Les « préoccupations sécuritaires légitimes » des Kurdes et quelques questions ouvertes

0
98
Un cadre du Parti démocratique des peuples (HDP), Devriş Çimen revient sur les accords criminalisant les Kurdes signés entre la Turquie, la Finlande et la Suède pour que ces deux pays européennes puissent rejoindre l’Otan et le colonialisme au Kurdistan. Çimen déclare que les Kurdes ont le droit à l’auto-détermination et que « ce n’est pas Erdogan mais nos valeurs universelles qui doivent déterminer l’avenir. »
 
Les « préoccupations sécuritaires légitimes » des Kurdes et quelques questions ouvertes
 
Les réactions au plan d’Erdogan de sacrifier les Kurdes dans le cadre de la demande d’élargissement de l’OTAN ont été nombreuses et variées. Finalement, la Suède et la Finlande rejoindront l’alliance militaire dans un proche avenir. Cependant, l’accord pour que les deux pays rejoignent l’OTAN n’a été conclu que lorsque la Turquie d’Erdogan a renoncé à son veto – et seulement après la signature d’un mémorandum qui transformerait une fois de plus les Kurdes en victimes sacrificielles.
 
Il y a des réactions très différentes au plan mensonger d’Erdogan de sacrifier les Kurdes dans le débat sur l’élargissement de l’OTAN. La Suède et la Finlande rejoindront l’alliance militaire dans un proche avenir. Cependant, l’accord d’adhésion des deux pays à l’OTAN n’est intervenu que lorsque la Turquie d’Erdogan a renoncé à son veto – et seulement après la signature d’un mémorandum qui ferait des Kurdes des victimes à nouveau.
 
Le mémorandum signé au détriment des Kurdes promet beaucoup pour la Turquie. Après le sommet de l’Otan à Madrid les 29 et 30 juin, le journal britannique « The Economist » écrit : « Recep Tayyip Erdogan rentre chez lui triomphant ». L’ultra-nationaliste turc Devlet Bahçeli, qui est le partenaire officieux de la coalition d’Erdogan, a déclaré dans ce contexte : « C’est un gain stratégique pour notre pays et en même temps un succès national. » Il a raison dans une certaine mesure lorsqu’il dit que c’est un « succès national » car le gouvernement turc est en guerre contre les Kurdes et a donc besoin de « succès nationaux » .
 
Au lieu d’écouter la voix des Kurdes, une place a été accordée aux menaces et à la politique de chantage d’Erdogan. Encore une fois, on parle des Kurdes, mais pas avec eux. Il est donc d’autant plus nécessaire de regarder les discussions actuelles du point de vue kurde. C’est pourquoi, en tant que représentant européen du Parti démocratique des peuples (HDP), dans lequel les Kurdes jouent un rôle important, je voudrais faire exactement cela afin de contribuer à cet important débat.
 
Si nous comprenons le Kurdistan comme la zone géographique où vivent majoritairement les Kurdes, nous voyons qu’il est sous domination coloniale depuis la partition du Kurdistan et donc la fondation de la Turquie il y a près de 100 ans. Le nationalisme des nouveaux et puissants chefs militaires de ces pays [Turquie, Iran, Irak, Syrie] a conduit à une répression sanglante discriminatoire et systématique des Kurdes et de leurs mouvements politiques pendant près de 100 ans. Il n’est donc pas faux de dire que le Kurdistan est une colonie internationale où tout le monde sauf les Kurdes s’enrichit. Donc, pour comprendre le Kurdistan, il faut le replacer dans le contexte de la décolonisation.
 
Les Kurdes ont été et sont [colonisés] par les États coloniaux respectifs tels que la Turquie, l’Iran, la Syrie et l’Irak. Privés de leur liberté, leur culture est assimilée et ceux qui résistent ont été/sont massacrés et criminalisés. Des milliers de villages kurdes dépeuplés et des meurtres non résolus, des dizaines de milliers de prisonniers politiques et des interdictions de partis politiques, d’organisations et d’associations [kurdes] ne sont que quelques exemples parmi une longue liste qui peut être attribuée à l’État turc afin d’imposer une répression systématique contre les Kurdes.
 
C’est précisément là que se posent les problèmes de sécurité pour les plus de 40 millions de Kurdes. Il n’y a pas d’organisme officiel représentant les intérêts et les droits kurdes au niveau international. [Ils sont marchandaient] par les États coloniaux, comme l’a fait la Turquie d’Erdogan lors des récentes discussions sur l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN. Ce sont les puissances coloniales qui présentent la résistance kurde contre l’exploitation et l’exclusion dominantes comme une menace pour la sécurité. Si les Kurdes devaient être accusés de quelque chose aujourd’hui, c’est qu’ils n’ont pas assez résisté dans le passé pour empêcher le colonialisme. Cela ne signifie pas qu’ils doivent nécessairement construire un État-nation, mais plutôt qu’ils doivent lutter pour la liberté et reconnaître les droits démocratiques avec des structures autonomes d’auto-administration dans les États respectifs.
 
Ainsi, la menace ou les préoccupations sécuritaires ne résultent pas de la lutte légitime des Kurdes, mais de la politique de déni et d’assimilation des États coloniaux, notamment de l’État turc, qui tente de les réprimer illégitimement de manière hostile. Dans ce contexte, les attaques et les occupations dans le nord de la Syrie [Rojava] et le nord de l’Irak [Bashur] sont une expression directe de cette politique.
 
En bref, les oppresseurs ne peuvent avoir des préoccupations légitimes en matière de sécurité. Au contraire, les opprimés ont des préoccupations de sécurité qui devraient être moralement, politiquement et légalement soutenues par tous les autres.
 
Par conséquent, le jugement de divers organismes internationaux selon lequel la Turquie a « des préoccupations de sécurité valables et le droit de lutter contre le terrorisme » est une manipulation et donc un instrument arbitrairement utilisé par la Turquie d’Erdogan pour saper les droits légitimes des Kurdes et d’autres peuples.
 
Nous ne pouvons pas oublier que, historiquement, l’existence de l’Etat turc est basée sur les génocides des Arméniens et des Assyriens et la négation de l’existence des autres peuples, en particulier les Kurdes. Par conséquent, tous ceux qui remettent en question la doctrine de l’État turc sont combattus.
 
C’est la raison pour laquelle les Kurdes de Turquie ont un tel problème existentiel. Ainsi, le problème de 100 ans et le conflit [armé] de 40 ans sont le résultat de l’idéologie de l’État turc. Ce ne sont pas les Kurdes mais l’idéologie de l’Etat turc qui est le problème. L’idéologie a un caractère anti-kurde, qui se reflète également dans la constitution. Pour survivre dans ces circonstances, la résistance est pratiquement une nécessité pour les Kurdes. Toutes les forces qui défendent les préoccupations sécuritaires légitimes des Kurdes, font de la politique et offrent une résistance, reçoivent naturellement le soutien justifié du peuple kurde. Mais comment résister dans une région où chaque État colonial est aussi brutal ? D’un point de vue kurde, il est donc compréhensible de dire que Saddam Hussein et Erdogan sont deux corps différents, mais un seul esprit.
 
Le préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies stipule : « Considérant qu’il est essentiel, pour que l’homme ne soit pas contraint de recourir, en dernier recours, à la rébellion contre la tyrannie et l’oppression, les droits de l’homme doivent être protégés par la règle de la loi. »
 
La tyrannie et l’oppression étaient et sont des actes arbitraires des occupants du Kurdistan. Par conséquent, selon le droit international, les Kurdes sont contraints de se révolter et leurs actions sont donc légitimes.
 
Mais ceux qui déclarent dans leur préambule que l’insurrection et la résistance contre la tyrannie et l’oppression sont une nécessité, protègent les tyrans et les oppresseurs lorsqu’il s’agit des Kurdes. (…)
 
Sacrifier la liberté et la vie d’un groupe au nom de la sécurité d’un autre groupe est plus que brutal et illégitime. Mais cette brutalité trouve toujours sa place dans la constellation étatique actuelle, en raison du besoin des États de consolider leurs positions. Quel est le rôle des Nations Unies pour permettre à des centaines de nations d’être exploitées par quelque 200 États-nations ?
 
Les Kurdes doivent constamment se justifier lorsqu’ils résistent à leurs oppresseurs. Pourquoi n’y a-t-il aucune [institution] internationale pour les Kurdes où ils peuvent demander des comptes à leurs oppresseurs ? A quoi sert le droit international s’il ne peut pas protéger les droits d’un peuple comme les Kurdes ?
 
Qu’est-ce que la Suède et la Finlande ont à voir avec les Kurdes ? Pourquoi promettez-vous le respect aux dépens des Kurdes ?
 
Les préoccupations sécuritaires exprimées par la Turquie lors de son opposition aux demandes d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN sont « valables », a déclaré le chef de l’Alliance Jens Stoltenberg à l’approche du sommet de Madrid. Pourquoi personne ne remet-il en question cette déclaration illégitime de Stoltenberg, qui donne carte blanche à Erdogan pour poursuivre l’oppression et les attaques contre les Kurdes ? La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a également montré de la compréhension pour les préoccupations d’Erdogan et a déclaré; « Nous prenons très au sérieux les préoccupations turques, notamment les préoccupations sécuritaires dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. »
 
Où commencent et où finissent les préoccupations sécuritaires d’un État qui fait la guerre équipé de toutes sortes d’armes modernes ? Comment la menace sécuritaire posée par la Turquie aux Kurdes peut-elle être renversée ? Que ce soit à l’intérieur de la Turquie ou à l’extérieur de ses frontières dans le nord de l’Irak ou le nord de la Syrie, la Turquie attaque les Kurdes pour les empêcher de réussir.
 
Pour des considérations/calculs géostratégiques et géopolitiques, des organismes internationaux tels que l’OTAN, l’UE et le PE attribuent à la Turquie des préoccupations de sécurité qui mettent en danger la sécurité des autres, en particulier des Kurdes. Prenons brièvement un exemple concret. La résolution du Parlement européen du 7 juin 2022 dans le rapport de la Commission sur la Turquie 2021 stipule : « [le PE] reconnaît que la Turquie a des préoccupations légitimes en matière de sécurité et le droit de lutter contre le terrorisme ».
 
Le même Parlement a adopté une résolution intéressante le 11 mars 2021 sur « Le conflit en Syrie : 10 ans après le soulèvement » déclarant :« […] appelle la Turquie à retirer ses troupes du nord de la Syrie qu’elle occupe illégalement en dehors de tout mandat de l’ONU ; condamne les transferts illégaux par la Turquie de Syriens kurdes du nord de la Syrie occupée vers la Turquie aux fins de détention et de poursuites en violation des obligations internationales de la Turquie au titre des conventions de Genève; demande instamment que tous les détenus syriens qui ont été transférés en Turquie soient immédiatement rapatriés vers les territoires occupés en Syrie; craint que les déplacements en cours en Turquie ne constituent un nettoyage ethnique contre la population kurde syrienne; souligne que l’invasion et l’occupation illégales de la Turquie ont mis en péril la paix en Syrie, au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale; condamne fermement l’utilisation par la Turquie de mercenaires syriens dans les conflits en Libye et au Haut-Karabakh, en violation du droit international ».
 
La résolution parle également « d’invasion et d’occupation illégales par la Turquie » et de « nettoyage ethnique de la population kurde syrienne » . Avant que la Turquie ne soit à nouveau autorisée à avoir des « problèmes de sécurité » , la Turquie devrait être tenue responsable de ce qu’elle a fait en Syrie. Par conséquent, le public et les politiciens ne doivent pas permettre que le nouveau mémorandum sous les auspices de l’OTAN entre la Suède, la Finlande et la Turquie, qui a été adopté en raison d’intérêts géostratégiques et géopolitiques, mette à nouveau en danger la sécurité des Kurdes.
 
Les Kurdes ne font pas partie d’un organe décisionnel lorsqu’il s’agit de savoir si l’OTAN doit être élargie, réduite ou même dissoute. Mais ils ont raison d’exiger un engagement clair envers le droit international, la démocratie et la liberté, qui devrait également s’appliquer aux Kurdes. Aucun autre organisme n’a le droit d’en abuser à son profit et à son profit, ni la Turquie ni l’OTAN.
 
L’accord signé signifie ce qui suit pour les Kurdes : L’hostilité du régime d’Erdogan envers les Kurdes et son inimitié envers la démocratie sont incontestablement documentées. Avec l’aide du chantage, Erdogan tente d’exporter son hostilité anti-kurde et sa politique de guerre vers la Suède et la Finlande. Dans ce cas, les normes applicables en matière de démocratie, de libertés et de droits humains ne sont pas formulées par la Suède et la Finlande, mais par Erdogan lui-même. S’il n’y a pas de retour en arrière, cet accord restera dans l’histoire comme un document officiel d’inimitié envers les Kurdes. C’est donc une honte pour les valeurs humaines universelles, dont la Suède et la Finlande se considèrent ou voudraient être l’avant-garde. De plus, Erdogan tente de criminaliser la solidarité avec la lutte de libération kurde. Personne ne devrait accommoder Erdogan avec de tels compromis.
 
M. Dragi avait dit ceci au sujet d’Erdogan l’année dernière : « Avec ces dictateurs, appelons-les par leur nom, mais nous avons besoin d’eux, il faut être direct et leur faire comprendre que vous avez une vision différente de la société. » , a déclaré Draghi. « Mais vous devez également travailler avec eux pour garantir les intérêts de votre propre pays. Vous devez trouver le bon équilibre. » Mais il ne faut pas oublier que de tels équilibres ont des conséquences douloureuses. (…) Nous, le HDP, les peuples et surtout les Kurdes représentés au HDP n’obéissons pas à Erdogan et à son régime autoritaire. D’autres non plus. Ce n’est pas Erdogan mais nos valeurs universelles qui doivent déterminer l’avenir.
 
Le texte de Devriş Çimen a été publié sur le site italien Dinamo Press: Le “legittime preoccupazioni per la sicurezza” dei curdi e alcune questioni aperte

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici