L’Etat islamique chasse les villageois kurdes du nord de l’Irak

0
149

IRAK / KURDISTAN DU SUD – L’État islamique s’est regroupé dans les régions kurdes contestées du nord de l’Irak où le vide politique et sécuritaire profite à l’EI qui chasse les villageois kurdes de la région rapporte Şêrzad Semed, l’expert en sécurité.

L’Etat islamique est toujours actif en Irak et plus particulièrement au Kurdistan du Sud. En 2017, le gouvernement irakien de l’époque a déclaré le groupe terroriste vaincu. Depuis lors, des cellules secrètes de l’État islamique ont mené des milliers d’attaques. Les cellules de l’État islamique mettent les civils sous pression et leur demande des rançons. L’Etat islamique se regroupe surtout dans le désert et dans les régions du nord, dont la répartition administrative est disputée entre le gouvernement central à Bagdad et le gouvernement régional kurde à Hewlêr (Erbil). Ces zones se trouvent dans les provinces d’Erbil / Hewlêr, Kirkuk, Diyala, Salah al-Din et Ninive.

Il y a quelques jours, une cellule de l’Etat islamique a enlevé deux frères du village kurde de Samud près de Kirkouk. Peu de temps après, une photo d’une décapitation à Til Afer près de Mossoul a été publiée par des islamistes. Près de Diyala, un policier a été blessé lors d’une attaque de l’Etat islamique. Vendredi, plusieurs commandants de l’Etat islamique ont été arrêtés alors qu’ils planifiaient des attaques à Mossoul et à Kirkouk.

S’adressant à l’ANF, l’expert en sécurité Şêrzad Semed a souligné que la crise politique entre les gouvernements de Bagdad et de Hewlêr affecte la sécurité de la population. « S’il y a des problèmes politiques quelque part, il y a aussi des problèmes de sécurité. Le gouvernement irakien n’a aucune influence pour le moment et le parlement ne peut pas contribuer à résoudre les problèmes existants dans les domaines de la sécurité, de l’économie et de la souveraineté du pays. En conséquence, la sécurité dans de nombreuses régions de l’Irak est gravement compromise et l’État turc en profite également en attaquant quotidiennement le territoire irakien. »

Vide sécuritaire entre l’Irak et le gouvernement régional kurde

Concernant les attaques croissantes de l’Etat islamique, Semed a expliqué qu’un vide sécuritaire s’était créé après le référendum sur l’indépendance initié par Massoud Barzani. Lors du référendum de 2017, 87 % de la population a voté pour l’indépendance de la région du Kurdistan d’Irak (KRI), mais en conséquence, l’armée irakienne a occupé 40 % du territoire de la KRI, y compris la ville pétrolière de Kirkouk. « Avant, il y avait des unités de peshmergas dans ces zones, mais après le référendum, ils ont dû se retirer. Maintenant, il y a un grand vide sécuritaire de Shengal à Xaneqîn jusqu’à Kirkouk. Il y a une zone tampon entre la région du Kurdistan et l’Irak. L’armée irakienne ne peut pas protéger pleinement ces zones et les peshmergas ne sont pas autorisés à y contribuer. En raison du désaccord entre l’armée irakienne et les peshmergas, des centaines de kilomètres carrés sont concernés par cette faille de sécurité. Par conséquent, l’Etat islamique peut s’y déplacer librement et attaquer les positions de l’armée irakienne et des peshmergas. En outre, des groupes armés se sont formés là-bas qui agissent au nom des États voisins et mènent des attaques contre des zones de la région du Kurdistan », a déclaré Semed.

Les villageois kurdes déplacés

Il y a deux raisons à l’écart de sécurité, a déclaré Semed et a poursuivi : « La première raison est la désunion entre l’Irak et les forces kurdes, la deuxième raison est le manque d’unité parmi les forces kurdes. Dans les zones touchées, il y a une force militaire division entre les deux principales puissances dans la Région du Kurdistan. Cela permet des interventions des États voisins, l’occupation par l’armée turque et la liberté de mouvement des gangs de l’EI. Dans la région de Kirkouk, les Kurdes en particulier sont touchés par les activités de l’EI ; ils sont déplacés et ne peuvent pas entrent dans leurs villages. L’Etat islamique compte également sur les agriculteurs arabes, qui sont connus pour avoir des liens avec lui dans la région de Mossoul et de Diyala. La région est devenue un terreau fertile pour l’Etat islamique, et ce sont les Kurdes qui souffrent le plus. » (ANF)

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici