AccueilCulturePrix d'Amnesty International pour le documentaire Hêza racontant l'histoire d'une otage yézidie...

Prix d’Amnesty International pour le documentaire Hêza racontant l’histoire d’une otage yézidie devenue commandante lors de la bataille de Raqqa

Plusieurs femmes yézidies, anciennes esclaves de DAECH, ont pris les armes contre DAECH pour en finir avec la barbarie islamiste qui avait plongé le Moyen-Orient dans les ténèbres. L’une de ces femmes au courage extraordinaire est devenue la héroïne du documentaire « Hêza » réalisé par la cinéaste kurde Derya Deniz.
 
Le documentaire Hêza a reçu le prix des droits humains d’Amnesty International lors du 14e Festival du film SiciliAmbiente. La productrice Afat Baz a déclaré : « Ce prix est destiné à toutes les femmes qui se sont battues contre l’Etat islamique et sont tombées martyres. »
 
Organisé pour la 14ème fois cette année, le Festival international de films documentaires SiciliAmbiente s’est déroulé dans la municipalité de San Vito Lo Capo, en Sicile, du 11 au 16 juillet. Le festival a projeté 35 œuvres d’Extrême-Orient, d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Europe et d’Amérique.
 
Les membres du jury du festival étaient uniquement des femmes.
 
Des productions cinématographiques, documentaires et d’animation ont concouru dans les sessions environnement, anthropologie, droits humains, biodiversité, guerre, intégration et droits civils.
 
Les prix ont été décernés dans les catégories du meilleur film, du meilleur documentaire, des droits humains et de l’environnement.
 
Le documentaire Hêza a remporté 6 prix internationaux jusqu’à présent.
 
Le documentaire « Hêza » raconte l’histoire d’une femme yézidie qui a été kidnappée avec 24 membres de sa famille à la suite de l’attaque de l’Etat islamique contre Shengal le 3 août 2014. Le film documentaire de la cinéaste kurde Derya Deniz tourné au Rojava, en Syrie et Shengal, est le résultat d’un an de travail. La musique du documentaire a été composée par Mehmud Berazi. Le tournage et le montage sont signés par Şaristan Mahîr, Aza Boran, Afat Baz et Îbrahim Sedî.
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici