Şerko Bêkes, le grand poète kurde orphelin à double titre

0
203
Şêrko Bêkes décédé le 4 août 2013, a apporté une grande contribution à la littérature kurde. Bêkes signifie « sans personne » en kurde. Ainsi, Şêrko qui a perdu ses parents enfants, était orphelin de parents mais aussi de sa patrie Kurdistan colonisée où la présence kurde était effacée à coup de massacres et d’assimilation forcée…
 
Şêrko Bêkes , poète aussi important qu’Arjen Arî et Erebê Şemo dans la littérature kurde, est né en 1940 à Sulaymaniyah, au Kurdistan du Sud, dans une famille d’artistes. Sa mère lui racontait des histoires kurdes quand il était jeune, et son père était Faik Bêkes, un pionnier de la littérature en dialecte soranî. Il a perdu ses deux parents quand il était un jeune enfant.
 
 
Bêkes a rejoint le mouvement de libération kurde en 1965 et a travaillé pour la station de radio Dengê Şoreşê, qui signifie Voix de la Révolution en kurde. Ici, il a commencé à incorporer les paysans et les ouvriers kurdes dans sa littérature.
 
Bêkes était également un combattant peshmerga. Il se décrit comme « un poète de la résistance ». Avec ses poèmes sur le travail, l’illumination et l’espoir, il est considéré comme l’un des pionniers de la poésie kurde après les années 1970, période où il a introduit ce qu’il a appelé Rûwange (Vision).
 
Les poèmes de Bêkes ont trouvé une portée plus large lorsqu’ils ont été traduits par Reingard, Shirwan Mirza et Renate Saljoghi sous le titre The Secret Diary of a Rose en 1975. Le dictateur irakien Saddam Hussein a également été impressionné par son travail et avait offert un prix à Bêkes. Il a également demandé à Bêkes d’écrire une épopée pour le louer, a écrit la chroniqueuse Pınar Doğu, citant le critique littéraire kurde Abidin Parıltı. Le poète a été exilé en Suède en 1986 lorsqu’il a refusé le prix et la commande de Saddam, le boucher des Kurdes.
 
Avec la création de la région semi-autonome du Kurdistan en Irak et son premier gouvernement en 1991, Bêkes est retourné dans son pays et est devenu le premier ministre de la Culture de la région. Cependant, il était en désaccord avec le gouvernement à cause de ses idées progressistes sur la liberté et les droits humains.
 
Ses poèmes ont de nouveau été censurés et le journal pour lequel il travaillait autrefois, Welat, a été fermé pour « propagande terroriste » . Bêkes a démissionné de son poste de ministre en 1993, affirmant qu’il « n’échangerait pas une seule ligne de mes poèmes contre 30 ministères » . Il retourna ensuite en Suède.
 
Le poète a perdu la vie à Stockholm en août 2013. Il a publié 27 recueils de poésie dans son dialecte natal sorani, et ses œuvres sélectionnées « Ji Nav Şiîrên Min » (« De mes poèmes ») ont été traduites en dialecte kurmanji, ainsi que d’autres compilations de poésie traduites en anglais, français, allemand, italien, danois, arabe et turc.
 
En 1987, Bêkes a reçu le prix Kurt Tuckholsky, qu’il a reçu des mains du Premier ministre suédois de l’époque, Gösta Ingvar Carlsson.
 
Bêkes a également reçu le prix d’or Pirêmêrd en 2011, décerné par le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) depuis 2002 au nom d’un poète du XIXe siècle de Sulaymaniyah pour ses grandes contributions aux arts et à la littérature kurdes. Le mot « pirêmêrd » signifie « pîr = vieux + mêrd = brave» en dialecte kurmanji, et est aussi un titre honorifique pour les poètes les plus distingués et vénérés.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici