IRAN. 3 centres de détention des renseignements iraniens les plus redoutés sont au Kurdistan iranien

0
207

IRAN / ROJHILAT – Les centres de détention du ministère du Renseignement et de l’Organisation du renseignement des gardiens de la révolution dans les villes kurdes d’Ourmia, de Sanandaj et de Kermanshah comptent parmi les centres de détention les plus secrets et les plus redoutés d’Iran, où de nombreux activistes et civils kurdes ont été détenus, interrogés, torturés – parfois violés – au cours des quatre dernières décennies.

Dans ce rapport détaillé, l’ONG de défense de droits humains, Kurdistan Human Rights Network a tenté de brosser un tableau de la situation et des conditions de ces centres de détention en interrogeant plusieurs activistes kurdes arrêtés par ces deux agences de sécurité ces dernières années, afin d’attirer l’attention des militants et institutions de défense des droits humains.

Le rapport aborde brièvement le lieu, le statut de détention, les méthodes d’interrogatoire et la torture des prisonniers politiques dans ces centres de détention secrets.

Compte tenu de la situation sécuritaire dans ces centres de détention et des obstacles à la collecte d’informations, Kurdistan Human Rights Network (Réseau des droits humains du Kurdistan) a tenté d’interviewer un certain nombre de militants détenus qui ont passé un certain temps dans ces centres de détention. La plupart des informations publiées dans ce rapport sont basées sur les observations objectives de ces personnes.

Ce rapport examine spécifiquement les trois centres de détention centraux du ministère du Renseignement et de l’Organisation du renseignement des gardiens de la révolution dans les villes d’Urmia, de Sanandaj et de Kermanshah.

L’arrivée au pouvoir de la République islamique d’Iran s’est accompagnée de tensions politiques et militaires dans différentes parties de l’Iran. Ces tensions au Kurdistan ont atteint leur apogée avec la publication du décret de jihad de l’ayatollah Khomeiny, alors chef de la République islamique d’Iran, le 19 août 1979. D’autres tentatives pour parvenir à un accord à la table des négociations entre les forces politiques kurdes et les représentants de la République islamique d’Iran ont échoué et, en mai 1980, une nouvelle série de conflits armés a éclaté entre les deux parties. Des conflits qui durent jusqu’à la fin des années 1960. Dans de telles circonstances, une vague d’arrestations généralisées, de tortures, d’exécutions, ainsi que des complots visant à assassiner des militants politiques kurdes hors d’Iran, étaient à l’ordre du jour des forces de sécurité.

La victoire de la révolution iranienne en 1978, qui avait donné l’espoir aux Kurdes en tant que minorité ethnique d’une solution pacifique à la question kurde, n’a pas duré longtemps. La mise en place de la République islamique, qui, dans la lignée du gouvernement précédent (gouvernement Pahlavi), a évité de se concentrer sur la résolution de la question ethnique, a conduit au début d’une nouvelle série de politiques de répression, de répression et d’intimidation au Kurdistan iranien. Bien que ces politiques ne se soient pas limitées au Kurdistan et aient progressivement couvert l’ensemble de l’Iran, les répressions ont été plus intenses au Kurdistan iranien dès le début de la formation du gouvernement central. Le début de la guerre Iran-Irak en 1980 a fourni l’excuse nécessaire aux forces gouvernementales pour réprimer plus sévèrement leurs ennemis internes au nom de la défense des frontières de l’Iran. Dans de telles circonstances, non seulement les militants politiques kurdes, mais aussi de nombreuses forces civiles non politiques ont été victimes des politiques répressives de la République islamique.

Après la cessation des hostilités entre les forces armées des partis d’opposition kurdes et les forces gouvernementales à la fin des années 1960, les gardiens de la révolution et le ministère du renseignement de la République islamique d’Iran ont poursuivi leurs activités répressives dans diverses parties du Kurdistan iranien. Outre la répression de tout mouvement politique et civil au Kurdistan iranien, l’assassinat de membres de partis politiques kurdes opposés à la République islamique en dehors de l’Iran, notamment en Irak, ainsi que dans des pays européens a été l’une des activités les plus importantes de ces deux organisations. L’assassinat de plus de 100 cadres de ces partis vivant dans la région du Kurdistan irakien dans les années 1970, ainsi que l’assassinat d’éminents dirigeants du Parti démocratique du Kurdistan d’Iran à Vienne et à Berlin, le Dr Abdul Rahman Ghassemlou et le Dr Sadegh Sharafkandi, sont quelques uns des assassinats les plus importants.

Les deux agences de sécurité ont continué à détenir, torturer et poursuivre des militants kurdes de la même manière, mais en parallèle, en utilisant les anciens centres de détention SAVAK et en en construisant de nouveaux. Selon les recherches du Kurdistan Human Rights Network, la grande majorité des directeurs généraux des services de renseignement des quatre provinces, Azerbaïdjan occidental, Kurdistan, Kermanshah et Ilam, n’étaient pas kurdes et venaient d’autres parties de l’Iran. La seule exception ces dernières années a été le directeur général du renseignement de la province d’Azerbaïdjan occidental ces dernières années. Mohammad Sadegh Motamédian, L’actuel gouverneur de la province d’Azerbaïdjan occidental, originaire de Kermanshah. Dans le passé, il a travaillé comme directeur général du renseignement de la province d’Azerbaïdjan occidental et est titulaire d’une maîtrise en gestion. Dans son curriculum vitae, il est gouverneur du Sud Khorasan, membre du Conseil de développement de la recherche durable de l’Est et de l’Ouest du pays, chef du Conseil de la politique éducative du Nord-Ouest du pays et directeur adjoint du Bureau des renseignements généraux d’Ilam et Kermanshah.

Aujourd’hui, le ministère du Renseignement, l’organisation du renseignement de l’IRGC, le renseignement de la police et la police de sécurité ont chacun des centres de détention séparés dans différentes villes du Kurdistan. L’Organisation de renseignement des gardiens de la révolution possède plusieurs centres de détention secrets dans chacune des provinces de l’Azerbaïdjan occidental, du Kurdistan, de Kermanshah et d’Ilam dans la capitale provinciale, et l’emplacement de certains d’entre eux n’a pas encore été déterminé. Le ministère du Renseignement dispose également d’un centre de détention central dans chacune des capitales provinciales, et généralement tous les détenus de différentes zones sont transférés dans ce centre de détention central et interrogés. Chaque bureau de renseignement du comté dispose également d’un petit centre de détention à son siège, qui est utilisé en cas d’urgence, comme en cas de manifestations de rue soudaines, de grèves de la faim, etc., qui conduisent souvent à la détention généralisée de citoyens.

Les centres de détention du CGRI sont principalement situés dans les bases de cette organisation de sécurité militaire et, dans certains cas particuliers, un certain nombre de villas dans des zones résidentielles sont utilisées comme centres de détention pour les interrogatoires de ressortissants étrangers et les affaires top secrètes. Plusieurs militants détenus dans les villes d’Ourmia et de Kermanshah ont rapporté avoir été interrogés dans certains de ces lieux, mais jusqu’à présent, l’emplacement de ces centres de détention top secrets n’a pas été identifié.

En 2009, après la transformation du sous-ministre de l’Organisation de Renseignements en l’IRGC, cette organisation a commencé à construire un certain nombre de nouveaux centres de détention. Certains de ces centres de détention sont situés sur le site des anciens centres de détention SAVAK et n’ont été réparés et reconstruits que dans certains cas, et un certain nombre d’autres centres de détention ont été construits de manière tout à fait moderne dans des centres militaires.

En ce qui concerne la qualité de la nourriture dans ces centres de détention, il faut dire qu’avant le gouvernement de Mohammad Khatami, chaque centre de détention était approvisionné en nourriture depuis la prison centrale de chaque province, mais depuis le milieu de la période de réforme, hormis le Centre de détention des Renseignements d’Ourmiyê, dans d’autres provinces, elle est préparée séparément par un chef spécial.

Centre de détention du bureau de renseignement d’Ourmia, province d’Azerbaïdjan occidental

Ce centre de détention de sécurité est situé rue Daneshkadeh à Urmia, dans le bâtiment de la Direction générale du renseignement. Le bâtiment du centre de détention a quatre couloirs et ses couloirs ont 12, 10, 8 et 4 cellules d’isolement et publiques. Dans ce centre de détention, des cellules de prison aux dimensions de 80 cm sur 2 mètres, 1,2 sur 2, 2 sur 3 et 3 sur 4 mètres sont installées. Toutes les cellules de ce centre de détention n’ont pas de fenêtres. Ce n’est que dans le toit de ces cellules que des canaux sont installés pour l’entrée et la sortie de l’air.

Dans une interview avec le Kurdistan Human Rights Network, certaines personnes qui ont passé du temps dans ce centre de détention ont décrit ce centre de détention comme l’un des centres de détention les plus sales et les plus effrayants du ministère du Renseignement en Iran. Les toilettes et les salles de bains de chacune des cellules sont extrêmement inadaptées et puantes, et des couvertures sales sont fournies aux détenus.

Chaque cellule dispose de toilettes et d’une salle de bain qui sont séparées de la zone de couchage du détenu par un mur ouvert d’un mètre. Dans certaines cellules publiques, les toilettes sont installées dans une pièce séparée à l’intérieur d’une cellule plus grande. Le petit espace des cellules est parfois attribué à plusieurs détenus. Dans ce centre de détention, contrairement à d’autres centres de détention dans d’autres provinces, la nourriture donnée aux détenus était la nourriture de la prison centrale d’Ourmia, qui était décrite comme étant de très mauvaise qualité.

Après avoir transféré le détenu au centre de détention, les gardes ont fouillé et confisqué les effets personnels des détenus, notamment des ceintures, des chaussures, de l’argent liquide, etc., et ont emmené le détenu dans la cellule vêtu de ses vêtements. Dans ce centre de détention, il y a une cellule connue sous le nom de cellule « tombe », qui mesure un mètre et demi de haut et un demi-mètre de large et large. Dans cette cellule, la personne doit rester debout pendant des heures. Cette pièce n’est utilisée que pendant la torture. Les murs des salles d’interrogatoire de ce centre de détention ont une couverture souple et les interrogatoires se déroulent les yeux bandés face au mur et derrière l’interrogateur. Dans la plupart des cas, le détenu dans cette pièce est battu par l’interrogateur. Selon d’anciens prisonniers politiques, les passages à tabac sont une pratique courante de torture par les agents du renseignement. Pendant les interrogatoires, deux membres de l’équipe de torture se tenaient à côté de la chaise de l’accusé, et s’il ne répondait pas aux questions posées, l’accusé était sévèrement battu par les deux hommes, de sorte que dans certains cas certains d’entre eux s’évanouissaient à la suite de la coups sont devenus. Une des pièces de ce centre de détention est utilisée pour la torture. À cet égard, l’accusé est allongé sur un lit et fouetté sur la plante des pieds avec divers câbles et autres dispositifs. Il est également courant dans ce centre de détention d’utiliser des décharges électriques et de frapper des parties sensibles du corps, dont les testicules.

Un activiste kurde, qui se trouve dans le centre de détention de sécurité depuis plusieurs semaines, a raconté au Réseau des droits humains du Kurdistan la situation dans le centre de détention : « J’étais dans une cellule avec une porte en fer et équipée d’une caméra CCTV avec des toilettes ouvertes qui sont surveillées par la caméra installée au plafond. Cellules sèches et sans vie avec des pierres de granit sèches et mortes. Tout y est préparé pour l’expérience d’une mort progressive. La couleur des pierres déprime l’âme et dérange l’intérieur sans possibilité d’accès à aucun média, même au journal dans un lieu complètement isolé . Je respirais 10 minutes chaque jour. J’aurais pu être convoqué pour un interrogatoire à tout moment. Il n’y avait pas d’heure fixe pour l’interrogatoire. Ce centre de détention est équipé des dernières technologies de torture. »

Le militant civil a ajouté : « La salle d’interrogatoire, mesurant 3 mètres sur 4, était équipée d’une caméra de vidéosurveillance. Pendant l’interrogatoire, l’interrogateur doit s’asseoir derrière un bureau avec une poignée. Le lieu de ventilation était de forme triangulaire avec une superficie d’environ 70 mètres carrés. Le sous-sol de ce centre de détention est destiné à la torture. Un certain nombre de détenus ont été attachés au mur après avoir été transférés dans un lieu de torture grâce à un dispositif spécial installé dans le mur. L’intensité de la douleur causée par cet appareil à la tête et à la poitrine de cette personne dure plusieurs jours. « De plus, lorsque vous êtes dans une cellule publique, avec plusieurs personnes dans une petite pièce, avec des toilettes ouvertes et une caméra au-dessus de votre tête, c’est une guerre psychologique à part entière. »

Centres de détention du CGRI dans la caserne Al-Mahdi à Ourmia

Le service de renseignement du CGRI dans la province d’Azerbaïdjan occidental dispose de plusieurs centres de détention secrets à l’intérieur et à l’extérieur de la ville d’Ourmia. Comme dans d’autres provinces, les principaux centres de détention de cette institution de sécurité sont situés dans des casernes militaires. Les trois principaux centres de détention de cette institution militaire et de sécurité sont l’un dans la caserne Al-Mahdi connue sous le nom de centre de détention 81 Ramadan, le second dans la caserne Malik Ashtar connue sous le nom de centre de détention Haft Tir et récemment un autre nouveau centre de détention appelé Khyber a été construit dans ce enceinte militaire. Ces trois centres de détention sont situés à 20 km de la ville d’Ourmia, sur la route d’Ourmia à Tabriz, dans une zone complètement inhabitée, à côté des camps d’entraînement de Mahdi, Malik Ashtar et du centre d’artillerie dans le nord-ouest du pays, et le Camp de Hamzeh Sayyid al-Shuhada à Ourmia.

Lors de conversations avec un certain nombre d’anciens détenus, il a été révélé que le CGRI avait précédemment utilisé le centre de détention 81 Ramadan comme principal centre de détention au cours des dernières années, mais il y a un an, après la construction de deux autres centres de détention, Haft Tir et Khyber, cette institution militaire de sécurité utilise ces deux centres de détention lorsque cela est nécessaire.

Le statut exact des deux nouveaux centres de détention n’est pas connu, mais des rapports indiquent qu’il existe des dizaines de cellules d’isolement d’une capacité de plus de quelques centaines de places dans ces centres de détention.

Centre de détention Ramadan 81, connu sous le nom de centre de détention Al-Mahdi : un lieu de meurtre (…)

Selon un ancien prisonnier politique, le centre de détention a été construit en 1984 ou 1985 par le CGRI de manière tout à fait moderne et bien équipée. Le centre de détention a trois couloirs, dans chaque couloir il y a 6 cellules solitaires et publiques. Chaque cellule solitaire a une superficie de 1,5 sur 3 sur 3 sur 4 mètres. Il existe également plusieurs cellules publiques d’une capacité de 30 personnes dans ce centre de détention. La salle de bain et les toilettes de ce centre de détention sont séparées et chaque détenu a le droit d’aller aux toilettes 3 fois par jour. Dans toutes les cellules, il y a une caméra de vidéosurveillance et tous les mouvements et comportements quotidiens des détenus sont surveillés. Sur le toit de certaines cellules, il y a de petites fenêtres aux vitres glacées, derrière lesquelles on ne voit rien. Ces fenêtres ne sont ouvertes qu’occasionnellement pour la ventilation par des ventilateurs.

Selon un militant politique kurde qui a été interrogé et torturé dans le centre de détention secret pendant plusieurs mois, il y a des pièces abandonnées à l’extérieur du centre de détention où les détenus sont transférés pour être torturés. L’une des formes de torture les plus courantes dans ce centre de détention consiste à attacher des poids aux testicules d’un détenu. Dans une autre forme de torture physique courante dans le centre de détention, le détenu a été suspendu au plafond pendant plusieurs heures, avec seulement ses orteils atteignant le sol avec ses bras complètement tendus.

Un autre ancien prisonnier politique a également déclaré au Réseau des droits humains du Kurdistan : « Il y a un jardin dans l’enceinte militaire du centre de détention d’Al-Mahdi à côté du bâtiment du tribunal militaire d’Ourmia, et dans certains cas, le détenu a été transféré dans ce jardin avec un matraque, tuyau et Le bâton est torturé. »

Dans plusieurs autres cas, les interrogateurs de sécurité persuadent l’accusé de lui tirer dessus afin d’obtenir des aveux forcés. Pour effectuer ce type de torture, les interrogateurs de sécurité ont attaché les mains et les pieds du détenu et l’ont emmené dans une autre zone près du centre de détention, où il a été informé qu’il serait fusillé pour ne pas avoir coopéré avec les interrogateurs. « Plusieurs forces armées ont également été présentes sur les lieux, et ce scénario se poursuivra avec des tirs aériens ou en frappant les jambes d’une personne jusqu’à ce qu’elle obtienne des aveux. »

Un autre prisonnier politique a déclaré que la torture ne se limitait pas au détenu lui-même et que des gardes de sécurité détenaient la famille, en particulier sa femme, pour faire pression sur lui. À cet égard, il a déclaré au Réseau des droits humains du Kurdistan : « Après que les interrogateurs n’ont pas réussi à obtenir mes aveux, ils ont essayé de me forcer à avouer en créant une pression psychologique. « En conséquence, en arrêtant ma femme et en l’amenant au centre de détention, ils m’ont fait pression pour qu’ils violent ma femme si elle ne coopérait pas. » Un certain nombre d’autres détenus ont également reconnu avoir abusé d’autres membres de la famille, en particulier des sœurs, des mères et des frères, pour obtenir des aveux forcés. »

Dans certains cas, le détenu est détenu à l’isolement pendant des mois sans droit de visite ni de contact avec sa famille. Dans la plupart des cas, il n’est pas possible pour le détenu de contacter sa famille. Ce n’est que dans de rares cas, avec le consentement des enquêteurs de sécurité, que le détenu est autorisé à contacter sa famille pendant plusieurs minutes.

Selon une enquête du Kurdistan Human Rights Network, au moins un citoyen kurde a été torturé à mort dans le centre de détention. Selon des informations crédibles, Nasser Issazadeh, un citoyen de Salmas qui avait tenté de rejoindre un parti d’opposition kurde pendant son service militaire, a été arrêté en 2010 et torturé à mort dans ce centre de détention. Les forces du CGRI ont secrètement transféré son corps dans sa ville natale et l’ont enterré la nuit.

Le centre de détention du bureau des renseignements de Sanandaj est situé dans l’une des zones de sécurité de la ville de Sanandaj, entre les deux rues de cette ville appelées boulevards Khosrow Abad et Abidar, derrière le bureau d’enregistrement de Sanandaj dans les locaux du bureau des renseignements généraux de la province du Kurdistan. Au cours des dernières années, le service de renseignement a bloqué les ruelles des deux côtés du boulevard Khosrow Abad et de la rue Abidar et est surveillé sous haute sécurité.

Au cours des dernières années, le bureau des renseignements de Sanandaj a installé des caméras dans la plupart des ruelles proches du centre de détention, et la circulation des personnes dans cette zone est strictement contrôlée. On dit qu’en raison de l’existence d’appareils spéciaux situés sur le toit du Bureau des renseignements généraux de la province du Kurdistan, le signal des chaînes satellitaires et même la ligne Internet jusqu’à quelques kilomètres de cet endroit ont été gravement perturbés.

Les détentions se déroulent de deux manières : la personne en question est convoquée ou téléphonée au siège de l’information du service de renseignement, qui est situé sur le boulevard Shebli à proximité du centre de détention, où elle est détenue et transférée dans ce centre de détention après avoir eu les yeux bandés et menotté. . Soit l’inculpé est transféré au centre de détention sans notification préalable de l’arrestation et après fermeture du bandeau et des menottes par l’équipe de l’officier qui procède à l’arrestation.

Pour confondre le détenu, ces forces le tournent longtemps à l’intérieur de la ville, et peu de temps après l’une des portes d’entrée situées sur le boulevard Shebli ou la rue Abidar, il est transféré au centre de détention. Le bâtiment du centre de détention a été rénové au cours des dernières années et environ 14 cellules supplémentaires ont été ajoutées au centre de détention. Le nombre de cellules d’isolement dans ce centre de détention est estimé à 34 cellules dans 5 couloirs.

Selon les informations obtenues par le Kurdistan Human Rights Network, ce centre de détention sécuritaire a changé plusieurs fois au cours des dix dernières années. Ces changements comprenaient l’ajout de toilettes et de salles de bains dans chaque cellule, la construction de nouveaux couloirs composés de cellules individuelles et publiques et la suppression de la fenêtre pour toutes les cellules. Il convient de mentionner qu’en 1985, sur ordre du directeur général de ce centre de détention de l’époque, suite à l’évasion de deux citoyens détenus, ces fenêtres ont été enlevées par une fenêtre installée dans le toit de leur cellule.

Le centre de détention compte également cinq couloirs principaux et un nouveau couloir de 14 cellules qui a été construit derrière ces couloirs au cours des dernières années.

Dans ce centre de détention, comme dans d’autres centres de détention, les détenus sont torturés de diverses manières physiques et mentales. Aussi, ces dernières années, au moins deux des détenus détenus dans ce centre de détention sont morts sous la torture. Une de ces personnes est Ibrahim Lotfollahi. C’était un militant étudiant kurde qui a été arrêté par les forces de sécurité le 7 janvier 2007 et son corps a été enterré pendant la nuit au cimetière de Sanandaj par les forces de sécurité neuf jours plus tard. Bien que les responsables de l’époque du bureau de renseignement de Sanandaj aient imputé sa mort à un suicide, sa famille et des militants des droits humains ont soupçonné sa mort et l’ont torturé à mort. Son enterrement soudain, même à l’insu de sa famille, était une preuve des revendications des militants des droits civils et humains. Suite à l’annonce de la mort suspecte d’Ibrahim Lotfollahi, un certain nombre de militants des droits de l’homme ont publié des informations selon lesquelles une personne nommée « Hatefi » , l’un des interrogateurs du ministère du Renseignement, aurait qualifié Ibrahim Lotfollahi de tortionnaire.

En outre, un autre jeune homme de Sanandaj nommé Saro Ghahremani, qui a été arrêté lors des manifestations nationales de décembre 2017 à Sanandaj, a vu son corps restitué à sa famille après 11 jours. Suite à l’annonce généralisée de la mort de Saru Ghahremani, les médias officiels ont rapporté qu’il avait été tué lors d’une poursuite avec la police, mais des sources proches de la famille du citoyen kurde ont déclaré au Réseau des droits humains du Kurdistan que leur fils se trouvait dans une rue de la ville. arrêté et son corps a été remis à sa famille par les forces de sécurité 11 jours plus tard. Son corps a été enterré au cimetière de Sanandaj sous des mesures de sécurité strictes. La mère de Saro Qahramani, qui a pu voir le corps de son fils, a dit à ses proches que les effets des coups sur le corps de son fils étaient évidents.

Un militant civil kurde qui a été arrêté en 2016 et a passé un mois dans le centre de détention de sécurité de Sanandaj a raconté au Réseau des droits humains du Kurdistan ses expériences depuis son arrestation et sa présence dans le centre de détention : « Des agents du renseignement armés et masqués ont fait une descente chez moi et m’ont arrêté. Après avoir fouillé la maison, ces forces m’ont transféré dans la voiture avec les menottes et les yeux bandés. Après être arrivé au centre de détention du renseignement de Sanandaj, j’ai été battu, descendu quelques marches et je suis entré dans une pièce. Quelqu’un est venu et a posé quelques brèves questions et ils m’ont emmené dans une autre pièce. Ils ont ouvert mon bandeau. Un soldat se tenait devant moi et m’a dit d’enlever mes vêtements, de sonner et de regarder. J’ai fait la même chose et il m’a donné des vêtements de prison et je les ai portés. Peu de temps après, j’ai été transféré à l’isolement ; Une petite pièce de 2 mètres sur 2 avec deux couvertures militaires sales ; Il y avait des toilettes dans le petit coin de la cellule, et la puanteur était nauséabonde et insupportable. À l’intérieur de la cellule, il y avait une lampe faiblement allumée qui était toujours allumée, la porte de la cellule avait deux évents qui se fermaient de l’extérieur et s’ouvraient le matin, le déjeuner et le dîner pour de la nourriture ou des bandeaux. Pendant l’interrogatoire, le soldat me bandait les yeux par la trappe, après avoir refermé mon bandeau, il m’emmenait dans la salle d’interrogatoire. « Pendant les interrogatoires, j’étais battu à plusieurs reprises s’ils n’entendaient pas la réponse qu’ils voulaient. »

Mohammad Hossein Rezaei , un ancien prisonnier politique kurde qui a été détenu par les Gardiens de la révolution en 2011 après avoir été blessé et a passé plusieurs mois au centre de détention du renseignement de Sanandaj, a parlé des conditions du centre de détention et des tortures auxquelles il a été soumis : « Après 29 jours de détention au centre de détention de Shahramfar Sepah, j’ai été transféré au centre de détention du renseignement. Malgré le fait que ma jambe venait d’être opérée, j’ai été transféré au sous-sol de ce centre de détention et sévèrement torturé juste parce que j’avais chuchoté des chansons à l’intérieur de ma cellule. Après m’avoir transféré au sous-sol, les gardes m’y ont mis au lit. Mes deux mains étaient attachées aux coins du lit et mes jambes étaient attachées et fouettées sur la plante de mes pieds avec un câble. J’ai été battu à plusieurs reprises pour diverses raisons, et à la suite de ces tortures, mon nez et plusieurs côtes de ma poitrine ont été gravement endommagés. » Selon l’ancien prisonnier politique, lors de son transfert au sous-sol, les agents l’ont poussé en bas des premières marches. Il lui a été révélé plus tard que tous ceux qui avaient été emmenés au sous-sol pour y être torturés avaient ainsi été repoussés.

Farzad Kamangar, un enseignant kurde qui a été exécuté à la prison d’Evin à Téhéran le 10 mai, a écrit dans une de ses lettres concernant le centre de détention : « Le centre de détention du siège de l’information de Sanandaj avait un couloir principal et 5 couloirs séparés, ce qui me plaçait dans le dernier couloir et dans la dernière cellule. Ils ont changé de place régulièrement jusqu’au jour où le chef du centre de détention, avec plusieurs autres, m’a battu sans raison et m’a fait sortir de la cellule. Je suis tombé par terre dans l’escalier de 18 marches menant au sous-sol et aux salles d’interrogatoire. Je ne sais pas comment ils m’ont fait descendre 18 marches. J’ai ouvert les yeux. J’ai ressenti une douleur intense à la tête, au visage et sur le côté. Quand j’ai repris conscience, ils m’ont encore donné des coups de poing et de pied, et après une heure à m’avoir encore battu, ils m’ont tiré dans les escaliers, m’ont emmené dans le deuxième couloir et dans une petite cellule, et m’ont jeté dedans. Deux personnes m’ont encore battu jusqu’à ce que je m’évanouisse à nouveau. »

Il convient de mentionner que Roya Tolouei, une militante civile kurde vivant actuellement aux États-Unis, a été arrêtée par les forces de sécurité en 2005. Il a déclaré à un journal américain qu’elle avait été violée pendant sa détention.

Le centre de détention du renseignement de Sanandaj IRGC est situé dans la base de Shahramfar IRGC sur le boulevard Khosrow Abad à Sanandaj. En raison de la haute sécurité de ce centre de détention, des informations complètes ne sont pas disponibles dans toutes les cellules de ce centre de détention. Ce centre de détention a deux étages. La réception est située au rez-de-chaussée. Il y a des salles d’interrogatoire au premier étage et des cellules d’isolement au deuxième étage. Les détenus sont transportés par ascenseur. Le nombre de cellules de ce centre de détention est estimé à 30. La ventilation de ce centre de détention se trouve également dans une zone complètement fermée et se situe au sol.

Un militant syndical enseignant qui a été arrêté par les forces du CGRI à Saqqez en 1993 et ​​détenu dans ce centre de détention de sécurité pendant 49 jours, décrit le centre de détention au Réseau des droits humains du Kurdistan : « Après mon arrestation, j’ai été transféré directement au bâtiment du centre de détention sur le boulevard Khosrow Abad. À mon arrivée, on m’a posé plusieurs petites questions dans une pièce d’un immeuble, et peu de temps après, j’ai été transféré dans un immeuble à 20 ou 30 mètres de là. Après avoir été transféré dans une chambre, j’ai remis mes vêtements et j’ai reçu mes vêtements de prison. J’ai également rempli un formulaire avec des informations personnelles et un état de santé général. J’ai été conduit à la cellule les yeux fermés. Les dimensions de la cellule dans laquelle j’ai été transféré étaient d’environ 2 mètres sur 5 mètres, avec une porte en fer et une porte plus petite pour la communication nécessaire entre le gardien et la livraison de nourriture, et un petit tapis, une couverture et un oreiller sur le sol de la cellule. Le sol était en céramique et trop chaud. J’ai demandé plusieurs fois de baisser la température de la chambre, mais à chaque fois ils ont évité de le faire. Il était clair qu’ils avaient délibérément augmenté la température du sol. La cellule avait une fenêtre de 50 cm avec deux couvertures grillagées, une balustrade et une lampe allumée pendant 24 heures. Des moments silencieux du jour et de la nuit, parfois les voix du peuple et de la mosquée pouvaient être entendues autour d’elle. Pour les toilettes, je devais ouvrir la porte et aller dans la salle de bain avec la cérémonie les yeux bandés et les conseils du gardien, qui revenait avec le dos de la porte et après l’avoir terminé de la même manière. Une fois par jour, j’étais guidé dans l’allée, 8 mètres sur environ huit marches, les yeux fermés. De la position de, qui avait accès aux escaliers des deux côtés, j’ai remarqué qu’elle était située exactement au milieu du bâtiment. Couloir autour de la prise d’air puis cellules autour du couloir avec une entrée et une sortie vers l’ensemble du bâtiment. La hauteur de ventilation était d’environ 4 mètres avec une clôture et une couverture en filet. Le mur d’air était plein d’écrits de prisonniers, en particulier les lignes qui indiquaient les jours qu’ils avaient passés ici. Après un quart d’heure, je suis retourné dans la cellule avec les yeux bandés. Pour les toilettes, je devais ouvrir la porte et aller dans la salle de bain avec la cérémonie les yeux bandés et les conseils du gardien, qui revenait avec le dos de la porte et après l’avoir terminé de la même manière. Une fois par jour, j’étais guidé dans l’allée, 8 mètres sur environ huit marches, les yeux fermés. De la position de climatisation, qui avait accès aux escaliers des deux côtés, j’ai remarqué qu’elle était située exactement au milieu du bâtiment. Couloir autour de la prise d’air puis cellules autour du couloir avec une entrée et une sortie vers l’ensemble du bâtiment. La hauteur de ventilation était d’environ 4 mètres avec une clôture et une couverture en filet. Le mur d’air était plein d’écrits de prisonniers, en particulier les lignes qui indiquaient les jours qu’ils avaient passés ici. Après un quart d’heure, je suis retourné dans la cellule avec des procédures les yeux bandés. 

La salle d’interrogatoire était située presque près de l’entrée du bâtiment, et les deux extrémités du couloir, qui avait la forme d’un cube, menaient à la salle d’interrogatoire. La porte en fer se trouvait à l’entrée des couloirs et à côté de la salle d’interrogatoire. C’était une autre pièce qui était parfois utilisée pour les appels téléphoniques et les coupes de cheveux. Après 22 heures, aucune demande, qui était généralement annoncée en frappant à la porte, n’a reçu de réponse. Ma vessie a éclaté plusieurs fois le matin car les gardes n’ont pas ouvert la porte [pour que j’aille aux toilettes]. Le sol de la cellule était si chaud que cela me mettait si mal à l’aise que je ne pouvais pas dormir. Le seul isolant entre la céramique et moi était le tapis étalé sur le sol, que j’amenais jusqu’à la porte en fer pour profiter de la fraîcheur de l’étroite ouverture sous la porte. » Mais les gardiens lui interdisait de dormir à cet endroit qui était plus frais…

Mohammad Hossein Rezaei, un ancien prisonnier politique kurde qui a été pris en embuscade par les Gardiens de la Révolution en 2011 et qui a été arrêté après avoir reçu une balle dans la jambe par ces forces, a raconté au Kurdistan Human Rights Network comment il a été détenu dans ce centre de détention :« J’ai été détenu dans ce centre de détention pendant 29 jours dans les pires conditions. Alors que j’étais blessé, j’ai été emmené directement dans ce centre de détention sans être transféré à l’hôpital, et j’ai été soumis à de graves tortures physiques et mentales pendant 29 jours afin d’obtenir des aveux. Au début, un médecin militaire m’a examiné mais n’a rien fait pour me guérir. En conséquence, mon pied s’est infecté et mes blessures au pied sont devenues vermoulues. En plus d’être interdit de tout traitement médical, les deux mains ont été attachées derrière mon dos à plusieurs reprises par les interrogateurs, et j’ai été suspendu de la même manière, ce qui a provoqué la luxation de mon épaule. Plus tard, j’ai été examiné par un autre médecin. Il a déclaré que je devrais devenir orthopédiste dès que possible. On m’a mis dans une voiture et après quelques minutes nous avons atteint un bâtiment voisin, où je me suis évanoui et quand je me suis réveillé j’ai remarqué que mon épaule était bandée. Malgré mes circonstances désastreuses, les interrogateurs de la sécurité ont continué à me torturer, mais la cible de la torture était surtout mon visage. J’ai reçu des gifles et des coups de poing. »

Centre de détention du bureau des renseignements de Kermanshah (torture et viol)

Le centre de détention du bureau de renseignement de Kermanshah, connu sous le nom de centre de détention Naft Maidan, est situé près de la raffinerie de pétrole de Shahr et à côté du bâtiment du CGRI à Kermanshah. Selon un militant kurde qui a été détenu à plusieurs reprises, le centre de détention date d’avant la révolution.

Des rapports non confirmés indiquent la construction d’un centre de détention plus récent dans une ruelle près du champ pétrolifère, mais jusqu’à présent, le Réseau des droits humains du Kurdistan n’a pas été en mesure d’obtenir des informations précises sur l’emplacement du centre de détention.

Le point important à noter est que contrairement aux deux autres provinces (Azerbaïdjan occidental et Kurdistan), la plupart des interrogateurs de sécurité de la ville de Kermanshah sont originaires de cette province. Le centre de détention a deux couloirs séparés et est équipé d’une caméra, et au total il y a au moins 15 grandes cellules publiques dans ce centre de détention. L’une des cellules de ce centre de détention, connue sous le nom de cellule publique, a des dimensions de 2,5 mètres sur 5, et des cellules de dimensions 1 sur 2, 2 sur 3 mètres et même un demi-mètre sur un demi-mètre ont été vues. . Aucune de ces cellules n’a de fenêtre, de sorte que le détenu ne peut distinguer le jour et la nuit. Il y a deux couvertures sales dans chaque cellule et les cellules n’ont ni chauffage ni climatisation. Contrairement à d’autres centres de détention provinciaux, il n’y a ni toilettes ni salles de bains dans ces cellules. Chaque détenu a le droit d’aller aux toilettes 3 fois par jour. Une telle restriction est un moyen de faire pression sur les détenus. Le centre de détention dispose d’une grande prise d’air qui entoure deux immeubles de bureaux du CGRI. Dans ce centre de détention, sur la voie aérienne, il y a un grand sous-sol où les détenus sont pour la plupart transférés à cet endroit pour y être torturés. Il y a un lit au sous-sol où le détenu est allongé sur le sol et fouetté avec un câble. La plupart des anciens Basij du centre de détention ont la confiance du ministère du Renseignement ; Plusieurs jeunes gardiens ont également été employés au centre de détention ces dernières années. Après avoir remis chaque détenu à ces gardes, la personne est transférée dans la salle d’interrogatoire, et après la séance photo, tous ses vêtements lui sont retirés, et après avoir recouvert son uniforme de prison, il est transféré dans la cellule. Chaque jour à 7 heures du matin, les détenus sont réveillés par un gardien et ramenés dans leurs cellules après être allés aux toilettes. Au bout d’une demi-heure, le petit-déjeuner est servi à l’intérieur de la cellule pour les détenus. Si le nombre de détenus est faible, leur déjeuner et leur dîner seront servis dans des récipients en acier et la personne devra laver le récipient utilisé dans la salle de bain après avoir mangé. Après le petit déjeuner, les interrogatoires commencent. Aller au ventilateur et aux toilettes se produit généralement une fois par semaine. Le détenu n’a pas le droit de se raser la barbe pendant le bain, et s’il le souhaite, sa barbe et ses cheveux seront rasés par les gardiens au bout d’un mois.

Dans ce centre de détention, il y a trois salles d’interrogatoire spéciales côte à côte et dans le couloir d’entrée du centre de détention. Au bout de ce couloir, il y a une salle spéciale pour le médecin du centre de détention. Dans des circonstances particulières nécessitant un examen, le médecin du ministère du Renseignement examine le détenu dans cette salle. En cas d’urgence, le détenu sera transporté dans un hôpital de la ville sous des mesures de sécurité strictes.

« Plusieurs mois sans droit de visite ni de contact avec sa famille, j’ai subi de graves tortures psychologiques. Pour mettre fin à cette situation difficile, j’ai décidé de me suicider et avec beaucoup d’efforts j’ai réussi à abaisser la lampe qui était installée au plafond de la cellule. J’ai coupé les veines de ma main avec le verre brisé de la lampe. Alors que le dîner était livré, les gardes ont remarqué mon action et, donnant des coups de pied et battant dans la cellule, m’ont emmené dans la salle de bain dans le couloir, me donnant des coups de pied et me battant. Cette nuit-là jusqu’au matin, j’ai été enfermé dans les tiges du radiateur à l’intérieur de chaque cellule. « Le lendemain, après mon examen, le médecin m’a juste frappé sur la tête avec un stylo et a dit: » Il n’y a pas besoin de pansement.(…) »

Zeinab Jalalian, une autre prisonnière politique kurde condamnée à la prison à vie qui a été interrogée et torturée pendant plusieurs mois dans ce centre de détention, a déclaré au Kurdistan Human Rights Network : Alors il a essayé de forcer une bague à l’un de mes doigts. « J’ai aussi dû lui donner des coups de pied pour empêcher cela, ce qui a poussé plusieurs personnes présentes à m’attaquer et à me battre jusqu’à sang. » Zeinab Jalalian a ajouté qu’elle avait été emmenée au sous-sol à plusieurs reprises et qu’elle avait été fouettée sur la plante des pieds pendant des heures par des interrogateurs alors qu’elle était allongée sur le sol. Les coups étaient si sévères que ces pieds ont été anesthésiés à plusieurs reprises par les coups.

Un citoyen kurde arrêté parce qu’il était soupçonné d’espionnage pour le compte des services de renseignement américains a raconté au Réseau des droits de l’homme du Kurdistan que l’une des tortures auxquelles lui-même et plusieurs de ses codétenus avaient été soumis était un interrogatoire dans sa salle d’interrogatoire puis du poids qu’on leur avait attaché aux testicules (…) ou bien, ils étaient suspendus au plafond pendant plusieurs jours.

Deux femmes détenues ont également déclaré au Réseau des droits humains du Kurdistan qu’elles avaient subi le « teste de virginité » par un médecin pendant leur détention sous la pression des interrogateurs. Une autre jeune femme, arrêtée il y a quelques années pour espionnage pour une agence de renseignement affiliée à un parti de la région du Kurdistan, a déclaré au Réseau des droits humains du Kurdistan qu’elle avait été violée par un religieux dans le centre de détention pendant plusieurs mois. La jeune femme a ajouté qu’ « après une semaine de détention, un jour, deux interrogateurs sont entrés dans ma cellule et m’ont attaché les mains et les pieds. Plus tard, ils m’ont injecté une seringue. Au début, je résistais à leur assauts, mais après quelques semaines, je n’ai montré aucune résistance. Le lendemain de l’injection de la seringue, j’ai remarqué une nouvelle personne dans la cellule, les yeux fermés. Après l’avoir salué, j’ai réalisé qu’il était tellement attaché à moi que je pouvais sentir sa respiration dans mon cou. Je souffrais (…), mais parce que mes mains et mes pieds étaient liés, je ne pouvais rien faire d’autre que crier. « Il m’a enlevé mes vêtements de force et m’a violée. » La jeune femme, qui est actuellement hors d’Iran en raison de pressions sécuritaires, a ajouté que la seule chose qu’elle a vue de la personne aux yeux bandés était qu’il était habillé en religieux. Le viol de la femme détenue par cet ecclésiastique s’est poursuivi pendant deux mois.

Farzad Kamangar, un enseignant kurde qui a été exécuté dans la prison d’Evin à Téhéran le 10 mai 2010, avec quatre autres prisonniers politiques, avait précédemment rapporté dans ses lettres qu’il avait été torturé dans ce centre de détention. Il écrit dans une de ses lettres intitulée « Poésie, nuit et torture » : « Ça me fait encore mal au corps, à l’âme et à l’esprit. »

Farzad Kamangar, se référant à son transfert de la cellule au sous-sol, décrit sa torture ainsi :

« C’était une nuit noire, et c’était une pièce exigüe et sombre avec une petite porte qui s’ouvrait sur le futur d’un côté et sur le passé de l’autre, et j’ai chuchoté un poème contre les murs. Il y avait en moi une prison oppressante qui ne s’habituait jamais au bruit de ses chaînes, frappait à la porte, troublait mon cauchemar et brisait la rime des berceuses non écrites de ma mère que je chuchotais,… Bandeau , main en avant, menottes ! … Laisse tomber. Ils m’ont sorti de ma petite cellule, je connaissais mon chemin, mieux que les vieux gardiens qui étaient aussi usés que dans les cellules. Je connaissais mieux le nombre d’escaliers du sous-sol que mes interrogateurs. C’était comme si j’avais vécu dans cette prison pendant des années. Je pouvais même voir les empreintes des prisonniers devant moi. En descendant les escaliers sous le bandeau, j’ai compté le nombre de pieds présents, un… deux…. Trois… quatre… cinq…. Six ….Ils étaient venus montrer leur pouvoir à un être humain, et quand je me suis levé, je chuchoté un poème : « Dieu, où suis-je debout par terre ? Pas de la douleur du fouet, pas du fait qu’au IXe siècle, au siècle du dialogue, dans le village global, les gens fouettent encore et se lamentent triomphalement sur le corps humain souffrant. »

Le CGRI de Kermanshah possède plusieurs centres de détention de haute sécurité dans la ville de Kermanshah. En raison de mesures de sécurité strictes, l’emplacement exact de ces centres de détention n’est pas connu. Après plusieurs mois d’enquête, le Kurdistan Human Rights Network n’a réussi à obtenir des informations que sur l’un de ces centres de détention dans la caserne Nabi Akram IRGC à Kermanshah. Un détenu qui a été transféré dans un centre de détention secret du CGRI pendant 24 heures pour interrogatoire a également déclaré au Réseau des droits humains du Kurdistan : « Après mon arrestation, j’ai été transféré dans un immeuble avec un grand jardin dans sa cour. J’ai été transféré à l’intérieur d’une cellule ; À l’intérieur de la cellule se trouvaient une caméra et une sonnette qui servaient à avertir le gardien d’aller aux toilettes. « Il était clair d’après l’état du bâtiment qu’il s’agissait d’un nouveau bâtiment, et il y avait aussi des femmes officiers dans le centre de détention. »

Centre de détention de Nabi Akram à Kermanshah

Ce centre de détention est un centre de détention nouvellement construit situé dans le camp du Corps du Saint Prophète à Kermanshah, près du champ pétrolifère de cette ville. Plusieurs militants kurdes qui avaient été détenus par le CGRI de Kermanshah dans le centre de détention ont déclaré au Réseau des droits humains du Kurdistan qu’après avoir été transférés au centre de détention, ils avaient été transférés dans une salle de réception à côté de la salle des gardes, où tous leurs effets personnels étaient entreposés. Et ses vêtements, à l’exception de son short, leur ont été enlevés et emmenés à l’intérieur de la cellule portant les vêtements d’un prisonnier.

Une partie de ce centre de détention comprend un hall qui compte 6 cellules à droite et 4 cellules à gauche avec deux pièces, une salle de bain et des toilettes. Ces cellules ont des dimensions de 9 mètres à 15 mètres et sans avoir de ventilateur et uniquement à travers les vannes de porte qui servent à livrer la nourriture, l’air frais et chaud entre dans toutes les cellules. Au bout de ce couloir, à côté des toilettes et de la salle de bain, il y a une porte d’entrée au ventilateur et le dessus du ventilateur est entièrement recouvert de barres d’armature et de couverture métallique.

Selon les militants détenus, il y a des caméras dans certaines de ces cellules, et tous les déplacements de chaque détenu sont sous le contrôle des gardiens. Le sol de chaque cellule est recouvert de moquette et deux vieilles couvertures et un thermos d’eau sont remis à chaque détenu.

Le centre de détention dispose de deux salles d’interrogatoire et les détenus sont interrogés derrière une vitre. Le seul rapport de torture dans le centre de détention a été publié dans une lettre ouverte à Hussein Khezri, un prisonnier politique kurde exécuté. Le prisonnier politique a écrit sur la description de sa détention et des tortures qu’il a subies dans ce centre de détention :« J’ai été arrêté par les forces du Corps du Saint Prophète à Kermanshah le 10 mai 2007. J’ai été soumis à toutes sortes de tortures physiques et mentales pendant l’interrogatoire pendant 49 jours alors que j’étais sous la garde du Corps du Saint Prophète. Physique les tortures incluaient les passages à tabac. Les coups pendant plusieurs heures chaque jour, créant une pression psychologique pendant l’interrogatoire, menaçant mes interrogateurs que si vous n’acceptez pas ce que nous disons à votre frère de famille et à votre gendre, nous pouvons qualifier d’activités illégales contre le système, coups de pied Mes organes génitaux et des saignements et gonflements de ces zones de mon corps pendant quatorze jours, la rupture de ma jambe droite de près de 2 cm due à un coup violent sur la jambe de l’interrogateur qui est encore visible, et de multiples coups sur tout mon corps avec une matraque. « Ces cas ont eu lieu pendant les 49 jours de ma détention au centre de détention des gardiens de la révolution de Kermanshah. »

Le Réseau des droits humains du Kurdistan (KHRN)

Le Réseau des droits humains du Kurdistan , en tant qu’organisation non gouvernementale et à but non lucratif, a été légalement enregistré en France en 2014 et n’a ni parti ni affiliation politique.

Le sujet des activités de cette organisation en deux sections est l’éducation, la promotion des principes et valeurs des droits de l’homme, l’information et la documentation des violations des droits de l’homme et son domaine d’activité au Kurdistan / Iran.

La sensibilisation de l’opinion publique et des médias, ainsi que des institutions et organisations internationales des droits de l’homme, est une autre de nos activités. A cet égard, le site internet du Kurdistan Human Rights Network en trois langues, kurde, persan et anglais, ainsi que les comptes et canaux officiels de cette organisation sont actifs sur les réseaux sociaux.

Le Réseau des droits humains du Kurdistan est membre de la Coalition mondiale contre la peine de mort depuis 2017. Il est également en contact étroit et en coopération bilatérale avec des organisations kurdes, iraniennes et internationales de défense des droits de l’homme.

Kurdistan Human Rights Network

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici