TURQUIE. Acquittement des suspects du massacre de 7 civils kurdes tués à Dargeçit en 1995

0
218
TURQUIE / KURDISTAN DU NORD – Une autre affaire concernant l’assassinat de civils kurdes commis par les paramilitaires turcs (JİTEM*) s’est soldée par un acquittement.
 
Tous les accusés ont été acquittés le 4 juillet dans l’affaire concernant les disparitions forcées de sept civils kurdes, dont plusieurs mineurs, à Dargeçit, un district de Mardin.
 
Sept civils, pour la plupart membres d’une même famille, dont trois enfants, et un sergent spécialisé, avaient disparu à Dargeçit entre le 29 octobre 1995 et le 8 mars 1996. Les corps de certains d’entre eux avaient été retrouvés par la suite.
 
Dix-huit accusés, dont d’anciens officiers militaires, étaient jugés pour « meurtre avec préméditation » .
 

Le tribunal a acquitté les accusés prétendant qu’ « il n’a pas été possible d’obtenir des preuves définitives permettant de lier les accusés aux événements survenus » .

 
Les familles des victimes ont fustigé la décision d’acquittement des prévenus, déclarant qu’en Turquie, il n’y a pas de justice pour les Kurdes. 
 
Hizni Doğan, le frère de Seyhan Doğan, qui avait 14 ans lorsqu’elle a disparu, a déclaré : « Le procureur a déclaré qu’il n’y avait pas de preuves suffisantes. Nous sommes fatigués de répéter depuis 1996 qu’il y a sept corps brûlés. Le tribunal décidera aujourd’hui si nous sommes citoyens égaux ou non. J’ai trouvé le corps de ma sœur dans un endroit que l’État a désigné comme zone de sécurité. »
 
Abdülaziz Altınkaynak, le père de Davut Altıkaynak, qui a disparu à l’âge de 12 ans, a déclaré : « Nos enfants ont été jetés dans des puits il y a 27 ans… L’endroit où l’opération a eu lieu et le puits de 120 mètres de long où nous avons trouvé Davut sont dans la même zone.
 
Sa mère a vu Davut […) à la gendarmerie. Les gardes du village et les soldats ont emmené Davut de chez lui. Pourquoi l’ont-ils jeté dans le puits et ne l’ont-ils pas amené devant le tribunal s’il avait commis un crime ? »
 
Que s’est-il passé?
 
Le 28 octobre 1995, deux enseignants ont été enlevés à Dargeçit. Un jour plus tard, le fils du chef des gardes du village d’Amara a également été enlevé par le PKK. Après la découverte des corps des trois personnes le 30 octobre, les détentions ont commencé à Dargeçit.
 
Le même jour, la maison de la famille Doğan a été perquisitionnée par un groupe composé de 60 à 70 soldats, des membres des opérations spéciales, des gardes de village et des personnes en civil et Seyhan Doğan (14 ans) a été arrêté.
 
Cette nuit-là et les jours suivants, son oncle Abdurrahman Coşkun (21 ans), le fils de son oncle Mehmet Emin Aslan (19 ans), son frère Hazmi Doğan (11 ans), Abdurrahman Olcay (20 ans), Nedim Akyön (16 ans ) ), Hikmet Kaya (24 ans), Süleyman Seyhan (57 ans) et sa fille Fehime Çelik ont ​​également été placés en garde à vue.
 
Lors d’une descente dans une maison pour arrêter Davut Altınkaynak (13 ans) la même nuit, les soldats ont arrêté sa mère Hayat Altınkaynak parce qu’il n’était pas à la maison.
 
Menaçant sa mère de savoir où se trouvait Davut, les soldats ont réussi à la convaincre qu’ils allaient simplement l’interroger et ensuite le quitter. Après avoir détenu Davut, qui séjournait chez son oncle, ils l’ont torturé devant sa mère.
 
Hazni Doğan et Fehime Çelik ont ​​également été torturés et ont été témoins de ce qui est arrivé à ceux qui ont été détenus. Hazni Doğan, Hayat Altınkaynak et Fehime Çelik ont ​​été relâchés mais sans nouvelles de huit personnes, dont deux lycéens et trois enfants.
 
Selon l’acte d’accusation, le sergent spécialiste Bilal Batırır nationaliste aurait été brûlé vif par ses commandants Hurşit İmren et Mehmet, qui craignaient qu’il ne les dénonce après s’être opposé à ce qui avait été fait aux civils.
 
Le corps de Seyhan Doğan a été retrouvé le 6 mars 1996 dans un puits après qu’une personne ait appelé sa famille par téléphone. Les corps des autres personnes disparues n’ont pas pu être retrouvés bien que l’on pense qu’elles ont été tuées.
 
Après une requête des familles en 2009, une enquête a de nouveau été ouverte. L’acte d’accusation préparé par le bureau du procureur général de Midyat a été accepté par le tribunal pénal de Midyat.
 
Ensuite, le commandant du bataillon de gendarmerie Hurşit Tolon, le commandant de la gendarmerie du district de Dargeçit Mehmet Tire, le commandant de la station centrale de gendarmerie de Dargeçit Mahmut Yılmaz et le vice-commandant Haydar Topçam et le sergent spécialisé Kerim Şahin risquent la prison à vie pour meurtre avec préméditation.
 
L’affaire est entendue dans la ville d’Adıyaman pour des « raisons de sécurité » . (Via Bianet)
 
*JITEM (Jandarma İstihbarat ve Terörle Mücadele) est un organisme de la gendarmerie turque dont l’existence n’a pas été reconnue officiellement par l’État turc mais qui était derrière les enlèvements et des disparitions forcées de civils, essentiellement des Kurdes, dans les années 1990.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici