16 syndicats britanniques envoient une lettre de protestation à l’ambassadeur de Turquie au Royaume-Uni

0
218
Les responsables de 16 syndicats britanniques ont envoyé une lettre de protestation à l’ambassadeur de Turquie à Londres, condamnant les actions militaires menées contre les Kurdes et appelant à un retour à la table des négociations concernant la recherche d’une résolution pacifique et politique de la question kurde.
 
Les actions militaires de la Turquie au Kurdistan d’Irak et dans le nord et l’est de la Syrie [Rojava] sont épouvantables, ont déclaré mercredi 16 syndicats britanniques dans une lettre ouverte à l’ambassadeur de Turquie au Royaume-Uni, Ümit Yalçın.
 
Les syndicats ont appelé à l’arrêt immédiat des opérations militaires d’Ankara, au retrait de toutes les troupes turques et à « cesser de terroriser les populations civiles et du nettoyage ethnique que l’Etat turc mène dans ces zones ».
 
« Il est étonnant qu’à un moment où le monde condamne à juste titre la brutale invasion russe de l’Ukraine, et où la Turquie tente de jouer un rôle de médiateur pour mettre fin au conflit, la Turquie adopte en même temps exactement le même comportement que le État russe », ont-ils déclaré.
 
La question kurde ne peut être résolue que par « l’engagement et le dialogue » , ont déclaré les syndicats, tirant des similitudes avec « l’expérience douloureuse du Royaume-Uni par rapport à l’Irlande » , et ont réitéré un appel à un retour aux négociations de paix entre la Turquie et le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) avant les élections présidentielles turques de 2023.
 
Ils ont également appelé la Turquie à libérer le chef du PKK Abdullah Öcalan qui à «jouer un rôle plein et constructif dans la recherche de la paix» après plus de deux décennies d’isolement.
 
« La Cour suprême de Belgique a statué en 2017 que le PKK est un acteur d’un conflit interne plutôt qu’une organisation terroriste » , ont déclaré les syndicalistes.
 
Voici la lettre ouverte des syndicalistes envoyée à l’l’ambassadeur turc:
 
« Votre Excellence,
 
Nous vous écrivons pour exprimer à quel point nous sommes consternés par les récentes actions militaires turques dans le nord de l’Irak et les attaques et bombardements en cours dans le nord-est de la Syrie.
 
Nous appelons le gouvernement turc à arrêter immédiatement les opérations militaires, à retirer toutes les troupes et à cesser terroriser les populations civiles et au nettoyage ethnique que l’État turc mène dans ces zones.
 
Il est étonnant qu’à un moment où le monde condamne à juste titre la brutale invasion russe de l’Ukraine, et où la Turquie tente de jouer un rôle de médiateur pour mettre fin au conflit, la Turquie adopte en même temps exactement le même comportement que l’Etat russe.
 
Il nous semble que la défense contre le terrorisme est l’excuse utilisée par les États russes et turcs pour justifier leurs invasions illégales de pays souverains.
 
À notre avis, et sur la base de la douloureuse expérience du Royaume-Uni concernant l’Irlande, ce n’est que par l’engagement et le dialogue que les causes profondes des conflits peuvent être correctement traitées et ce n’est qu’en réunissant toutes les parties autour de la table que des solutions peuvent être trouvées.
 
C’est pourquoi nous avons exhorté à plusieurs reprises le président Erdogan et le gouvernement turc à revenir à la table des négociations et à trouver une solution pacifique négociée au conflit. Nous réitérons cet appel maintenant.
 
Nous sommes pleinement conscients que le gouvernement turc s’est effectivement engagé avec le mouvement politique kurde au cours de la période 2013-2015 et comprenons que de tels processus ne réussissent que si toutes les parties peuvent s’engager correctement. Dans cet esprit, nous réitérons notre appel à la libération immédiate du dirigeant kurde emprisonné Abdullah Öcalan afin qu’il puisse jouer un rôle plein et constructif dans la recherche de la paix.
 
Nous rejetons fermement l’étiquetage simpliste de toute opposition aux actions du président Erdogan comme des actes de terrorisme et notons que le groupe parlementaire britannique multipartite pour les Kurdes de Turquie et du nord de la Syrie a récemment appelé à un réexamen de la liste du PKK en tant qu’organisation terroriste.
 
Nous notons en outre que la Cour suprême de Belgique a statué en 2017 que le PKK est un acteur d’un conflit interne plutôt qu’une organisation terroriste.
 
L’opinion à travers le monde change et beaucoup de gens comprennent maintenant le rôle héroïque que le mouvement kurde a joué dans la défaite de l’Etat islamique, beaucoup d’autres sont également de plus en plus conscients de la nécessité d’être solidaires avec la résistance du peuple kurde à la répression brutale et au nettoyage ethnique.
 
Avec une élection présidentielle imminente en 2023, nous saisissons cette occasion pour exhorter le gouvernement turc actuel à mettre fin à la violence et à la répression, et saisir le moment pour lancer une nouvelle initiative de paix basée sur le dialogue et la négociation.
 
Bien que nous n’ayons jamais reçu de réponse à nos lettres répétées, nous sollicitons à nouveau une rencontre pour discuter de la situation. »
 
Les signataires de la lettre sont:
 
Mick Whelan, secrétaire général ASLEF
Sarah Woolley, secrétaire générale BFAWU
Dave Ward, secrétaire général CWU
Gary Smith, secrétaire général GMB
Mary Bousted, secrétaire générale adjointe NEU
Kevin Courtney, secrétaire général adjoint NEU
Mark Serwotka, secrétaire général PCS
Mick Lynch, secrétaire général RMT
John McGowan, secrétaire général SWU
Manuel Cortes, secrétaire général TSSA
Vicky Blake, secrétaire générale UCU
Sharon Graham, secrétaire générale Unite the Union
Doug Nicholls, secrétaire général GFTU
Roz Foyer, secrétaire général STUC
Shavanah Taj, secrétaire générale Wales TUC
Clare Mellor, PDG Thompsons Avocats
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici