujours dans le camp et qu’ils apprécient les efforts des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) pour les sauver. « Beaucoup d’enfants qui ne peuvent plus s’identifier comme yézidis sont là aussi, pas seulement des adultes, et ils sont encore plus difficiles à identifier et à extraire. »

Il a averti que le « terrorisme » semble prospérer dans le camp.

« Ce qui est plus dangereux, c’est que nous constatons une pression pour les rapatrier et les réintégrer dans les sociétés, ce qui pour moi revient à trouver un nid de scorpions et à les laisser intentionnellement libres dans votre chambre. Je dois dire bonne chance à ceux qui croient qu’ils peuvent être un réintégré. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici