Semaine sanglante en Iran où 32 personnes sont pendues en une semaine

0
216
Le régime iranien a accéléré les pendaisons des prisonniers avec 32 prisonniers pendus la semaine dernière. Parmi les prisonniers il y avait au moins deux femmes kurdes, dont l’une avait tué son mari auquel on l’avait mariée à l’âge de 15 ans.
 
Les autorités iraniennes ont exécuté mercredi trois femmes, dont une ancienne jeune mariée, pour le meurtre de leurs maris, selon une ONG iranienne de défense des droits humains qui rappelle qu’ « au sein du mariage lui-même, une femme n’a pas le droit de divorcer, même en cas de violence domestique et d’abus, qui sont cachés dans les codes culturels et la langue. »
 
La semaine dernière a été l’une des plus sanglantes, avec 32 personnes exécutées au milieu d’une augmentation substantielle de l’utilisation de la peine de mort qui a entraîné deux fois plus d’exécutions à ce stade de l’année par rapport à l’année dernière.
 
Citant des groupes de défense des droits humains, la BBC a rapporté que l’Iran exécute plus de femmes que tout autre pays, dont la majorité sont reconnues coupables du meurtre de leur mari.
 
Parmi les trois personnes mises à mort cette semaine figurait Soheila Abadi, une jeune kurde de 25 ans, condamnée à mort pour le meurtre de son époux auquel on l’avait mariée à l’âge de 15 ans, le tribunal citant son mobile comme des « conflits familiaux » . Elle a été pendue dans la prison de Sînê (Sanandaj). 
 
Les militants disent que de nombreuses condamnations impliquent des accusations de violence domestique qui ne sont pas examinées par les tribunaux iraniens.
 
Cette semaine, Amnesty International a fustigé le pays pour s’être livré à une « horrible vague d’exécutions » , avec 251 personnes pendues au cours des six premiers mois de 2022, bien que des chiffres précis ne soient pas disponibles car l’Iran n’annonce pas officiellement toutes les pendaisons.
 
« L’appareil d’État procède à des homicides à grande échelle à travers le pays dans le cadre d’une odieuse offensive contre le droit à la vie » , a déclaré Diana Eltahawy, directrice régionale d’Amnesty, qui a rappelé que la majorité des pendus appartiennent aux minorités ethniques (Kurdes, Baloutches, Arabes).
 
En vertu du droit iranien, la peine de mort s’applique à de nombreuses infractions, notamment les crimes financiers, le viol et le vol à main armée. Sont également passibles de la peine capitale des activités protégées par le droit international relatif aux droits humains, telles que les relations sexuelles consenties entre personnes du même sexe, les relations sexuelles extraconjugales et les propos considérés comme un « outrage au prophète de l’islam », ainsi que des infractions formulées en termes vagues, telles que l’« inimitié à l’égard de Dieu » et la « diffusion de la corruption sur terre ».

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici