Publication d’un rapport sur la destruction des cimetières et tombes kurdes par l’État turc

0
140
TURQUIE / BAKUR – Un rapport révèle que les forces armées turques ont détruit 18 cimetières et 1 644 tombes kurdes entre 2015 et 2020.
 
Les ONG de juristes, l’Observatoire international de la justice en Mésopotamie (Mesopotamia Observatory of Justice – MOJUST) et l’Association des juristes libres (Özgürlükçü Hukukçular Derneği – ÖHD) ont préparé un un rapport de 142 pages sur les attaques contre les cimetières et les tombes des Kurdes en Turquie entre 2015 -2020.
Deniz Arbet Nejbir, conseiller juridique chez Mojust et chercheur associé à la John Hopkins School of Advanced International Studies, a rédigé un rapport intitulé « La destruction des tombes kurdes par la Turquie » qui a été publié par les ONG MOJUST et ÖHD. Le rapport fournit, pour la première fois, un récit sans précédent des actes de destruction des cimetières et tombes kurdes par les forces turques de 2015 à fin 2020.
 
Les actes systématiques de destruction par les forces de sécurité turques de cimetières et de tombes kurdes dans 11 provinces kurdes de la Turquie démontrent l’une des méthodes de répression modernes du Parti de la justice et du développement (AKP) qui a renforcé la politique d’anéantissement des Kurdes en Turquie. Le Parti Démocratique des Peuples (HDP) a fait de nombreuses tentatives pour tenir l’exécutif responsable devant le Parlement de ces attaques généralisées et systématiques.
 
L’importance du rapport
 
Ce rapport est unique pour trois raisons importantes. Premièrement, il consolide les nouvelles disponibles présentées par les journaux nationaux et internationaux ainsi que les agences de presse et les conclusions des associations de défense des droits de l’homme en Turquie qui ont abordé la nature et la forme des attaques de l’État turc contre les tombes et les cimetières kurdes. Deuxièmement, il montre comment le parti pro-kurde, le Parti de la démocratie des peuples (HDP), essaie constamment de tenir l’exécutif responsable devant le Parlement des attaques généralisées et systématiques qui ont eu lieu contre les cimetières et tombes kurdes au Kurdistan du Nord par les autorités turques. forces de sécurité.
 
Enfin, il présente une étude rigoureuse utilisant des méthodes empiriques qui ont été utilisées à la fois par Mojust et ÖHD dans leurs efforts pour aider les victimes de ces attaques dans leur quête de justice afin de briser la politique traditionnelle et systématique d’impunité de l’État pour les auteurs. de ces délits. Pour fournir un contexte politique à ces actes de destruction par l’État turc, la première partie du rapport donne également un bref aperçu de la politique de répression kurde de la Turquie sous les régimes kémaliste (de 1923 à 2002) et Erdoğan (après 2002 jusqu’à présent).
 
Le rapport présente l’avantage supplémentaire de rendre accessibles au public, en un seul endroit, les informations sur les actes de destruction systématiques de la Turquie contre les cimetières et les tombes kurdes dans le nord du Kurdistan. Dans ce contexte, cette recherche comble une lacune importante dans le domaine des études kurdes.
 
Le caractère systématique des attaques contre les cimetières kurdes entre le 17 septembre 2015 et le 4 avril 2020
 
Les conclusions du rapport révèlent que des informations accessibles au public indiquent que les forces de sécurité turques ont commis 122 attaques contre des cimetières kurdes entre le 17 septembre 2015 et le 4 avril 2020. À la suite de ces actes continus de destruction de cimetières et de pierres tombales, au moins 1 644 tombes ont été complètement détruites. détruites et 2 926 tombes ont été vandalisées.
 
Les forces de sécurité turques ont complètement détruit 18 cimetières où se trouvent les tombes de militants du Parti des travailleurs kurdes (PKK) tombés dans 11 provinces du sud-est de la Turquie (nord du Kurdistan) par des bombardements aériens et à l’aide d’explosifs au cours des périodes susmentionnées.
 
Au moins 18 cimetières et 1 644 tombes kurdes détruits 
 
Parallèlement à ces attaques, les forces de sécurité ont vandalisé – de manière systématique et généralisée – les tombes des membres du PKK dans les cimetières publics de toutes les provinces de la région kurde depuis 2015.
 
Dans la conclusions du rapport, on apprend que 18 cimetières ont été complètement détruits par la police et les soldats entre le 17 septembre 2015 et le 4 avril 2020. Dans la province de Şırnak, 900 tombes ont été complètement détruites, 1 475 tombes ont été détruites ; A Diyarbakır, 143 tombes ont été complètement détruites, 340 tombes ont été détruites ; 200 tombes ont été complètement détruites à Batman, 369 tombes ont été détruites ; 150 tombes ont été complètement détruites dans la province du Dersim, 3 d’entre elles ont été détruites ; A Van, 41 tombes ont été détruites, 69 tombes ont été détruites ; 200 tombes ont été détruites à Siirt ; 232 tombes ont été détruites à Mardin ; A Suruç/Urfa, 9 tombes ont été complètement détruites, 3 tombes ont été détruites ; 267 tombes ont été complètement détruites à Bitlis ; A Hakkari, 54 tombes ont été complètement détruites ; 27 tombes ont été complètement détruites et 8 tombes ont été détruites à Muş ; 80 tombes ont été détruites à Bingöl.
En raison du nombre de tombes détruites et endommagées par le bombardement par hélicoptère du Cimetière Martyr Suat Tekin Kızılay, dans la province d’Ağrı, la taille minimale de ces chiffres est très claire. En revanche, l’état de destruction du Cimetière Pakrewangeha Egît Suruç et Ayten Tekin, à Mardin, et du Cimetière Çemçe, dans le quartier Kağızman de Kars est encore inconnu.
 
Le chiffre réel de tombes détruites est beaucoup plus élevé
 

Ces chiffres présentent également le nombre minimum de tombes qui ont été détruites et vandalisées. Le nombre exact de tombes ciblées pour la destruction au Kurdistan turc est encore inconnu. Comme l’indique l’Association d’aide et de solidarité avec les familles des martyrs (MEBYA-DER), les chiffres des tombes vandalisées fournis dans le rapport de recherche ne peuvent « correspondre qu’à moins d’un quart des chiffres réels » du fait que toute recherche sur la destruction des tombes est bloquée et criminalisée par l’État turc.

 
Via ANF
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici