ROJAVA. Recrudescence des meurtres dans le camp de jihadistes al-Hol

0
187

SYRIE / ROJAVA – En moins de six mois, 25 meurtres – dont des décapitations – ont été commis par des sympathisants de DAECH dans le camp al-Hol abritant les familles de l’Etat islamique, dans le gouvernorat d’Hassaké sous le contrôle des forces arabo-kurdes. Le corps décapité d’une jeune femme de 19 ans été découvert par les forces de sécurité du camp.

Cette découverte macabre qui nous rappelle de nouveau la dangerosité d’al-Hol, abritant 55 951 de femmes, enfants et membres de DAECH / ISIS, porte à 25 le nombre de meurtres commis depuis le début de l’année 2022. Le nombre réel est probablement plus élevés car ils sont souvent enterrés par leurs assassins sous des tentes etc.

Les forces de sécurité intérieure du camp al-Hol ont trouvé une femme syrienne décapitée dans le sixième secteur réservé aux Syriens. La jeune femme de 19 ans était originaire de Homs.

Jeudi 23 juin, une Syrienne a reçu une balle dans la tête et mercredi 22 juin, le corps d’une femme assassinée a été retrouvé sur le terrain de football du troisième secteur réservé aux Irakiens à l’intérieur du camp Al-Hol (également orthographié al-Howl ou al-Houl), dans le nord-est de la Syrie.

En plus de ces 25 meurtres brutaux, 14 autres personnes ont été blessées dans des tentatives de meurtres. Cependant, de nombreux meurtres ne sont pas détectés, car les gens disparaissent tout simplement et leurs corps sont enterrés sous des tentes ou dans d’autres endroits.

Le camp de Hol, composé de 9 secteurs, abrite 56 097 personnes, dont 29 152 personnes de nationalité irakienne (7 791 familles) et 18 863 Syriens (4 998 familles).

Le camp abrite également 8 109 femmes et enfants de mercenaires étrangers de l’Etat islamique (2 416 familles) de 54 nationalités étrangères. Les femmes et les enfants de l’Etat islamique sont détenus dans le neuvième secteur du camp.

Capitale secrète de l’Etat islamique

Le camp de Hol accueille actuellement 29 142 réfugiés d’Irak, 18 903 de Syrie et 8 109 proches de djihadistes de l’Etat islamique. La terreur de l’EI dans le camp est possible en partie parce que les pays d’origine de nombreux djihadistes n’assument pas la responsabilité de leurs ressortissants. Avec la dernière vague d’attaques turques, les meurtres dans le camp ont également augmenté. Al-Hol est le camp le plus dangereux au monde.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici