AccueilKurdistanBashur"Al-Kadhimi devrait défendre la souveraineté de l'Irak, pas aider ses agresseurs"

« Al-Kadhimi devrait défendre la souveraineté de l’Irak, pas aider ses agresseurs »

« L’Irak est quotidiennement attaqué. Alors que la Turquie demande plus de chasseurs F-16 aux États-Unis, elle utilise son approvisionnement existant non pas pour cibler l’État islamique ou défendre ses frontières et ses eaux contre une éventuelle agression russe, mais plutôt pour cibler les agriculteurs kurdes et les villages yézidis en Irak. Lorsque j’ai visité la région de Sinjar en décembre 2019, des responsables de l’ONU m’ont averti de revenir avant la nuit ; le problème n’était pas les milices anti-américaines ou les terroristes de l’État islamique, mais plutôt les bombardements turcs au hasard. »
 
Alors que la Turquie mène une attaque militaire contre la guérilla kurde au Kurdistan d’Irak depuis mi-avril dernier et qu’elle menace également les Yézidis de Shengal, l’analyste américain Michael Rubin appelle le 1er ministre irakien Moustafa al-Kazimi à défendre souveraineté de l’Irak face à l’occupation turque.
 
Voici l’article de Michael Rubin publié par le site National Interest:
 
Kadhimi devrait défendre la souveraineté de l’Irak, pas aider ses agresseurs
 
« L’Irak est quotidiennement attaqué. Alors que la Turquie demande plus de chasseurs F-16 aux États-Unis, elle utilise son approvisionnement existant non pas pour cibler l’État islamique ou défendre ses frontières et ses eaux contre une éventuelle agression russe, mais plutôt pour cibler les agriculteurs kurdes et les villages yézidis en Irak. Lorsque j’ai visité la région de Sinjar en décembre 2019, des responsables de l’ONU m’ont averti de revenir avant la nuit ; le problème n’était pas les milices anti-américaines ou les terroristes de l’État islamique, mais plutôt les bombardements turcs au hasard.
 
Au cours du dernier mois, la situation s’est aggravée. L’armée turque est passée d’un bombardement régulier à une opération terrestre et cherche maintenant à couper les routes reliant Sinjar en Irak aux zones peuplées de Kurdes en Syrie.
 
Le 27 avril 2022, le Congrès national du Kurdistan (KNK) a accusé la Turquie d’avoir utilisé des armes chimiques, notamment du tabun, de la chloropicrine et du gaz moutarde, dans des villes et villages spécifiques entre le 14 et le 17 avril, et a exhorté l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques enquêter. Si elles étaient confirmées, les attaques turques marqueraient la première utilisation d’armes chimiques en Irak depuis que l’Iran aurait utilisé des mortiers de 130 mm remplis de gaz moutarde il y a trente-cinq ans près de Bassorah, et depuis que feu le dictateur Saddam Hussein a ordonné le bombardement chimique d’Halabja en 1988.
 
Malheureusement, les dirigeants irakiens ne semblent pas intéressés à remplir leur mission principale de défendre le territoire de l’Irak et de protéger tous les Irakiens, quelle que soit leur appartenance ethnique ou leur religion. L’impasse électorale actuelle en Irak aggrave le problème, mais le problème le plus important est la lâcheté politique.
 
La société irakienne est sensiblement différente de ce que la plupart des Américains qui ont servi pendant la guerre ont vécu. Près de 50% de la population irakienne est née après la guerre menée par les États-Unis pour renverser Saddam Hussein. Alors que les blocs politiques irakiens ont autrefois détourné les critiques en promouvant la solidarité religieuse ou ethno-nationaliste, de telles tactiques ne sont plus en mesure de distraire la frustration du public face aux politiciens égocentriques, à la corruption et à un État qui pourrait être parmi les plus riches du monde mais dont les infrastructures continuent de se détériorer.
 
Ces griefs – exacerbés par les frustrations des milices répondant aux puissances étrangères qui ont bafoué la loi irakienne et insulté la souveraineté irakienne – ont conduit à des protestations qui ont forcé la démission du Premier ministre Adil Abdul-Mahdi et permis à Mustafa Kadhimi d’accéder au poste de Premier ministre irakien.
 
Kadhimi a raté son opportunité. Sa concentration sur sa propre réélection a conduit le Premier ministre à faire des compromis avec les mêmes forces politiques corrompues dont la réforme était la seule base de la légitimité politique de Kadhimi. Au contraire, la corruption et le marchandage qui paralyse la politique irakienne sont pires aujourd’hui qu’avant l’arrivée au pouvoir de Kadhimi. La crainte que les milices soutenues par l’Iran n’aggravent toute crise en une guerre civile à part entière a également conduit Kadhimi à ne faire que le strict minimum en matière de sécurité. Bien que l’équipe de Kadhimi affirme qu’il a conduit l’Irak vers une assise financière plus solide, elle ne peut pas produire les données à l’appui. Plus probablement, le seul coup de chance de Kadhimi a été les prix records du pétrole qui lui ont permis de retarder les réformes de fond et l’austérité.
 
Kadhimi est un homme bon qui est apprécié en Occident en raison de ses années en tant que chercheur et journaliste sur les droits de l’homme. L’inefficacité ternit cependant sa réputation. Rendre visite au président turc Recep Tayyip Erdogan et répéter les accusations paranoïaques du dirigeant turc contre les Kurdes de Sinjar suggère que Kadhimi a abandonné le principe. Il en va de même pour ses représailles contre les journalistes. Erdogan peut vilipender les groupes qu’il associe au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), mais il est de plus en plus seul dans ses évaluations, nonobstant les désignations héritées.
 
Le gouvernement irakien à Bagdad contrôle la région entre Sinjar et la frontière syrienne actuellement sous l’assaut turc, et non le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) à Erbil. La Turquie s’est également déplacée de plus en plus dans la région de Bashur avec l’acquiescement de la famille Barzani , qui a conclu une alliance impie avec Erdogan. Les Kurdes locaux estiment que la Turquie contrôle désormais jusqu’à un tiers de la région de Bashur [Kurdistan du Sud] et soupçonnent qu’Ankara vise à étendre son contrôle. La Turquie a déjà montré son cahier de jeu à Afrin, un district majoritairement kurde dont la Turquie s’est emparée en Syrie et qui a ensuite fait l’objet d’un nettoyage ethnique.
 
Il est temps pour Kadhimi d’agir. La Turquie est entrée à Chypre et n’en est jamais ressortie. Elle est entrée en Syrie et n’en est jamais ressortie. La haine ethnique et l’irrédentisme turc plutôt que le contre-terrorisme motivent les opérations militaires actuelles de la Turquie à Sinjar et au Bashur. Si le GRK jouit d’une autonomie constitutionnelle, cette autonomie ne lui permet pas de vendre le territoire irakien à une puissance étrangère.
 
L’incapacité de Kadhimi à répondre à l’invasion d’un voisin est un manquement à son devoir que les générations futures d’Irakiens, de Kurdes irakiens et de la communauté kurde au sens large actuellement soumise à l’agression de la Turquie ne pardonneront probablement pas. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici