AccueilMoyen-OrientTurquieTURQUIE. Des Russes achètent en masse des logements à Antalya, faisant monter...

TURQUIE. Des Russes achètent en masse des logements à Antalya, faisant monter les prix

Décidément, Erdogan est aux petits soins des Russes qui veulent échapper aux sanctions occidentales et qui achètent en masse des appartements dans des villes touristiques turques, dont Antalya, faisant augmenter les prix du mètre carré. (Après, on se demande pourquoi Poutine laisse les drones turcs massacrer les Kurdes syriens…)

La hausse de la demande, combinée à la dépréciation de la livre turque, à une inflation élevée et à une dynamique mondiale plus large, a vu les prix de l’immobilier augmenter de façon spectaculaire dans tout le pays. Certains propriétaires ont tellement augmenté les prix des locations des Russes et des Ukrainiens que certains d’entre eux ont quitté la Turquie sans payer leurs loyers.

En juillet 2022, les acheteurs russes représentent 26% des acquéreurs de biens immobiliers turcs achetés par des étrangers, selon les chiffres de l’Institut statistique turc, qui a également classé Antalya comme le premier choix parmi les acheteurs de maisons étrangers.

En plus de provoquer la forte hausse des prix de l’immobilier, l’augmentation des achats de biens immobiliers turcs par des Russes est également considéré comme moyen de contourner les sanctions liées à la guerre en Ukraine.

Les responsables occidentaux ont exprimé leurs inquiétudes quant au potentiel des marchés immobiliers favorables aux investisseurs comme la Turquie et les Émirats arabes unis, ainsi que New York et Londres, à servir de conduits pour des activités illicites, avertissant que des sanctions secondaires pourraient être appliquées aux individus ou entités permettant des sanctions fraudeurs, y compris par la vente de grandes propriétés.

Parallèlement aux ventes de terrains au comptant, les agents immobiliers turcs ont également noté une augmentation des achats d’appartements par lots. En mars, un agent immobilier d’Antalya cité par le journal économique, Dünya, a déclaré que certains clients russes achetaient jusqu’à 20 à 30 propriétés en même temps.

Un agent immobilier turc récapitule que ces achats sont généralement destinés à garantir la citoyenneté turque par le biais d’une propriété, ce qui nécessite désormais 400 000 dollars d’investissements après le relèvement du seuil , contre 250 000 dollars en avril. Le même agent immobilier a estimé qu’environ 10% de ses clients russes à Antalya cette année achetaient spécifiquement des biens immobiliers pour acquérir la citoyenneté turque.

Le prix est au rendez-vous

Cette demande croissante, combinée à une dépréciation de la livre turque, à une inflation élevée et à une dynamique mondiale plus large, a vu les prix de l’immobilier augmenter de façon spectaculaire pour les locataires et les acheteurs dans tout le pays. Les agents immobiliers locaux ont déclaré qu’il n’était pas rare de voir les propriétaires multiplier par cinq les loyers des locataires résidentiels et commerciaux à Antalya cette année.

Sanctions ou sanctuaire

İsmail Çağlar, président de la Chambre des agents immobiliers d’Antalya, a déclaré que la bulle immobilière d’Antalya avait déjà éclaté et que les prix reviendraient bientôt à la « normale » . Il a également exprimé son soutien général à l’intérêt étranger pour l’immobilier en Turquie et y a vu un coup de pouce pour l’économie du pays.

Lorsqu’on lui a demandé si de grandes ventes immobilières pourraient attirer l’attention négative des pays occidentaux, Çağlar a brusquement changé de ton, répondant : « Nous aimons tous les êtres humains parce que Dieu les a créés. Nous n’avons aucun problème. »

En réponse à la question : « Et si les pays occidentaux rencontraient des problèmes avec des transferts d’argent importants vers la Turquie de la part d’individus sanctionnés ? »

Çağlar a répondu: «Tous les types d’investissements sont les bienvenus. Notre porte est ouverte. Nous sommes un pays musulman, (…) nous acceptons tout le monde. »

Les déclarations faisaient écho à celles du ministres turc des affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu en mars. Lorsqu’on lui a demandé au Forum de Doha si les oligarques russes étaient les bienvenus en Turquie, Çavuşoğlu a répondu : « Si les oligarques russes… ou tout autre citoyen russe veulent visiter la Türkiye, bien sûr qu’ils le peuvent. »

Il a ajouté: « Si vous voulez dire si ces oligarques peuvent faire des affaires en Turquie, alors bien sûr si c’est légal et non contraire au droit international. »

La frontière entre légal et illégal restera un point central pour les observateurs internationaux qui craignent que la distinction ne s’estompe après que le président russe Vladimir Poutine et Erdoğan se sont engagés à accroître la coopération économique lors de leur réunion du 5 août à Sotchi.

Les résultats de ces accords restent à voir, même si lors de son vol de retour, Erdoğan a déclaré aux journalistes que cinq banques turques avaient adopté le système de paiement russe Mir, qui permet aux citoyens russes de Türkiye d’utiliser leurs cartes pour les paiements alors que les services Visa et Mastercard ont été suspendus en Russie.

Cette décision pourrait aider les touristes, mais les responsables occidentaux ont déclaré que le système Mir n’était pas une préoccupation majeure pour l’évasion des sanctions, car il sert principalement les petits achats des citoyens moyens, tandis que de nombreuses élites en Russie ont déjà transféré leurs fonds en dehors du système financier du pays.

Que retenir ?

-Les Russes achetaient principalement des maisons d’été, mais achètent désormais de plus en plus de maisons pour y rester toute l’année.
-Peu de personnes dans le secteur s’attendent à ce que les quotas de résidence aboutissent à quoi que ce soit.
-Plus de Russes à revenu élevé achètent des maisons à Antalya par rapport aux années précédentes.

Bianet

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici