Ciwan Haco: Les artistes et intellectuels kurdes doivent appeler à l’unité

0
135

Rappelant que la Turquie se bat contre la langue et la culture kurdes, le musicien légendaire Ciwan Haco a condamné les attaques visant les acquis kurdes et ajouté: que tous les artistes, intellectuels, journalistes et sages kurdes devraient se rassembler et appeler à l’unité.

Ciwan Haco, l’un des noms importants de la musique kurde, a parlé des récentes interdictions des pièces de théâtre et des concerts en kurde en Turquie et des attaques contre la région du Kurdistan d’Irak. S’adressant à Ahmet Güneş du journal Yeni Yaşam, Haco a condamné l’interdiction des pièces de théâtre et des concerts kurdes.

Sans la langue, nous n’existons pas

Haco a déclaré : « La guerre de l’État turc contre le peuple kurde est une guerre de culture et de langue. Ils nous livrent une telle guerre. Je dis toujours que leurs problèmes et leur guerre ne sont pas notre terre. Nous vivons déjà sur notre terre. Leur guerre est avec notre langue, notre position, notre musique et notre culture. Nous les Kurdes regardons notre vie et vivons malgré tout. Ici, en tant que Kurdes, nous devons faire notre part. Maintenant, que nous y sommes, que devons-nous faire à ce sujet ? Nous devons rester sur notre langue. Nous devrions parler notre langue partout. Nous devrions parler kurde avec nos enfants. Si nous avons une langue, nous existons aussi. Si nous n’avons pas de langue, nous n’existons pas. En ce sens, notre langue est vitale.

Franchement, j’ai suivi avec intérêt le travail des artistes et musiciens kurdes de la dernière période, et je vois qu’ils font du très bon travail. Les artistes kurdes font de très bonnes choses. Je les regarde avec enthousiasme et je les apprécie tous. De très belles organisations, des productions de qualité sont réalisées. Le peuple kurde l’adopte également et s’y intéresse sérieusement. Je regarde et vois positivement. C’est pourquoi ils ne peuvent pas le supporter. Les Kurdes s’intéressent aux concerts, aux événements et aux pièces de théâtre comme tous les autres peuples. C’est à cela qu’ils sont confrontés. Ils ne peuvent pas accepter que les Kurdes soient heureux et possèdent leur culture. Ils attaquent tout ce que les Kurdes aiment. »

Parler en kurde

Décrivant l’interdiction des concerts d’artistes kurdes comme « obsolète » , Haco a déclaré : « De tels esprits prohibitifs n’existent plus nulle part. Les États ont supprimé ces absurdités. Aujourd’hui, ils n’existent pas en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud, en Asie ou ailleurs dans le monde. Aucun pays ne le fait. Aucun État n’interdit une langue. Cette interdiction n’existe plus sur terre. Il n’y a d’hostilité à la langue qu’en Turquie. Ils nient notre langue, notre existence, notre identité, notre musique. Notre devoir face à ces interdictions est de bien protéger notre langue. Il faut mettre notre langue en avant. Nous allons parler kurde [dans la vie de tous les jours]. Faisons écouter de la musique kurde à nos enfants, pour qu’ils grandissent avec cette langue. Notre existence, notre être le plus important et le plus béni, est la langue, langue, langue. En ce sens, parlons notre langue et protégeons partout notre art et nos artistes. Produisons en kurde, Faisons de la musique et des arts de qualité. La suite est une gestion de lutte » , a-t-il déclaré.

Appel à l’unité kurde

Évaluant les attaques contre les gains kurdes, Haco a déclaré : « Je condamne la guerre entre les Kurdes et je ne la vois pas comme une bonne chose. Je ne suis ni d’un côté ni de l’autre. Je suis un artiste de tous les Kurdes. (…) Je ne peux pas dire qui est coupable ou pas. Je respecte tous les partis kurdes. Nous, les Kurdes, ne devrions pas nous battre entre nous. Nous devons nous aimer. Nous ne devrions pas nous présenter comme des traîtres à la télévision ici et là. Chacun a combattu et servi ce peuple autant qu’il le pouvait. Puisque nous n’avons pas d’unité, nous en sommes là. Nous devons nous opposer à la guerre des Kurdes avec les Kurdes. Nous ne devrions jamais accepter le Brakuji [fratricide]. Je vois la guerre des Kurdes contre les Kurdes comme un suicide. Tous les artistes, intellectuels, journalistes et sages kurdes devraient se rassembler et appeler à l’unité. Tout le monde devrait s’opposer à la guerre entre les Kurdes. Nos esprits et nos âmes n’acceptent pas cela. Nous devons renforcer notre fraternité. »

Nous vivrons libres

« Nous devons nous défendre les uns les autres et assurer notre unité. Aujourd’hui, nous rendons heureux ceux qui nous font la guerre, nous jouons entre leurs mains. Nous ne devrions pas rendre les gens heureux dans notre propre pays. Nous qui servons le peuple kurde n’acceptons pas cela. Ce faisant, ils servent ceux qui nous persécutent. Personne n’est un traître, tout le monde a un travail, mais nous ne pouvons pas établir notre unité. Nous sommes un peuple coloré. Nous sommes plus de 50 millions sur terre. Bien sûr, nous n’avons pas à penser la même chose. Nous aurons des avis différents. Tout le monde ne peut pas penser la même chose. Il y aura ceux parmi nous qui penseront différemment. Tout le monde n’a pas à défendre un parti. Nous devons nous respecter et respecter nos différences. Arrêtons de nous traiter de traîtres et soyons constructifs. Maintenant, nous devons nous unir et lutter pour nos droits » , a déclaré Haco.

Haco a poursuivi : « Le succès appartient à notre peuple, comme tous les peuples, nous vivrons librement sur terre. Nous ne luttons contre aucun peuple. Nous ne sommes pas en guerre avec les Turcs, les Perses ou les Arabes. Nous voulons vivre librement dans notre propre pays. Nous voulons que les problèmes soient résolus avec amour, avec le dialogue et de manière démocratique. »


MA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici