La série kurde « Tava Sor » raconte la lutte pour l’autodéfense au Kurdistan du Nord

0
313
La série kurde « Tava Sor » racontant la résistance armée qui a suivi la déclaration d’autonomie locale au Kurdistan du Nord en 2015 est diffusée sur Stêrk TV. Le réalisateur Numan Yiğit déclare qu’ils veulent porter à la connaissance du public l’histoire de la résistance kurde de 2015/2016.
 
Le premier épisode de Tava Sor, dont le scénario a été écrit par Ahmet Tahir, a été diffusé sur Stêrk TV. Le réalisateur Numan Yiğit a déclaré qu’ils se sont concentrés sur l’histoire de la résistance de l’expérience de l’autonomie gouvernementale au Bakur (Kurdistan du Nord).
 
La réalité du peuple kurde est déformée par les séries télévisées et les films. Le réalisateur de la nouvelle série télévisée Tava Sor, Numan Yiğit, a déclaré : «Notre objectif principal est de raconter l’histoire telle qu’elle est et de la raconter à la société. »
 
Le premier épisode de la première série télévisée du Rojava, « Tava Sor » (Soleil rouge), composé de 16 épisodes, a été diffusé sur Stêrk TV mercredi soir. (A voir sur Youtube ici : Tava Sor)
 
Ehmed Tahir a écrit le scénario de la série réalisée par Teymûr Evdikê, Numan Yiğit et Deştî Rasûl. Chaque épisode dure 45 minutes.
Les 7 premiers épisodes ont été réalisés par Teymûr Evdikê et Deştî Rasûl, tandis que Numan Yiğit a réalisé les 9 autres épisodes. Quelque 35 acteurs et 500 figurants ont participé à la série.
 
Les 7 premiers épisodes de la série racontent l’histoire de la résistance menée par les forces YPS à Cizre entre 2015-2016. La série aborde des sujets tels que l’unité nationale, la trahison, la lutte, le patriotisme kurde, la réalité de la guerre au Kurdistan.
 
La série a été tournée dans les villes de Girkê Legê, Qamishlo et Raqqa, ainsi qu’à Derik, au nord-est de la Syrie.
 
S’adressant à l’ANF, le réalisateur Numan Yiğit a déclaré qu’ils voulaient raconter l’histoire de l’expérience de résistance de l’auto-gouvernement à Bakur (Kurdistan du Nord) et a ajouté : « Des mères ont été assassinées au milieu de la rue à Cizre. Des gens ont été brûlés dans les sous-sols. Le monde est resté spectateur de ce massacre. Les artistes non plus n’ont pas élevé la voix. Nous ne pouvions pas fermer les yeux sur ce massacre et la résistance épique de notre peuple. »
 
Le scénario de la série télévisée Tava Sor a été écrit par l’écrivain et scénariste Ahmet Tahir en 2018, a déclaré Yiğit, ajoutant que Tahir voulait traduire des histoires kurdes au cinéma car il considérait cela comme sa responsabilité sociale.
 
Déclarant qu’Ahmet Tahir a jeté les bases de la première série télévisée à être tournée au Rojava, Yiğit a déclaré qu’il avait également fait un effort important dans le développement du nouveau cinéma kurde, et qu’il avait ouvert la voie au tournage de la première série télévisée. sur le Kurdistan du Nord.
 
Un auteur très important
 
Le réalisateur Yiğit a rappelé qu’Ahmet Tahir a non seulement écrit des scénarios, mais aussi des romans et des nouvelles.
 
En mémoire de Tahir, qui a perdu la vie à cause d’une maladie qu’il a subie pendant le processus d’écriture du scénario, le réalisateur Yiğit a déclaré : « Je l’ai rencontré à Maxmur. Il a écrit des romans, des histoires et des poèmes pendant de nombreuses années. Il rêvait de mêler la littérature kurde au cinéma kurde. Il voulait raconter l’histoire de la résistance du peuple kurde non seulement par l’écriture, mais aussi par le cinéma. Pour cette raison, il a accordé une grande importance au cinéma ces dernières années. Il a essayé de développer le cinéma communautaire. Il était excité, il avait une quête et ses efforts étaient énormes. Le cinéma kurde avait besoin de scénarios plus forts. Il a écrit le scénario de la série télévisée Tava Sor et est venu au Rojava pour le tourner. Il n’était pas seulement le scénariste de la série télévisée Tava Sor, mais aussi son plus grand travailleur. »
 
Numan Yigit
Yiğit a déclaré que les gens ont montré un grand intérêt pour la série télévisée qu’ils ont tournée à Dêrîk et qu’ils ont participé à toutes les étapes de manière volontaire et a poursuivi : « Les communes et les assemblées ont été solidaires tout au long du tournage, jusqu’à la production. Il est très précieux de traiter les histoires se déroulant au Rojava et au Kurdistan du Nord au cinéma.(…) »
 
De nombreux défis
 
Déclarant qu’ils ont eu quelques difficultés lors du tournage de la série télévisée, Yiğit a partagé ce qui suit : « Il y avait des difficultés à trouver des acteurs professionnels. La réalité du peuple kurde dans quatre régions du Kurdistan a été déformée par des séries télévisées et des films. La vérité de la lutte et de la résistance au Kurdistan du Nord (Sur et Cizre) et au Rojava a été bouleversée. Notre objectif principal est de pouvoir raconter la vraie histoire à la société. »
 
L’histoire du peuple kurde
 
Soulignant que la série se concentrait sur l’histoire d’une famille kurde pendant la résistance de l’autonomie gouvernementale à Cizre, Yiğit a déclaré : « Nous racontons la réaction de la jeunesse face à l’État et à ses collaborateurs après le massacre de Cizre. A Tava Sor, nous avons affaire à la détermination du peuple kurde dans la lutte pour l’honneur. Ils ne se sont pas inclinés ni agenouillés pendant des centaines d’années. La jeunesse kurde est prête au serhildan [soulèvement] et à la résistance contre toute attaque. Cette prise de position de la jeunesse kurde est l’un des thèmes principaux de la série. Tava Sor est l’histoire du peuple kurde. Dans cette histoire, il y a des personnages féminins qui se battent pour une résistance au sein de la famille contre l’oppression et la persécution. C’est une histoire de coopération, de trahison, d’amour kurde, de ceux qui restent entre les deux, de femmes libres. »
 
Le réalisateur Yiğit a déclaré qu’ils n’oublieraient jamais les efforts déployés par Ahmet Tahir et Rojda Bakur et garderaient leurs souvenirs vivants.
 
Qui est Numan Yigit
 
Yiğit est né à Adana en 1989 en tant qu’enfant d’une famille d’Amed. Il est entré au département de cinéma de l’Université d’Ege en 2009. Deux ans plus tard, il a été emprisonné à la prison d’Izmir Kırıklar. Durant ses 5 années de captivité, il se concentre sur le cinéma et écrit divers scénarios. Il considérait la prison comme un terrain d’entraînement en matière d’art et de cinéma. Après sa sortie de prison en 2016, il poursuit ses études cinématographiques à l’Académie du cinéma du Moyen-Orient à Amed. Puis il s’est rendu au Kurdistan du Sud à cause des poursuites en cours contre lui. Il a joué un rôle actif dans l’institutionnalisation de Sine-Maxmûr à Maxmur. Il a fait partie de l’équipe du film Blackberry Season, réalisé par le réalisateur Haşim Aydemir. Il a donné des formations aux jeunes intéressés par le cinéma à Maxmur. Il tourne le court métrage Pêlava Sor et le documentaire Payîzok. Après Maxmur, il poursuit ses études de cinéma au sein de la Commune du Film du Rojava dans le nord et l’est de la Syrie.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici