GUERRE DE L’EAU. La Turquie met la Syrie et l’Irak au bord d’une catastrophe humanitaire

0
123

La guerre de l’eau livrée par la Turquie aux Kurdes du Rojava à travers les barrages qu’elle a construits sur les rives du fleuve Euphrate provoque des catastrophes écologiques et humanitaires qui touchent des dizaines de millions d’habitants syriens et irakiens.

​​​​​​​

L’expert en stratégies et politiques de l’eau, Ramadan Hamza, a expliqué que la Syrie et l’Irak seront confrontés à une sécheresse anormale ; En raison du contrôle étroit de la Turquie sur l’ensemble du débit de l’Euphrate et de l’utilisation du fleuve comme une arme silencieuse.

Depuis 16 mois, l’État turc a coupé les eaux de l’Euphrate desservant le territoire syrien ; Ce qui laisse présager une catastrophe qui menace les habitants de la Syrie et de l’Irak.

L’agence ANHA a mené un entretien avec Ramadan Hamza, expert en stratégies et politiques de l’eau et secrétaire de l’Association hydrogéologique internationale, pour parler des dangers des pratiques de l’État turc affectant l’eau dans la région, en particulier les eaux transfrontalières.

Ramadan Hamza déclare que l’Euphrate est l’élément vital de la Syrie et de l’Irak et qu’il est actuellement menacé de pénurie, ce qui peut entraîner une double catastrophe environnementale et humanitaire ; À la lumière des conditions politiques instables dans les deux pays, qui les empêchent de moderniser les systèmes d’irrigation et de bénéficier de la technologie moderne dans le but de rationner les utilisations de l’eau, il a souligné que l’imposition par la Turquie de son hégémonie sur le fleuve était due à la faiblesse de la volonté politique de Damas et de Bagdad, et que tous les projets turcs dans le cadre du projet « Al-Kab » sont incompatibles avec les dispositions des lois internationales sur les eaux fluviales et les protocoles relatifs aux quotas d’eau pour les fleuves internationaux partagés par les États.

* Quelle est l’importance du fleuve Euphrate pour la Syrie et l’Irak ?

L’importance de l’Euphrate pour la Syrie et l’Irak réside dans le fait qu’il est l’élément vital de l’un et de l’autre. Là où les habitants des terres inondables, en particulier en Irak, utilisent ses eaux depuis au moins 6000 ans pour l’irrigation et l’agriculture, et ainsi, des empires qui dépendaient de l’agriculture irriguée ont prospéré. Mais parce que la majeure partie du bassin versant de l’Euphrate se situe à l’intérieur des frontières de la Turquie et qu’environ 90% du ruissellement du fleuve provient du bassin situé dans les hautes terres (est de la Turquie); À la suite de la fonte des neiges qui se produit à la fin du printemps et au début de l’été et se dirige vers la Syrie et l’Irak, mais le contrôle de la Turquie sur le débit de ce fleuve vital a laissé derrière lui des terres pratiquement stériles dans les deux pays riverains.

Depuis le milieu des années soixante, la Turquie a prévu de construire de grands barrages pour profiter des eaux de l’Euphrate. Pour commencer, le barrage de Keban a déjà été construit en Turquie, et la Turquie a prévu d’autres grands travaux hydrauliques le long de la colonne de l’Euphrate et de ses affluents à l’intérieur de ses frontières politiques. Lorsque les projets d’irrigation associés à ces systèmes seront pleinement opérationnels comme c’est le cas actuellement, il semble que la demande potentielle en eau de la Syrie et de l’Irak sera supérieure au débit disponible pour le fleuve par la Turquie.

Il est probable que les deux pays en souffriront le plus et que l’impact sera le plus sévère sur l’Irak ; En raison de son statut d’estuaire du bassin. Il semble que la seule solution permanente au problème soit la création d’un organisme international chargé de superviser la répartition équitable des ressources en eau de l’Euphrate entre la Turquie, la Syrie et l’Irak. À l’heure actuelle, il semble peu probable qu’un accord permanent soit conclu entre les trois pays.

* Au cours des dernières années et jusqu’à aujourd’hui, l’État turc a réduit le niveau de l’Euphrate de 60% du montant convenu. Quels sont les effets de ces pratiques sur les peuples syrien et irakien à l’heure actuelle ?

Selon les statistiques des Nations Unies, environ 5 millions de Syriens et 7 millions d’Irakiens dépendent des eaux de l’Euphrate, qui sont menacées de pénurie, compte tenu des conditions politiques instables dans les deux pays, qui ont empêché les deux pays de moderniser les systèmes d’irrigation. et bénéficier de la technologie moderne dans le but de rationner les usages de l’eau. La baisse importante des niveaux de précipitations et la sécheresse, qui ont clairement affecté le manque d’accès à l’eau potable et à l’irrigation des cultures dans certains gouvernorats des deux pays. Cela s’est directement répercuté sur la sécurité alimentaire syrienne et irakienne, et ce sera plus grave et plus dur à l’avenir. La politique du gouvernement turc en matière de contrôle du niveau d’eau des fleuves Tigre et Euphrate est une violation flagrante des droits de l’homme les plus élémentaires, et les dispositions du droit international concernant la part et les droits des pays riverains dans les fleuves, et le manque de coordination et de compréhension avec les deux pays voisins concernés par cette question, à savoir la Syrie et l’Irak, produiront des résultats désastreux pour les deux pays. Où le niveau de ces deux fleuves en Irak et en Syrie est devenu peu profond et peu profond, aggravant la sécheresse associée à la rareté de l’eau de pluie ; En raison du changement climatique, de nombreux résidents ruraux qui dépendent de l’agriculture et de l’élevage perdront leurs moyens de subsistance. Par conséquent, cela entraînera une instabilité sociétale en raison de l’augmentation et de la fréquence des sécheresses; Cela conduit les agriculteurs au déplacement interne et à résider en périphérie des principales villes à proximité de leurs villages.

* Si le comportement de l’Etat turc se poursuit, quels sont les effets à long terme, ou quels sont les risques ?

Premièrement, la Turquie doit être tenue internationalement responsable de la pénurie d’eau en Syrie et en Irak, car elle a réduit le niveau du débit de l’Euphrate de 500 mètres cubes par seconde, ce qui était stipulé dans l’accord conclu entre la Syrie et la Turquie en 1987, à 200 mètres cubes mètres par seconde, ce qui est considéré comme un véritable crime contre les deux peuples syriens. Et l’Irakien. Et que le contrôle par la Turquie de la principale station d’eau Alouk, qui pompe l’eau vers la ville de Hasaka, était une indication claire que la Turquie a utilisé l’eau comme une arme dans sa guerre pour s’emparer de l’Euphrate, au moins à l’intérieur du territoire syrien ; Par conséquent, il compromet politiquement les eaux de ce fleuve en contrôlant les ressources en eau pour déstabiliser la région, ce qui explique sa réduction du débit de l’Euphrate.

* Quelle est l’étendue de l’engagement d’Ankara envers les lois internationales concernant les fleuves transfrontaliers et les accords conclus avec Damas et Bagdad, et comment lire le rôle des organisations internationales de défense des droits de l’homme qui ignorent le dossier ?

Avec grand regret; La Turquie ne reconnaît pas les lois internationales régissant les affaires de ces fleuves et n’a pas signé la Convention-cadre des Nations Unies de 1997 sur les fleuves internationaux communs non navigables. Elle utilise des doubles standards ; D’une part, la Syrie revendique ses droits sur le fleuve Oronte, ainsi qu’avec la Bulgarie, la Grèce et la Géorgie car c’est un pays d’estuaire. Mais elle impose sa souveraineté sur les bassins du Tigre et de l’Euphrate, et cela est dû à la faible volonté politique de la Syrie et de l’Irak. Les organisations internationales de défense des droits de l’homme ne peuvent accomplir une tâche que si cela leur est demandé. Aide officielle dans ce domaine. La Turquie n’a mené aucune négociation avec les pays participant au même bassin fluvial au sujet de ces projets, lors de la planification et de la réalisation d’enquêtes et de conceptions basées sur les dispositions du droit international sur le partage des eaux des fleuves internationaux communs ou sur les dispositions de la Banque mondiale et de la Commission internationale des barrages concernant l’arrêt du financement des projets de barrages prévus par les pays et les institutions sur les rivières ne sont pas conclues de négociations internationales conjointes et d’accords avec les pays riverains du même bassin fluvial. Par conséquent, empêcher l’écoulement de l’Euphrate vers la Syrie et l’Irak est l’arme silencieuse de la Turquie, en particulier dans le nord et l’est de la Syrie, ce qui laisse présager des catastrophes environnementales et humanitaires. Cela révèle la fausseté des affirmations de la Turquie selon lesquelles elle n’est pas la cause de cette catastrophe qui menace la Syrie et l’Irak. Surtout dans le nord et le nord-est de la Syrie, mais ce n’est plutôt qu’une conséquence de la baisse du niveau des pluies, car la Turquie a profité sournoisement et politiquement trompeusement en sa faveur et d’un point de vue géopolitique de l’occupation. Le fleuve Euphrate coule complètement, donc plus de 50 pour cent de la région souffrira déjà d’une grave sécheresse.. pénurie d’eau, mortalité des poissons et affaissement des puits d’eau, tous les indicateurs que nous avons racontent des histoires sombres. C’est moins d’un tiers du taux normal dans d’autres parties du pays, et les réservoirs des barrages syriens et irakiens sont presque vides parce que leurs réserves stratégiques sont tombées à des niveaux record, et les sources et les sources qui étaient une source d’eau potable et l’eau agricole pour de nombreux villages et campagnes n’est plus ce qu’elle était les années précédentes.

Il est également regrettable que l’accélération de la mise en œuvre des projets de la Turquie soit soutenue financièrement, techniquement et politiquement par l’Occident et même par certaines organisations des Nations Unies dont le travail est censé être de préserver l’environnement des fleuves selon les décisions des Sommets de la Terre à Rio de Janeiro et autres. Les raisons les plus importantes de ce soutien sont purement politiques, liées à l’endiguement économique et politique des régimes riverains sur la partie inférieure des deux fleuves. Car elle représente une base de développement et de concurrence commerciale pour la Turquie, comme l’a fait la Syrie.

* L’État turc profitera-t-il du chaos sécuritaire en Irak et de la guerre en Syrie pour détourner les fleuves qui coulent de Turquie des fleuves internationaux vers les fleuves turcs et mener sa politique et sa stratégie en conséquence ? Et ainsi imposer sa domination dans la région ?

Oui et certainement, et sans ce chaos que la Turquie a créé dans la région et allumé le feu des guerres civiles, elle n’aurait pas pu exploiter le dossier de l’eau comme chantage politique dans la région et vider les campagnes syriennes et irakiennes de ses habitants, en particulier les habitants des marais d’Irak ; par cette mesure, la population de la ville augmenterait dans des proportions élevées, provoquant le chaos; En raison du chômage, de la pauvreté et de la propagation de l’ignorance, et de l’échec des plans de développement dans les campagnes, en particulier dans le secteur agricole, et par conséquent, la corruption, la persécution, la pauvreté et la privation prévalent dans les deux pays. Tous les projets turcs contredisent les dispositions des lois et protocoles internationaux sur l’eau et les fleuves pour traiter des quotas d’eau pour les fleuves internationaux partagés entre États, ainsi qu’en contradiction avec le principe de préservation des composantes du milieu fluvial de la source à l’estuaire et des systèmes aquatiques dans la colonne fluviale. Dans un rapport intitulé « Triangle de l’Euphrate », concernant les répercussions sur la sécurité du projet du sud-est de l’Anatolie, publié par l’Université américaine de la défense nationale, 1999, les déclarations définissaient clairement la position des États-Unis d’Amérique et de l’OTAN concernant la construction du projet, tels que comme: Il est dans l’intérêt des États-Unis d’Amérique Le patriotisme est que la Turquie est sûre et stable, et que la Turquie est le bastion sud de l’OTAN, et qu’elle se trouve aux frontières de trois pays qui peuvent constituer une menace pour les États-Unis, Irak, Syrie et Iran.

* Dans quelle mesure peut-on comprendre le sérieux du traitement de ce dossier par Damas et Bagdad ?

Nous ne voyons aucun sérieux de la part des gouvernements syrien et irakien dans la compréhension des dangers de ces crises de l’eau, qui se sont transformées en dilemmes de l’eau. Et ici, il met les deux pays au bord de catastrophes humanitaires inquiétantes, car la baisse du niveau de l’Euphrate menace la perte des réserves d’eau dans les barrages syriens et irakiens, les niveaux élevés de pollution et la mise en danger de la pêche, c’est-à-dire l’apparition de doubles catastrophes environnementales et humanitaires. Les effets de la sécheresse et des conditions climatiques difficiles telles que celles que la région est en train d’engloutir, avec des conséquences désastreuses pour les personnes, l’environnement et la nature, et ces effets ne sont pas uniformément répartis. Les petites communes rurales, en particulier la Jazira syrienne, les régions irakiennes de Badia et du Moyen-Euphrate – dont beaucoup comptent une plus grande proportion de familles à faible revenu – ressentent souvent les pires effets. Les écosystèmes d’eau douce sont gravement menacés en raison de la réduction des débits d’eau en provenance de Turquie, de la hausse des températures et de l’aggravation des problèmes de qualité de l’eau en raison de la concentration accrue de sels et de polluants et des faibles niveaux d’oxygène. La pénurie d’eau de surface pour l’agriculture entraîne également une augmentation du pompage des eaux souterraines, et la poursuite des découverts entraîne des dommages matériels, l’assèchement des puits d’eau et une perte permanente de stockage des eaux souterraines et l’aggravation des problèmes de qualité de l’eau en raison de la concentration accrue de sels et de polluants et des faibles niveaux d’oxygène. La pénurie d’eau de surface pour l’agriculture entraîne également une augmentation du pompage des eaux souterraines, et la poursuite des découverts entraîne des dommages matériels, l’assèchement des puits d’eau et une perte permanente de stockage des eaux souterraines et l’aggravation des problèmes de qualité de l’eau en raison de la concentration accrue de sels et de polluants et des faibles niveaux d’oxygène. La pénurie d’eau de surface pour l’agriculture entraîne également une augmentation du pompage des eaux souterraines et la poursuite des découverts entraîne des dommages matériels, l’assèchement des puits d’eau et une perte permanente de stockage des eaux souterraines.

* Ne voyez-vous pas que la sécurité de l’eau est devenue plus que jamais une nécessité urgente et nécessite une action immédiate pour protéger les intérêts des deux pays, surtout que la guerre de l’eau est devenue plus préoccupante que la guerre habituelle ?

Porter atteinte à la sécurité de l’eau qui garantit l’autosuffisance en eau de l’État de manière durable est extrêmement dangereux. Par conséquent, assurer la sécurité de l’eau dans laquelle l’approvisionnement en eau répond à la demande de tous les secteurs qui utilisent l’eau, créant ainsi une situation stable pour les ressources en eau qui peut être sécurisée, en atteignant l’équilibre (quantitatif et qualitatif — temps et lieu) entre les ressources en eau disponibles et les différents besoins en eau présents et futurs. Et que les eaux internationales communes sont devenues clairement et clairement à l’ordre du jour politique de la Turquie et de l’Iran. Lorsqu’il s’agit de libérer les quotas d’eau de la Syrie et de l’Irak, on remarque que le président turc ou son homologue iranien interviennent et élaborent la politique de l’eau au lieu de la laisser au côté technique des structures concernées par les affaires de l’eau. C’est un indicateur très dangereux, et réduire le débit de l’Euphrate à ses frontières les plus basses vers la Syrie et l’Irak n’est qu’une véritable traduction de cette réalité en politisant le dossier de l’eau puis en travaillant à en faire une « marchandise » moyennant un prix et en activant le principe du troc de l’eau contre du pétrole avec l’Irak et d’autres besoins avec la Syrie.! Ces facteurs s’imposeront à l’Irak et à la Syrie, maintenant et dans le futur, et nécessiteront le développement d’une stratégie commune pour le développement et la rationalisation des ressources en eau. Par conséquent, il est nécessaire d’adopter des politiques de l’eau judicieuses pour les investissements des ressources en eau disponibles dans le but de construire les bases d’une économie solide qui dépend d’une agriculture moderne et développée, loin de l’agriculture traditionnelle (…).

ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici