Les Kurdes d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’il y a 100 ans

0
133

Réunis à Lausanne à l’occasion du 99e anniversaire du traité de Lausanne qui a dépecé le Kurdistan, des politiciens kurdes ont appelé à protéger le Rojava « pour éviter un nouveau traité de Lausanne » , tandis que le coprésident de Kongra-Gel, Remzi Kartal, a souligné l’importance de la conférence, déclarant que les Kurdes ne sont pas  ceux d’il y a cent ans.

Le 23 juillet 1923, le Traité de Lausanne signé entre la Turquie et les vainqueurs de la Première Guerre mondiale dans Palais de Rumine remplaçait le Traité de Sèvres (10 août 1920), lequel prévoyait un Etat kurde aux côtés des États arménien et turc sur les cendre de l’empire ottoman. Ainsi, les impérialistes trahissaient de nouveau le peuple kurde et divisaient le Kurdistan en quatre morceau de colonies.

99 ans après ce traité inique qui a poignardé le peuple kurde dans le dos, les Kurdes ont tenu une conférence aujourd’hui dans le Palais de Rumine pour faire le bilan du Traité de Lausanne et les conséquences désastreuses qu’il a causées.

À l’occasion de l’anniversaire de la signature du Traité de Lausanne il y a 99 ans, le Congrès national du Kurdistan (KNK), 57 partis et organisations politiques ont coorganisé une conférence pour prendre position contre le Traité de Lausanne d’un point de vue kurde.

De nombreux politiciens, artistes et universitaires des quatre parties du Kurdistan et de la diaspora ont participé à la conférence au Palais de Rumine où le Traité de Lausanne a été signé.

En présence de 267 personnes, la conférence a commencé par une minute de silence, après quoi le coprésident du KNK, Ahmet Karamus, a salué les participants. Le conseil est composé de Zübeyir Aydar, Aziz Memli, Dilşah Osman et Blase Jabbar Ferman.

Karamus a déclaré que toutes les institutions et personnalités participant à la conférence manifesteraient leur position contre le traité de Lausanne.

Après une projection cinématographique détaillant le traité, Abdelkarim Omar, haut responsable de la politique étrangère de l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES) a prononcé le premier discours. Omar a souligné les attaques et les menaces de la Turquie contre le Rojava ajoutant que le Rojava « doit être protégée pour éviter un autre traité de Lausanne. »

S’exprimant ensuite, le coprésident de Kongra-Gel, Remzi Kartal, a souligné l’importance de la conférence, déclarant que les Kurdes ne sont plus les Kurdes d’il y a cent ans.

S’exprimant au nom du Mouvement des femmes kurdes en Europe (TJK-E), Zozan Serhat a souligné que les femmes kurdes ne se soumettront jamais à l’invasion et à la trahison.

« Le Kurdistan était divisé en quatre parties dans cette salle il y a 99 ans. Aujourd’hui, les Kurdes des quatre parties du Kurdistan se sont réunis ici. Les Kurdes ne devraient plus être tués. Ils ne devraient pas être bombardés par des avions », a déclaré Serhat.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici