Mobilisation pour Pinar Selek, sociologue et écrivaine turque persécutée par le régime turc

0
298

Réfugiée en France depuis de nombreuses années, la sociologue, écrivaine et féministe Pinar Selek n’a pas pour autant finit avec l’injustice de son pays où elle fut tour à tour condamnée et acquittée 4 fois pour une explosion qui a eu lieu dans un marché couvert (Mısır Çarşısı) d’Istanbul en 1998 et pour laquelle Selek est poursuivie par la « justice » turque bien qu’elle soit innocente. Les autorités de son pays lui font payer son soutien aux Arméniens et Kurdes persécutés / exterminés par la Turquie. On lui fait comprendre qu’en tant que Turque, elle ne doit pas trahir son pays, qu’importe s’il s’agit d’un État génocidaire qui commet des crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Depuis la condamnation à la perpétuité de Piran Selek par la Cour suprême de la Turquie, des collectifs de soutien à Pinar Selek ont vu le jour: « Hala Tanığız Platformu » (« Nous sommes encore/toujours témoins ») pour la Turquie et « Solidarité avec Pınar ! Non à sa condamnation ! en Europe sont mobilisés pour Pinar Selek » qui a engagé des avocats pour faire plusieurs recours longs et coûteux. C’est pourquoi une cagnotte a été mise en place ici.

Voici l’appel à la solidarité du collectif « Solidarité avec Pınar ! Non à sa condamnation ! en France sont mobilisés pour Pinar Selek«  :

« Cette condamnation est politique. Elle n’a rien à voir avec le droit

Nous, collectifs de solidarité avec Pınar Selek, association Karınca, proches et ami·es de Pınar, sommes choqué·es et révolté·es par la décision grotesque et scandaleuse de la Cour suprême de Turquie qui a condamné mardi 21 juin 2022 l’écrivaine et sociologue à la prison à perpétuité. Dans cette affaire vieille de 24 ans, absolument rien dans le dossier judiciaire ne tient debout, comme l’avaient démontré les quatre acquittements successifs(*).

Les conséquences pour Pınar en apparaissent d’autant plus inhumaines : non seulement la condamnation à perpétuité en elle-même, mais également les millions d’euros de dommages et intérêts qui vont désormais s’abattre et faire peser sur Pınar et sa famille une pression financière inouïe.

Pınar va désormais saisir la Cour constitutionnelle de Turquie ainsi que la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Comme elle le dit, elle n’a pas le choix. L’argent collecté au cours de cette campagne servira à l’aider à couvrir les frais juridiques de ces actions : frais d’avocat·e, déplacements en Turquie, etc. Tout don, même minime, est très précieux dans la bataille qui s’engage. Merci à tous et toutes !

NB : Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas utiliser de carte bancaire en ligne, la revue Silence a également ouvert une collecte de dons par chèques. Toutes les informations utiles sont sur ici

(*) Sociologue, écrivaine et militante de Turquie aujourd’hui exilée en France, Pınar Selek s’est engagée en Turquie pour la justice, les droits de tou·te·s et contre la violence et le militarisme, et subit pour cela la répression de l’État turc depuis 24 ans.

En 1998, Pınar Selek est arrêtée et emprisonnée à cause de ses recherches. Elle est ensuite accusée d’avoir commis un attentat sur le marché d’Istanbul. Tous les rapports officiels d’expertise concluent à l’explosion accidentelle d’une bonbonne de gaz. Pınar Selek est acquittée à 4 reprises, mais à chaque fois l’État fait appel.

Le seul témoin qui l’avait accusée d’avoir commis un attentat avec lui, un jeune homme kurde, s’est rétracté par la suite car ses aveux avaient été extorqués sous la torture, et il a été acquitté définitivement. Dans ce contexte, la poursuite des accusations contre Pınar Selek révèle donc son unique visée, qui est répressive.

Plus d’informations sur https://pinarselek.fr/

Déclaration de Pinar Selek suite à sa condamnation le 21 juin 2022:

« Tout est possible sauf ma condamnation à nouveau.

Ce jugement n’est pas seulement injuste et insensé mais de plus inhumain dans la mesure où dans le dossier, il y a de nombreux rapports d’expertise qui établissent qu’il s’agissait d’une explosion due à une fuite de gaz, où l’on n’a pas pris une seule fois ma déposition sur cette question, on ne m’a pas posé une seule question sur ce sujet. Le procès avait été lancé en s’appuyant uniquement sur la déposition d’Abdülmecit O. qui avait déclaré que nous avions agi ensemble, qui, par la suite, a renié sa déposition au tribunal car elle avait été extorquée sous la torture. Cette personne a été acquittée avec moi et son acquittement fut définitif et l’appel est demandé uniquement pour mon acquittement. Ce jugement n’a donc rien à voir avec le Droit. Comme les motifs du jugement ne sont pas encore publiés, je ne peux pas commenter davantage. Je lutterai, nous lutterons contre cette injustice jusqu’à la fin. »

Quelles sont les principales conséquences de cette condamnation inique?

« La vérité en même temps que l’intégrité de Pınar Selek sont bafouées.

Les effets du traumatisme qu’elle endure depuis plus de 23 ans sont réactivés et amplifiés.

Un nouveau risque pèse sur elle : l’ouverture de procès en dédommagement de la part des victimes de l’explosion accidentelle de la bouteille de gaz, Car rappelons-le, l’État turc a maquillé un accident en attentat dont il veut rendre la sociologue, écrivaine et militante responsable.

Elle se retrouve dans l’impossibilité d’aller en Turquie où vit sa famille.

Si elle sort du territoire français, elle risque une extradition vers la Turquie et l’exécution de cette condamnation, qui au mépris de quatre acquittements successifs, n’a pour but que la faire taire, nous faire taire, faire taire toute opposition.

Lutter, ça veut dire :

Utiliser l’ultime recours qu’il lui reste, c’est-à-dire aller porter son dossier devant la Cour constitutionnelle de Turquie et devant devant la Cour européenne des droits de l’homme.

S’il y a beaucoup de solidarité autour de Pınar Selek, il n’en reste pas moins des réalités économiques incontournables : frais de justice, frais de déplacement et d’hébergement, frais de communication.

Nous avons évalué les frais à venir à 7500 € et c’est pour réunir cette somme que nous sollicitons votre aide.

A partir d’un don de 100 €, vous recevrez ces deux livres qui vous permettront de comprendre la complexité et l’incohérence des quatre procès intentés à Pınar Selek et ce qu’être exilée veut dire.

Pour soutenir Pınar Selek, vous pouvez aussi parler d’elle, suivre ses collectif de solidarité sur les réseaux sociaux et relayer leurs informations, consulter son site et lire ses livres ! »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici