AccueilKurdistanBakurLe Conseil de l'Europe demande à la Turquie de présenter sa défense...

Le Conseil de l’Europe demande à la Turquie de présenter sa défense dans une affaire de réclusion à perpétuité aggravée

Le Conseil de l’Europe a demandé à la Turquie de présenter sa défense dans une affaire relative à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération imposé aux prisonniers politiques kurdes.
 
Une décision prise en juillet par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe a ouvert la voie aux barreaux turcs pour déposer des plaintes concernant des condamnations à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.
 
Le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a demandé à la Turquie de présenter sa défense concernant cinq requêtes différentes déposées par le barreau de Diyarbakır, dont une concernant des peines à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, a rapporté samedi l’agence de presse Mezopotamya.
 
Abdullah Öcalan, chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), emprisonné depuis 1999, et trois autres prisonniers politiques kurdes, ont été cités dans la requête déposée par le barreau, a déclaré l’avocat Mehdi Özdemir à l’agence de presse Mezopotamya.
 
La Turquie a aboli la peine de mort en 2004 et l’a remplacée par ce qu’on appelle la « prison à perpétuité aggravée » ; la réclusion à perpétuité sans perspective de libération, qui peut impliquer de sévères restrictions de mouvement en prison ou un isolement cellulaire prolongé.
 
Dans une décision de 2014 concernant une plainte déposée au nom d’Öcalan concernant ses conditions d’emprisonnement, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que la Turquie avait violé l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui interdit les traitements inhumains ou dégradants.
 
Le plus haut tribunal européen des droits de l’homme a également rendu des décisions similaires pour trois autres prisonniers cités dans la récente requête du barreau, Hayati Kaytan, Emin Gurban ve Civan Boltan, déclarant que leur emprisonnement à perpétuité sans possibilité de révision équivalait à une peine inhumaine.
 
L’association du barreau de Diyarbakır (Amed) avait déjà déposé des requêtes similaires concernant des peines à perpétuité aggravées auprès du tribunal, mais la CEDH n’a pas pris de mesures car les associations de barreaux n’étaient pas reconnues comme des ONG éligibles pour soumettre des communications à l’organe décisionnel du Conseil de l’Europe, le Comité des Ministres.
 
Le 6 juillet, la commission a ouvert la voie aux barreaux des pays membres pour soumettre des décisions de communications, en modifiant une règle concernant la surveillance de l’exécution des arrêts et des termes des règlements amiables.
 
La décision ajoute des organisations telles que les barreaux, les barreaux ou d’autres associations d’avocats parmi les organisations non gouvernementales qui peuvent soumettre des communications au comité.
 
Le barreau de Diyarbakır a de nouveau soumis sa demande après cela, a déclaré Mehdi, ajoutant qu’en tant qu’avocats, ils demandaient des changements structurels dans le système turc qui permettront une libération anticipée pour les peines à perpétuité.
 
« Ils [le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe] ont demandé une défense de la Turquie concernant nos demandes. La première évaluation sera faite après que la Turquie aura soumis sa défense », a déclaré Özdemir à l’agence de presse Mezopotamya.
 
Selon le ministère turc de la Justice, il y avait 1 453 personnes en prison condamnées à la réclusion à perpétuité aggravée en 2014. Le ministère n’a pas mis à jour ces chiffres, tandis que le nombre de prisonniers condamnés ou susceptibles de recevoir des peines à perpétuité sans libération conditionnelle a atteint un sommet ces dernières années.
 
Dans les affaires liées à la seule tentative de coup d’État manquée de 2016, les tribunaux ont condamné 1 634 personnes à une peine d’emprisonnement à perpétuité aggravée, alors qu’ils ont exigé des peines similaires pour de nombreux députés et maires kurdes emprisonnés pour diverses charges liées au « terrorisme ».
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici