En souvenir de Jiyan Tolhildan

0
370

Alors que les drones turcs tuent impunément des femmes et hommes kurdes au Rojava, la communauté internationale qui les applaudissait hier pour leur bravoure face aux terroristes de DAECH se rend complice de leur meurtre en détournant le regard, au lieu de stopper la Turquie criminelle. L’une de ces femmes tombée martyre sous les bombes turques est la commandante Jiyan Tolhildan. Elle était commandante des FDS en charge des opérations conjointes avec la coalition internationale anti-EI. Elle a été tuée avec deux autres combattantes des YPJ par un drone turc près de Qamishlo le 22 juillet dernier. La journaliste Sarah Glynn lui rend hommage dans son billet intitulé « Remembering Jiyan Tolhildan (En souvenir de Jiyan Tolhildan) » .

En souvenir de Jiyan Tolhildan

Dimanche dernier, le Commandement central des États-Unis a présenté ses condoléances à trois femmes combattantes – membres de leurs «partenaires des FDS» qui ont été « tuées lors d’une attaque près de Qamishlo, en Syrie, le 22 juillet 2022». Ils ont omis de mentionner que l’auteur de l’attaque qui a assassiné les trois femmes était l’allié américain de l’OTAN, la Turquie, et que le drone turc qui l’a perpétré a survolé l’espace aérien contrôlé par les États-Unis.

 

La vie et la mort de Jiyan Tolhildan fournissent à la fois une inspiration puissante et un avertissement effrayant. Vous pouvez la regarder raconter sa propre histoire – et voir son sourire contagieux – dans un documentaire tourné en 2015, après son rôle important dans la défense de Kobanê, la bataille qui a renversé la vapeur contre l’EI.

Jiyan signifie vie et Tolhildan signifie vengeance – c’est-à-dire se venger de l’oppression en construisant la révolution.

Le vrai nom de Jiyan était Salwa Yusuf. Elle est née en 1982 dans un village d’Afrîn dans une famille traditionnelle kurde. Comme toute sa communauté, elle a été rapidement sensibilisée à la discrimination anti-kurde, tant de la part du régime syrien qui imposait l’enseignement arabe aux enfants kurdes et les battait alors qu’ils se révoltaient, que des récits de sa grand-mère sur le massacre de Dersim, perpétré en Turquie en 1938. Elle a également pris conscience de l’oppression des femmes au sein de sa propre communauté, où les filles étaient mariées jeunes et n’avaient pas leur mot à dire dans leur vie. Et elle savait qu’il y avait un endroit dans les montagnes où les femmes kurdes prenaient le contrôle de leur propre avenir : où elles « s’instruisent et se battent pour leur honneur ». En 1998 (…) elle quitte sa famille pour rejoindre le Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, où son frère était déjà allé se battre (et finalement tombé pour) la libération kurde.

 

Tout d’abord, elles sont restées en Syrie, aidant d’autres filles à échapper au mariage forcé. Puis, à l’âge de 18 ans, elle est partie dans les bases montagneuses du PKK dans les monts Qandil, au nord de l’Irak, où les guérilleros ont pu vivre selon leur propre modèle de société. Elle était allée se battre pour une cause, mais a découvert qu’en plus d’apprendre à se battre, elle avait également reçu une éducation sur la nature et l’histoire de la société – et sur l’importance de retrouver un rôle à part entière pour les femmes.

Lorsque les Kurdes du nord de la Syrie ont profité du vide de pouvoir laissé par la guerre civile syrienne pour établir un contrôle autonome dans leur région, les guérilleros syriens sont rentrés chez eux pour soutenir et défendre la nouvelle société autonome. Jiyan a pu faire des retrouvailles en larmes avec sa famille, mais elle a aussi donné toute son énergie à la lutte et à la mise en place des unités de défense des femmes (YPJ). Les YPJ, qui font désormais partie des Forces démocratiques syriennes (FDS), ont joué un rôle essentiel dans la défense de Kobanê et la défaite de l’EI, ainsi que dans la libération des femmes de la région. Au moment de sa mort, Jiyan était cheffe des unités de lutte contre le terrorisme.

Le jour de son assassinat, elle avait participé à un forum sur les acquis de dix ans de révolution des femmes au Rojava. Elle voyageait du forum avec une autre, plus jeune, commandante des YPJ, Roj Khabur (Joana Hisso), et une combattante des YPJ de dix-neuf ans, Barin Botan (Ruha Bashar), lorsque leur voiture a été touchée par le drone turc et tous trois ont été tuées.

Lorsque les FDS étaient tout ce qui se dressait entre le reste du monde et DAECH, les médias internationaux ne pouvaient pas se lasser de ces combattantes, mais maintenant qu’elles sont attaquées par la Turquie, personne ne veut le savoir. Le gouvernement turc est déterminé à éliminer tout vestige de l’autodétermination kurde (…). Après avoir persuadé ses alliés aux États-Unis et en Europe de qualifier le PKK de groupe terroriste, il est furieux de voir ces pays travailler avec les FDS – même dans une alliance purement tactique. (La démocratie radicale et l’idéologie anticapitaliste de l’administration autonome garantissent que les puissances mondiales n’ont aucune réelle sympathie d’intérêts.)

Les FDS n’ont pas les moyens de se protéger des airs et le contrôle de l’espace aérien du nord de la Syrie est partagé entre les États-Unis et la Russie. En 2018, la Russie a permis à la Turquie d’envahir et d’occuper le canton occidental d’Afrîn ; et en 2019, le président Trump a retiré les troupes américaines permettant à la Turquie d’occuper la bande de terre entre Serê Kaniyê et Girê Spî. L’invasion de 2019 s’est terminée par des cessez-le-feu négociés avec la Russie et les États-Unis, qui devaient se porter garants. La Turquie rompt ces accords de cessez-le-feu tous les jours, mais les garants n’ont rien fait. Pendant ce temps, les zones occupées sont marquées par le nettoyage ethnique et la turquification. Leur administration quotidienne a été confiée à des milices mercenaires qui se font concurrence dans la terreur et l’extorsion et dans leurs interprétations brutales de l’islam, tandis que les cellules de l’EI trouvent refuge.

En mai, le président Erdoğan a annoncé que la Turquie procéderait à une troisième invasion de ce qui est maintenant connu sous le nom d’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie, et un grand nombre de soldats et de véhicules militaires ont traversé la frontière entre la Turquie et la Syrie occupée par la Turquie. Cette fois, ni la Russie ni les États-Unis ne sont prêts à s’écarter du chemin d’Erdoğan – ses cibles préférées sont dans la zone dominée par la Russie – mais il n’a montré aucun signe de recul. S’il teste jusqu’où il peut aller sans réaction internationale significative, il sera ravi. Outre le nombre croissant d’assassinats ciblés de membres dirigeants des FDS, la Turquie a bombardé constamment des villages le long de la ligne de front, tuant et mutilant des civils, détruisant des maisons et des infrastructures et chassant délibérément les résidents locaux.

Les agressions étrangères d’Erdoğan sont largement interprétées comme des tentatives de regagner le soutien populaire qu’il a perdu à cause de la crise économique turque ; mais même si cela ne suffit pas à le maintenir au pouvoir, la principale « opposition » politique n’a montré aucune volonté de s’opposer à son nationalisme populaire. Le Parti républicain du peuple (CHP) s’est joint au Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir pour condamner le fait que l’Amérique ait envoyé un message de condoléances.

La Turquie peut adopter cette position parce que le reste du monde les laisse littéralement s’en tirer avec un meurtre. La géographie stratégique de la Turquie lui permet de courtiser à la fois l’OTAN (dont elle est membre de longue date) et la Russie. Personne ne veut risquer la colère de la Turquie, donc jusqu’à ce qu’il y ait un fort mouvement les poussant d’en bas, les politiciens continueront à détourner le regard et à ignorer les appels à une zone d’exclusion aérienne. Et les gens qui ont tant fait, non seulement pour vaincre DAECH, mais aussi pour donner l’espoir, par l’exemple, d’une meilleure forme de société, ne peuvent s’attendre à aucune aide.

Chaque coup porté aux FDS est à la fois une tragédie personnelle et un revers pour le progrès, mais il y a encore beaucoup de gens prêts à assumer le fardeau de ceux qui sont tombés. Ils ont besoin de notre soutien, mais leur esprit est inébranlable – comme Jiyan l’a expliqué dans le film :

« La mort est quelque chose de naturel pour nous. Elle est constamment dans nos esprits et nos âmes. Où que vous alliez, les visages et les yeux des martyrs sont toujours avec vous. Vous sentez que vous n’êtes pas seul. On n’appelle pas ça la mort parce que les gens se sacrifient pour se construire une nouvelle vie… Et nous partageons cette nouvelle vie, toujours souriants, toujours rêvant de beauté. C’est le secret de la révolution. »

Les Kurdes disent que « les martyrs ne meurent jamais » ; mais, en plus de maintenir vivants les idées et l’esprit de ceux qui ont fait ce sacrifice, les gens partout dans le monde doivent s’unir pour faire pression sur les dirigeants mondiaux afin qu’ils essaient de faire en sorte qu’il n’y ait plus de martyrs.

L’histoire de Jiyan

Le film « Jiyan’s Story : Women’s Revolution » est déjà paru en 2017. Il raconte la vie de Jiyan Tolhildan depuis son enfance dans un village proche d’Efrîn jusqu’à la révolution des femmes qui a pris place au Rojava/Nord-Est de la Syrie à partir de 2012. Contrairement à de nombreux autres films sur la révolution et la lutte contre l’EI, celui-ci ne se concentre ni sur la lutte militaire ni sur la seule lutte politique. Il raconte toute l’histoire d’où les différentes luttes sont enracinées, comment elles sont intégrées et pourquoi les femmes sont l’avant-garde de la révolution.

En se concentrant sur un protagoniste, le réalisateur A. Halûk Ünal est capable de mettre en lumière de nombreux aspects d’une vie de résistance : Jiyan grandit à Efrîn près de la barrière frontalière qui sépare le Kurdistan et déchire sa famille. À l’école, elle subit le racisme du système éducatif arabe syrien. Elle se rebelle contre la séparation des garçons et des filles dans le village et refuse de se marier contre son gré. Fuyant sa famille et rejoignant le mouvement de libération, elle élargit son horizon et apprend à connaître les autres groupes ethniques et religieux de sa région. Sachant de première main comment les femmes chrétiennes et musulmanes, les femmes éduquées et non éduquées partagent l’expérience de l’oppression patriarcale, Jiyan réalise à quel point l’oppression des femmes est centrale pour toutes les structures de pouvoir au Moyen-Orient.

Lorsque le printemps arabe commence en 2011, elle retourne dans les villes pour aider à organiser le soulèvement pacifique contre l’État syrien tout en organisant secrètement les femmes d’une manière que les hommes ne remarqueraient pas : « Ils nous ont trompés pendant 5000 années. Notre tromperie n’a même pas duré un an ».

Comme elle le dit, sans armes, vous ne pouvez pas aller loin si l’ennemi est déterminé à utiliser la force. Ainsi, les YPG / YPJ se constituent, repoussent les forces de l’État syrien sans coup férir et jouent ensuite un rôle décisif dans la défaite de l’EI d’abord à Kobanê et plus tard partout.

Le film montre tout cela, mais le véritable objectif est la lutte politique pour changer les structures de la société et l’esprit des femmes et des hommes. Le mouvement des femmes kurdes franchit une nouvelle étape vers l’abolition du patriarcat en dispensant une éducation anti-patriarcale aux hommes. Dans le film, on voit des jeunes hommes se vanter de combien ils ont changé, tandis que d’autres baissent timidement les yeux.

« L’histoire de Jiyan » montre mieux que d’autres films les contradictions de la société. Nous entendons des histoires déchirantes de femmes mariées à l’âge de 12 ans. Ensuite, nous voyons les mêmes femmes s’émanciper dans un environnement entièrement féminin au sein des YPJ.

Jiyan’s Story (en anglais) de Drama İstanbul Film Workshop sur Vimeo:  https://vimeo.com/234408612

Le texte à lire en anglais ici : Remembering Jiyan Tolhildan

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici