AccueilKurdistanRojavaSYRIE. Le Rojava demande une zone d'exclusion aérienne face aux menaces turques

SYRIE. Le Rojava demande une zone d’exclusion aérienne face aux menaces turques

SYRIE / ROJAVA – Face aux menaces d’invasion turques visant les régions kurdes de la Syrie, les partis politiques représentant tous les peuples de la région demandent à la communauté internationale d’instaurer une zone d’exclusion aérienne.
 
Le coprésident du Parti de l’Union syriaque, Sanharib Barsoum, a expliqué que l’appel des partis politiques et des forces militaires de la Syrie du Nord et de l’Est à imposer une zone d’exclusion aérienne est un appel humanitaire pour protéger les peuples de la région des ambitions turques, réitérant son appel à la communauté internationale pour qu’elle réponde à leurs demandes.
 
Le 28 juin dernier, les partis politiques et les forces du Rojava ont appelé la Coalition mondiale de lutte contre l’Etat islamique et la Russie à imposer une zone d’exclusion aérienne au nord et à l’est de la Syrie pour empêcher que la Turquie commettent de nouveaux crimes de guerre et crimes contre l’Humanité similaires à ceux commis par des gangs turco-jihadistes dans le canton d’Afrin, Girê Spî et à Serekanîye.
 
Plus tard, la plupart des institutions, organisations, syndicats et initiatifs de femmes du nord et de l’est de la Syrie se sont joints à l’appel des partis politiques demandant une zone d’exclusion aérienne afin de protéger la région des attaques brutales de l’État d’occupation turc.
 
Assurer la protection des peuples et prévenir les massacres
 
Sanharib Barsoum
 
À ce sujet, le coprésident du Parti de l’Union syriaque, Sanharib Barsoum, a attiré l’attention sur l’importance d’imposer une zone d’exclusion aérienne au nord et à l’est de la Syrie à l’heure actuelle, déclarant : « Les menaces turques contre le nord et l’est de la Syrie sont renouvelées. aujourd’hui et à l’avenir, nous, les partis politiques, avons jugé nécessaire et important d’exiger une zone d’exclusion aérienne dans le nord et l’est de la Syrie, garantissant sa protection contre l’ingérence et la cupidité turques et empêchant le génocide contre les peuples de la région. »
 
Barsoum a noté les dangers des attaques de l’occupation turque sur le territoire syrien, en particulier sur le nord-est de la Syrie, et a déclaré : « Les ambitions turques d’occuper le territoire syrien sont des menaces sérieuses à travers lesquelles elle cherche à mettre en œuvre ce vaste programme qui comprend tout le nord de la Syrie à travers différentes étapes. telles que l’intervention directe ou par l’intermédiaire de mercenaires qui lui sont associés. La Turquie a commis des crimes de guerre et un génocide contre les peuples de la région dans chaque intervention qu’elle a sur les terres syriennes à travers son déplacement des peuples autochtones. »
 
« Les zones de sécurité turques menacent la sécurité internationale »
 
Barsoum a rappelé ce que l’occupation turque avait commis contre les citoyens lors de ses attaques contre Afrin, Serêkaniyê et Girê Spî, et a déclaré : « Ce qui s’est passé dans ces zones se répétera aujourd’hui dans toutes les régions occupées par la Turquie, du déplacement forcé des peuples de ces régions et l’effet du changement démographique et de l’installation de Syriens d’autres régions dans ces régions. »
 
Se référant à la réalité des zones que l’État d’occupation turc qualifie de « sûres » , il a déclaré : « En fait, ce sont des zones sûres pour les groupes de mercenaires et le terrorisme. Nous savons parfaitement que les dirigeants des mercenaires de l’Etat islamique se sont réfugiés dans les zones occupées par la Turquie, qui sont des zones où les terroristes s’installent sans aucune poursuite, et donc, « les zones de sécurité turques sont une menace directe pour toute la Syrie et une menace pour la sécurité internationale. »
 
Consensus international
 
Barsoum a souligné que la demande des partis politiques du nord et de l’est de la Syrie d’imposer une zone d’exclusion aérienne nécessite « un consensus international et des superpuissances qui parrainent et mettent en œuvre cette demande sur le terrain, nous poursuivons donc cette campagne en communiquant avec tous les pays du monde, les organisations internationales et les Nations Unies, et nous espérons que les parties doivent répondre à l’appel de nos peuples et trouver un moyen de protéger la région de ces menaces directes. »
 
Sur les raisons pour lesquelles l’Amérique et la Russie n’ont pas répondu à la demande d’imposer une zone d’exclusion aérienne au nord et à l’est de la Syrie jusqu’à présent, Sanharib Barsoum a déclaré : « Ces pays ont leur présence militaire en Syrie et ont leur influence et leurs intérêts, et ils cherchent à atteindre leurs objectifs grâce à leur présence militaire, en particulier dans le nord et l’est de la Syrie. Nous cherchons à mettre en œuvre l’embargo aérien sur la région, il doit y avoir au moins des ententes entre les grandes puissances, mais à la lumière des circonstances actuelles et internationales, nous avons du mal à avoir un consensus, surtout entre les Etas-Unis, ses alliés et la Russie. »
 
Campagne des partis politiques de la Syrie du Nord et de l’Est
 
Barsoum a rappelé que l’appel des partis politiques est un appel humanitaire à protéger les peuples de la région et la protection des lois internationales et onusiennes à travers les interventions militaires turques en cours, et que « leur appel s’adresse à toutes les parties et à ceux qui ont la capacité de protéger la région et de ne pas réaliser les intérêts internationaux aux dépens du sang des peuples de la région. »
 
À propos des activités qui seront incluses dans la campagne des partis politiques du nord et de l’est de la Syrie appelant à l’imposition d’un embargo aérien, Barsoum a déclaré: « Nous avons lancé la campagne par le biais d’une conférence de presse, puis nous avons eu des réunions avec des politiciens et des parlementaires internationaux, que ce soit directement ou via Internet, et véhiculant la réalité de la région et l’importance de nos revendications, notamment au regard de l’appel à la zone d’exclusion aérienne. »
 
Barsoum a expliqué que la campagne se poursuivra jusqu’au 19 juillet, qui coïncide avec le dixième anniversaire de la révolution du Rojava, du nord et de l’est de la Syrie, et qu’ils poursuivent ces activités, rencontres et relations avec l’extérieur pour protéger la région, ajoutant : « Nous espérons qu’il y aura une réponse car c’est la demande de tous les événements et institutions civils, politiques et populaires.
 
A l’issue de son discours, le coprésident du Parti de l’Union syriaque a appelé les peuples de la région à se rassembler autour de leurs forces militaires et de leur autogestion pour protéger ce qui a été réalisé lors de la révolution du 19 juillet, soulignant : Les forces armées et l’administration autonome sont la couverture qui protège les peuples de la région de tout stratagème extérieur et de toute politique d’anéantissement qui pourrait arriver à tous les peuples de la région. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici