TURQUIE. Une autre députée kurde va perdre son immunité parlementaire

0
117

ANKARA – Les commissions Constitution et Justice du parlement turc ont voté mercredi en faveur de la levée de l’immunité parlementaire de la députée kurde Saliha Aydeniz. Meral Danış Beştaş, une députée d’HDP, a déclaré que l’enquête contre Aydeniz était « purement politique » . Il reste plusieurs étapes avant qu’Aydeniz ne soit déchue de son mandat parlementaire.

Les commissions Constitution et Justice du parlement turc ont voté mercredi en faveur de la levée de l’immunité parlementaire de la coprésidente du Parti des régions démocratiques (DBP), Salihe Aydeniz.

Deux députés de l’opposition du comité du Parti républicain du peuple (CHP) et du Parti démocratique des peuples (HDP) ont voté contre la motion, mais ils ont perdu contre les trois voix des députés du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir.

Le rapport préparé par la sous-commission sera présenté aux commissions, et si les commissions mixtes parviennent à une conclusion similaire, la motion arrivera au parlement turc pour être votée.

Aydeniz avait été impliquée dans une altercation avec un policier lors d’un incident pendant une manifestation le 12 juin contre les conditions de détention d’Abdullah Öcalan.

Le controversé ministre de l’Intérieur, Süleyman Soylu, a accusé la chef du parti DBP d’avoir frappé un policier le même jour. Alors que les images partagées par le ministre montraient Aydeniz en contact bref avec un officier lors d’une bagarre, elles montraient également plusieurs policiers poussant et bousculant la députée par la suite. Soylu n’a pas tardé à qualifier Aydeniz de « terroriste » et il a demandé qu’elle soit poursuivie.

L’officier désigné par Soylu n’avait pas demandé de rapport médicaux attestant ses blessures jusqu’à ce que le ministre publie le tweet, a déclaré mardi la députée HDP Meral Danış Beştaş lors de sa déclaration en faveur d’Aydeniz.

Aydeniz, en revanche, a reçu des rapports médicaux en raison de brutalités policières et a porté plainte contre les policiers en question, a déclaré Beştaş, ajoutant que la procédure visant à lever son immunité était « purement politique ».

« Ce ne sont pas les forces de l’ordre qui sont les victimes ici » , a déclaré Beştaş.

Après le vote, Ali Özkaya de l’AKP a déclaré qu’Aydeniz était la députée avec le plus grand nombre de cas demandant la levée de son immunité afin que les tribunaux puissent ouvrir des enquêtes.

Si son immunité est levée, Aydeniz risque d’être jugée dans au moins 77 affaires, la plupart d’entre elles l’accusant de propagande terroriste pour des discours prononcés dans le cadre de ses fonctions de députée et se défendant contre des policiers lors de manifestations similaires à celle en question.

Actuellement, la procédure se poursuit avec cinq affaires, dont quatre intentées contre Aydeniz, la cinquième concerne Beştaş. Beştaş était sur les lieux lors de l’incident et est une avocate spécialisée dans la défense des droits humains.

La prochaine étape sera la présentation du rapport sur Aydeniz le 18 juillet. Dans un délai d’un mois après cela, la commission devra prendre une décision.

Il y a au moins 1 308 affaires de poursuites contre des députés du HDP et du DBP (parti kurde présent dans les régions kurdes) dans lesquels ils sont accusés de propagande terroriste, de résistance à la police, de manifestation illégale et d’infractions similaires pour leur activité politique dans le cadre de leurs fonctions de députés.

Le HDP lui-même est menacé de fermeture et si la Cour constitutionnelle décide de fermer le parti, 451 des plus hauts responsables du parti seront interdits de faire de la politique.

Medya News

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici