« Le soutien de Biden à la vente des F-16 à la Turquie n’a rien de nouveau »

0
143

Après sa rencontre avec Erdoğan, Biden a annoncé son soutien à l’achat par la Turquie de nouveaux F-16, provoquant la colère des Kurdes ciblés par l’armée turque et les défenseurs des droits humains. Pour la Maison Blanche, le soutien de Biden à la vente d’avions de chasse à la Turquie n’a rien de nouveau.

« La discussion sur les F-16 et la Turquie dure depuis un certain temps. Nous en avons parlé il y a plusieurs mois. Il n’y a donc vraiment rien de nouveau. Le président a soutenu cet effort » , a déclaré Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison-Blanche, lors d’une conférence de presse.

, a déclaré Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison-Blanche.

« La conversation sur le F-16 et la Turquie dure depuis un certain temps. Nous en avons parlé il y a plusieurs mois. Il n’y a donc vraiment rien de nouveau. Le président a soutenu cet effort » , a déclaré Karine Jean-Pierre lors d’une conférence de presse le 6 juillet.

Elle a été interrogée sur les critiques de « plusieurs éminents législateurs démocrates » contre les remarques de Biden selon lesquelles il soutient la vente des jets à la Turquie après la rencontre avec Erdoğan.

Avant le sommet de l’OTAN, Erdoğan avait déclaré que les F-16 seraient la question la plus importante à discuter avec Biden, critiquant les États-Unis pour leurs « tactiques dilatoires » .

Les deux présidents avaient également fait des remarques sur la question lors de conférences de presse séparées après le sommet.

Biden avait déclaré que le problème de la modernisation des F-16 turcs devrait être résolu et a déclaré qu’il n’avait pas changé sa position sur la question depuis décembre.

Il avait exprimé son optimisme quant au fait que le Congrès donnerait le feu vert requis pour la vente de l’avion à Ankara.

Répondant également à une question sur la question, Erdoğan avait déclaré qu’une délégation de Turquie avait eu des entretiens avec des législateurs républicains et démocrates, notant les « efforts sincères » de Biden pour conclure l’accord.

En 2019, les États-Unis ont retiré la Turquie du projet d’avion de combat interarmées F-35 à la suite de son acquisition des systèmes de missiles sol-air S-400. La Turquie a alors demandé à Washington la modernisation de ses jets F-16, ainsi que la modernisation des avions de son inventaire. (Bianet)

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici