La Ligue arabe ne réagit pas au projet d’Erdogan de créer une zone sans Kurdes en Syrie

0
260
La politologue Hoda Rizk déclare qu’Erdogan veut créer une région sans Kurdes en Syrie et que la Ligue arabe ne réagit pas face à ce changement démographique qui est un crime de guerre selon les lois internationales. Quand à la position de l’Europe face au changement démographique opéré par la Turquie, elle déclare que l’Europe a besoin de la Turquie pour le conflit en Ukraine et que de ce fait, elle aussi laisse Erdogan réaliser ses projets criminels en Syrie.
 
La Turquie a ouvert largement ses frontières aux réfugiés syriens après la crise syrienne qui a éclaté en 2011, et a créé plusieurs organisations humanitaires sous prétexte d’aider les réfugiés syriens installés dans 13 camps, notamment l’organisation AFAD dirigée par Fouad Aktay, l’ONG IHH (İnsani Yardım Vakfı ou İnsan Hak ve Hürriyetleri) directement affilié aux renseignements turcs et à l’agence turque de coopération et de développement (TIKA) directement affiliée à la Présidence de la République. 
 
Suite à l’intervention militaire turque en Syrie et à son occupation de plusieurs régions syriennes, la Turquie y a établi plusieurs camps, notamment : le camp d’Atma, le camp de Qah, le camp d’al-Bab al-Hawa et d’autres camps à Azaz dispersés le long de la bande frontalière; Quant au nombre de réfugiés syriens sur le territoire turc, il n’y a pas de statistiques précises. La Turquie affirmait, en 2016, que le nombre de réfugiés syriens sur son territoire atteignait environ 3,6 millions, mais les autorités compétentes doutent de ce nombre, notamment parce qu’il n’existe pas de statistiques officielles émanant d’organismes neutres comme les Nations unies, par exemple.
 

La Turquie a utilisé la crise des réfugiés syriens comme une carte de chantage contre les pays européens. Elle a ouvert ses frontières, en 2015, ce qui a conduit à l’arrivée de centaines de milliers d’entre eux dans les pays de l’Union européenne, où près d’un million de réfugiés sont arrivés en Allemagne et ses les frontières. Par conséquent, l’Allemagne et les pays de l’Union européenne ont acquiescé à la Turquie et ont payé environ 3 milliards de dollars à la Turquie, en échange de la fermeture de ses frontières à l’afflux de réfugiés vers l’Europe.

 La Turquie a également recruté comme mercenaire des centaines de réfugiés syriens au sein des camps turcs, et les a plongés dans les guerres de la région en application de sa politique d’occupation, que ce soit en Syrie ou dans les pays voisins et autres pays.

 Les principaux pays d’asile syriens :

 1- La Grèce : C’est l’un des principaux bastions de réfugiés. En août 2015, la Grèce a accueilli près de 200 000 migrants, pour la plupart des Syriens, mais il a rapidement diminué de 40 % en 2021, selon les données du ministère grec de la Migration et de l’Asile.

 2 Pays arabes : Il existe de nombreux pays arabes qui accueillent des réfugiés syriens, mais bien sûr le nombre de Syriens dans les pays voisins augmente géographiquement, à l’exception de l’Irak, qui souffre également de crises multiples. La pression monte des réfugiés syriens sur le Liban et la Jordanie, qui se caractérisent par de faibles ressources, et l’étude attire l’attention sur les conditions inhumaines des Syriens dans les camps de ces pays.

 3- Turquie : La proportion de réfugiés syriens officiellement enregistrés auprès de l’État turc est estimée à 3,7 millions de Syriens, vivant en Turquie, et l’afflux continu de réfugiés syriens exerce une pression énorme sur les ressources turques.

 Les facilités offertes par la Turquie aux réfugiés et la politique qui était pratiquée sur leur droit d’atteindre l’Europe, les ont fait ne pas penser à retourner dans leur patrie, la Syrie, plus tard. Cela menace une hémorragie humaine massive, non moins dangereuse que le nombre de personnes tuées dans le conflit. Surtout si l’on se rend compte que la majorité des réfugiés sont universitaires et expérimentés, tout comme la Turquie a accordé la citoyenneté à un certain nombre de réfugiés syriens sur son sol ; Le 19 janvier 2019, le ministre turc de l’Intérieur Suleyman Soylu a annoncé dans une déclaration à l’Agence Anadolu lors d’une réunion sur la sécurité des élections locales que seuls les Syriens ayant obtenu la citoyenneté peuvent voter aux élections locales qui se sont tenues en mars, date à laquelle le nombre des Syriens qui ont obtenu la citoyenneté ont atteint 79 820 Syriens.

 Erdogan veut une zone sans Kurdes

Chercheuse en sociologie politique et en affaires turques et kurdes, Hoda Rizk a déclaré: « Il est clair que lorsque Recep Tayyip Erdogan faisait chanter l’Occident avec la carte de transfert, il voulait qu’ils prennent position sur le pourcentage de la zone tampon qu’il voulait. Il veut une grande zone, et cherche maintenant à établir des écoles, des universités, des mosquées et des hôpitaux à Azaz, Afrin et Jarabulus. Le projet est clair et explicite: il veut que cette zone soit exempte de Kurdes. »

 Qui sont ces réfugiés ?

 Récemment, Erdogan a déclaré que son pays se préparait à accueillir un million de « réfugiés syriens » et il y a plusieurs questions sur l’insistance de la Turquie à renvoyer les réfugiés sur leurs terres. « Ces réfugiés sont-ils les premiers habitants de la Syrie ? Ou des personnes fidèles à la Turquie ? Aujourd’hui, plus de 500 000 personnes sont retournées dans les régions de Jarablus et d’Al-Bab, la plupart d’entre elles sont des Syriens fidèles au Parti de la justice et du développement » , a déclaré Rizk.

Elle a indiqué qu’Erdogan s’était engagé auprès des États du Golfe, lors d’une visite, à reconstruire des villages entiers dans les zones qu’il occupait. Elle a souligné : « Dans ces villages aussi, la composante kurde leur sera retirée et ils seront un refuge pour les migrants, pas tous les migrants qui sont allés en Turquie, mais ceux qui appartiennent à l’Armée libre et aux femmes de l’Armée libre, ainsi que les mouvements islamistes qui opèrent encore sous la bannière de la Turquie. Qui résidera dans ces zones ? Erdogan prétend que cette terre appartient toujours à la Syrie, mais en réalité les habitants de cette terre serviront de barrière de sécurité pour la Turquie, et serviront de barrière tampon entre lui et les zones kurdes. Il veut prendre cette zone tampon sous prétexte qu’il combat le PKK. »

 La Syrie devrait exiger que la Turquie quitte son territoire

Rizk affirme que : « L’Etat syrien doit exiger la sortie de la Turquie de ses terres, et considérer la présence turque comme une occupation ». Elle a évoqué le rôle du Golfe dans le soutien à l’occupation turque, et a indiqué que les pays du Golfe ont commencé à financer ce projet parce qu’Erdogan prétend que ce sont les sunnites qui ont émigré en Turquie pour les protéger de l’oppression du président al-Assad et d’autres sectes, prétendant qu’il défend les sunnites sans mentionner qu’il fait ce travail est fait dans le but d’éloigner les Kurdes des frontières, et deuxièmement d’être un barrage impénétrable entre lui et les Kurdes. »

 Huda Rizk a souligné que la politique menée par la Turquie occupante est dangereuse, d’autant plus qu’elle affecte la sécurité de la Syrie, et pas seulement son intégrité territoriale, et que même si cette région reste la Syrie, elle affecte en fait la sécurité de l’État syrien et le changement démographique. Il y a ceux qui essaient de jouer avec la démographie syrienne, ajoutant : « Si cette affaire concerne l’Etat syrien, veut-il vraiment récupérer ces zones et la population, ou laisse-t-il les rênes à Erdogan ? »

 La Ligue arabe n’attache pas d’importance à cette question

 Hoda Rizk a indiqué que la Ligue arabe n’attache pas d’importance au projet de colonisation turque en raison de sa préoccupation pour la guerre au Yémen et de ses préoccupations internes en Turquie où l’économie va très mal et la majorité des Turcs subissent une pauvreté galopante.

Elle a évoqué la politique d’Erdogan envers les pays arabes et a déclaré : « Aujourd’hui, Erdogan a rétabli les relations avec les pays arabes, les Émirats et l’Algérie et a rétabli les relations avec l’Arabie saoudite. Aujourd’hui, il aspire à rétablir la relation avec l’Égypte, qui avait des conditions, dont la plus importante était l’expulsion des Frères musulmans de Turquie. Il y a aussi d’autres conditions liées à la Libye, si ces conditions sont remplies, il y aura un retour aux relations turco-égyptiennes. Nous n’oublions pas que les pays arabes ont continué à importer commercialement de la Turquie, mais sur le plan politique, ils étaient différents avec eux, sauf que l’Arabie saoudite a également facilité ses importations commerciales. »

 Huda Rizk a noté : « À la lumière de ces relations (…); nous avons vu comment la dernière fois il a rétabli de bonnes relations avec l’Algérie, et il semble que les relations arabo-turques reviennent à une époque de zéro problème. Erdogan promeut maintenant que les Kurdes représentent une menace pour l’unité des pays arabes et celle de la Turquie, donc je ne pense pas que les pays arabes soient la source d’objection de ce côté et de l’autre côté, Recep Tayyip Erdogan dit qu’il ne veut pas couper la terre, mais est en train d’établir ce changement démographique. »

 La vraie position européenne

 Rizk a attiré l’attention sur la véritable position européenne sur ce projet : « Aujourd’hui, les pays européens sont dans une bataille avec la Russie. Il y a des différences entre l’Europe et la Turquie, en même temps cela donne de l’importance à la position stratégique de la Turquie et à son intérêt. C’est vrai que Recep Tayyip Erdogan a essayé d’être modéré et qu’il fournit des armes à l’Ukraine et donne de la douceur aux Russes sur le bout de sa langue. Parce qu’il considère que [des États européens] protègent les dirigeants kurdes du PKK, alors il [l’utilise comme arguments contre les pays européens (…)], essayant de prendre des gains politiques sur les Européens qui ont besoin de la position stratégique de la Turquie. »

 Rizk a noté que l’Europe a besoin de la Turquie et d’Erdogan, et ne pense pas qu’ils agiront contre Erdogan, d’autant plus que la conférence de Bruxelles et les pays donateurs n’ont pas bougé le doigt sur le plan des réfugiés syriens, et a déclaré : « Je pense que l’Europe soutient le retour de certains d’entre eux, et je pense que le partenariat est très profond entre les Européens et Erdogan, surtout aujourd’hui à la lumière de la guerre russo-ukrainienne et du besoin européen de la position de la Turquie, en particulier pour Erdogan, qui cherche à être dans une zone de compromis, et cette zone tend vers les Européens, et nous n’oublions pas qu’il fait partie de l’OTAN. »

 

ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici