Accueil Kurdistan Rojava Şervan Derwîş : Nous sommes prêts pour une guerre de défense majeure...

Şervan Derwîş : Nous sommes prêts pour une guerre de défense majeure si la Turquie attaque Manbij

0
114

SYRIE / ROJAVA – La Turquie prévoit une autre invasion du Rojava et Manbij a été désignée comme l’une des premières cibles. Şervan Derwîş, porte-parole kurde du Conseil militaire de Manbij, a déclaré qu’ils étaient prêts pour une guerre de défense majeure en cas d’attaque turque.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan prépare une nouvelle guerre d’agression contre le nord de la Syrie. Le chef du régime turc a désigné les villes de Manbij et Tel Rifat comme les premières cibles d’une éventuelle invasion. Avec la capture de ces lieux, la Turquie veut faire un « pas supplémentaire » vers l’établissement d’une « zone de sécurité » de 30 kilomètres de large le long de sa frontière sud. Après cela, d’autres régions devraient également être incluses « étape par étape ». Depuis 2016, la Turquie a violé à trois reprises le droit international contre les zones autonomes du nord de la Syrie, qui sont principalement habitées par des Kurdes. Au cours de ces invasions, de grandes parties de la bande frontalière étaient déjà occupées.

La ville de Manbij est située à environ 30 kilomètres au sud de la frontière turque et occupe une position stratégique clé dans les plans de la Turquie pour étendre la zone d’occupation illégale. La région se trouve sur l’importante autoroute M4, qui traverse le nord de la Syrie comme une bouée de sauvetage et était déjà une voie d’approvisionnement stratégique pour le groupe terroriste État islamique. Manbij est défendu par un conseil militaire appartenant aux organisations membres des Forces démocratiques syriennes (FDS). Şerwan Derwîş est l’un des commandants du Conseil militaire de Manbij et son porte-parole. Dans cette interview de l’ANF, il a commenté l’importance stratégique de la région et les menaces d’invasion de la Turquie.

Monsieur Derwîş, vous étiez déjà à Manbij lorsque l’Etat islamique y régnait. Que s’est-il passé dans la ville depuis le début de la guerre civile syrienne jusqu’à la libération de la ville ?

Le régime a été chassé de la ville par des groupes armés le 19 juillet 2012. Parmi eux se trouvait le Front kurde, qui était sous le commandement d’Abu Leyla. A cette époque, il y avait environ 88 groupes armés qui combattaient le régime à Manbij. Celles-ci n’avaient rien à voir avec « l’armée syrienne libre ». Néanmoins, les souffrances de la population se sont poursuivies. Beaucoup de ces groupes ont commis des crimes tels que des meurtres, des enlèvements et des vols, ainsi que des combats entre eux. Cette circonstance n’a pas permis à la ville de se remettre après la libération du régime.

Bien que la plupart des groupes armés actifs à Manbij aient des liens avec la Turquie, il n’y a pas eu d’attaques contre les Kurdes ou Jabhat al-Akrad à l’époque, comme celles observées en juillet 2013 dans des endroits comme Til Eran et Til Hasil, Azaz, Girê Spî, Raqqa, al-Bab et Jarablus avaient donné. C’est à cause de l’histoire de la ville. A Manbij il n’y a jamais eu de problèmes entre les différents groupes de population, le racisme n’avait pas de fondement. Ailleurs, il y a eu des morts et des blessés partout, et de nombreux Kurdes ont été chassés par les milices fidèles à la Turquie. Rien de tout cela ne s’est produit à Manbij.

Les Kurdes de Manbij étaient organisés. Par exemple, la première Maison du peuple du Rojava a été ouverte dans cette ville. Une force de défense a également été créée. Les relations entre les Kurdes de Manbij et les autres peuples, ainsi que les tribus arabes, étaient fortes. Donc, à cette époque, il n’était pas possible pour les groupes armés et l’EI, qui envahissait progressivement la région, d’attaquer les Kurdes à Manbij.

L’Etat islamique est arrivé à Manbij entre 2012 et 2013 – sous le nom de Front Al-Nosra. Il a profité de la concurrence entre les groupes armés de Manbij, qui n’ont initialement montré aucune position envers l’Etat islamique. L’Etat islamique a aidé certaines factions de l’ASL à s’établir dans la ville. Plus tard, ces mercenaires ont été tués, certains d’entre eux ont été exécutés dans des lieux publics par DAECH. Le 21 janvier 2014, l’Etat islamique a expulsé tous les autres groupes de la ville et occupé Manbij.

« La résistance contre Daech a fondé le conseil militaire de Manbij »

Plus de trois mille djihadistes, qui envisagent maintenant d’attaquer avec l’État turc, se sont alors rendus en Turquie via Kobanê. Mais la force armée dirigée par Abu Leyla n’a pas quitté la région. Le groupe est resté à Qereqozax et a combattu DAECH. Certains des groupes de l’ASL qui se sont retirés de Manbij et des personnes ayant des liens avec la région ne sont pas allés en Turquie. Ils sont restés avec Abu Leyla et ont combattu DAECH ensemble. En collaboration avec les YPG, ces groupes ont créé le centre d’opérations « Burkan al-Furat » (volcan de l’Euphrate). Le groupe Shams al-Shamal, alors commandé par Abu Leyla, rejoint également Burkan al-Furat et combat aux côtés des YPG à Kobanê.

Ces personnes, qui ont dû quitter Manbij à cause de l’Etat islamique mais sont restées dans la région et ont combattu l’Etat islamique à Qereqozax, Kobanê et Tişrîn, ont formé l’origine du Conseil militaire de Manbij. Après la libération de Tişrîn, ils ont fondé notre association et sont toujours membres de notre conseil aujourd’hui.

Tout le monde sait que Manbij était sous l’occupation de l’Etat islamique de janvier 2014 à août 2016. L’Etat islamique a commis de grandes atrocités à Manbij, massacré des milliers de personnes. De nombreuses personnes ont été arrêtées pendant cette période et ont continué à disparaître. Leur sort est encore inconnu.

Vous étiez là lorsque l’État turc et ses soldats ont déplacé le lieu de sépulture de Suleiman Shah dans le nord de la Syrie le 22 février 2015. Que pouvez-vous en dire ?

Il est bien connu que pendant que l’Etat islamique occupait Manbij, l’État turc n’a rien fait pour retirer ses soldats ou le mausolée de la région. Ce n’est que lorsque nous avons repoussé l’attaque de l’EI sur Kobanê et que nous nous sommes approchés de Qereqozax que l’État turc a pris des mesures. À ce moment-là, nous avancions vers Qereqozax, la zone était encore sous le contrôle de l’EI.

À cette époque, l’État turc a négocié avec les YPG et a accepté de coopérer afin d’amener ses soldats et le mausolée de Qereqozax au village d’Aşmê. Le convoi de l’armée turque est entré dans la région avec des chars et des soldats via Kobanê. Ensuite, la tombe a été démontée et emportée avec les soldats.

Cet incident est la preuve la plus importante que l’État turc ne considère pas l’EI comme une menace. Lorsque l’Etat islamique a gouverné, l’Etat turc n’avait ni retiré ses soldats ni démantelé la tombe. En tant que Conseil militaire de Manbij, nous n’avions aucune part à cet accord. C’était un accord entre les YPG et la Turquie, mais nous avons été témoins des développements à l’époque.

Apparemment, l’État turc a lancé des attaques immédiatement après la libération de Manbij. Quelle a été l’ampleur des attaques et quel impact ont-elles eu sur Manbij ?

Il y a six ans aujourd’hui, nous nous sommes battus contre l’Etat islamique autour de la ville de Manbij et dans certains quartiers de la ville. Mais les attaques et les menaces de l’État turc contre notre ville n’ont jamais cessé depuis le jour de la libération de la terreur. Peu de temps après la libération de Manbij, nous avons été attaqués par l’État turc et ses mercenaires dans le village d’Arimah. À cette époque, l’État turc utilisait également des avions de chasse. Depuis lors, les bombardements d’obusiers de Manbij se sont poursuivis et des tentatives d’infiltration se sont également produites à maintes reprises. L’État turc menaçait constamment d’envahir Manbij. Autrement dit, depuis le jour où la ville a été libérée, le bruit de la guerre sur le front n’a jamais cessé, même s’il varie d’intensité de temps en temps.

Avec la libération de Manbij, l’État turc a commencé à bombarder constamment la ville et les villages environnants, à déployer des drones sur le front et à mener des attentats à la bombe avec l’aide des cellules dormantes de l’Etat islamique. Il s’agissait de semer la peur dans la population, de déstabiliser la région et d’expulser les gens. Le but était de créer le chaos pour empêcher la reconstruction du système social à Manbij après la guerre et le développement du commerce. Ces attaques ont été organisées depuis Bab et Jarablus.

De plus, des conflits devraient être créés entre les Kurdes, les Turkmènes, les Arabes et les Circassiens. Mais ces mesures ont échoué. Le peuple de Manbij a continué à renforcer son unité et sa solidarité. Après la libération de la ville, ils ont reconstruit leur autonomie et leur économie.

Cela fait six ans depuis la libération de Manbij. Lorsque nous avons commencé notre opération de libération, nous avons promis de faire de Manbij une ville modèle parmi les zones libérées de l’EI. Malgré toutes les attaques de l’État turc et de ses mercenaires depuis lors, cette promesse a été tenue dans une large mesure. Les habitants de Manbij ont établi leur propre système d’autonomie gouvernementale, de services et économique, et l’ont constamment amélioré. En tant que conseil militaire de Manbij, nous développons les forces de défense et le système de défense de la ville depuis six ans. Ici aussi, nous avons atteint un niveau important.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici