SYRIE. Malgré la guerre, les projets d’économie féminine se développent au Rojava

0
363
SYRIE / ROJAVA – Malgré l’embargo et les attaques visant les régions syriennes dirigées par la coalition arabo-kurde, les structures féminines locales continuent à développer l’économie autogérée des femmes pour assurer l’autosuffisance et l’autonomisation des femmes.
 

La libération des femmes est l’un des paradigmes centraux de la révolution du Rojava. Confrontées à la guerre et à l’embargo, les femmes construisent leurs propres structures économiques. L’un des projets de l’économie féminine est la coopérative textile Lavîn à Hesekê.

La coopérative textile Lavîn a été fondée en 2015 et possède des magasins à Hassakê, Dirbêsiyê, Qamişlo et Girkê Legê. Des femmes arabes et kurdes travaillent dans la coopérative.

Nesrin Heci Mihemed est membre fondatrice de la coopérative, sur l’histoire de laquelle elle raconte : « Aux débuts de Lavîn, il y avait certaines difficultés. Nous avions des problèmes pour trouver des employés et du matériel, mais depuis 2015 le travail se poursuit avec beaucoup d’enthousiasme. Il a fallu du temps pour former les employées. Ainsi, les bases d’une nouvelle forme de travail ont été créées. Les préparatifs ont été importants. Lavîn continue de se développer chaque jour. Les employées maîtrisent maintenant leur métier et l’adorent.»

Mihemed note que les objectifs de la coopérative sont de fournir un champ de travail aux femmes et de veiller à ce que les femmes puissent se développer et subvenir à leurs besoins. Elle poursuit : « Nous acceptons toutes les femmes qui veulent travailler. Peu importe qu’elles soient arabes ou kurdes. L’important, c’est qu’elles veuillent travailler. Les femmes ne sont pas mises tout de suite devant une machine. travailler, repasser puis coudre. Ensuite, c’est aussi une question d’inclinaison. Plus vite quelqu’un apprend, plus vite la formation peut être complétée.»

 

Les prix sont déterminés en tenant compte des conditions de la population

Le design des produits est également développé par des femmes. Des vêtements traditionnels kurdes, des pantalons, des chemises, des T-shirts et toutes sortes d’autres types de vêtements sont fabriqués. Concernant le prix des produits, Mihemed précise : « Les produits sont abordables selon les prix du marché. Les prix sont déterminés en tenant compte des conditions des personnes. Bien que les tissus soient chers, les produits sont proposés à la vente à bas prix. La plupart du temps , nous ne faisons pas de profits, mais nous sommes guidés par les besoins du peuple. La population en a besoin. De plus, nous voulons faire des progrès à tous égards pour éviter la dépendance vis-à-vis des pays étrangers.»

Mihemed souligne que la construction d’une économie féminine est également importante du point de vue que l’ouverture d’un champ d’emploi pour les femmes augmente également leur confiance en soi.

Cihan Sax, qui travaille à Lavîn depuis deux ans, explique : « C’est la première fois que je travaille pour un salaire. Je m’occupe principalement du ménage. J’ai appris cela avec le temps. Je m’occupe de ma famille et j’ai un travail. J’aime mon travail.»

 

Sidra Mami travaille à Lavîn depuis deux mois. Elle dit: « Je travaille bien avec mes collègues. Je vérifie la taille des robes et détermine où mettre des perles. Je n’avais rien à voir avec la couture auparavant, mais j’ai appris le travail de mes collègues en un mois. Nous sommes tous amis et travailler ensemble. Cela nous rend heureuses. »

 

« Je ne dépends de personne »

Zahide Bedran travaille à Lavîn depuis deux ans. Elle explique : « Je peux maintenant subvenir à mes besoins. Je m’occupe de ma famille, et c’est un soulagement d’avoir un travail. C’est agréable d’être autonome. Je vois que je peux faire quelque chose. C’est bien d’avoir un travail et je n’ai besoin de personne. Je n’ai pas besoin d’un homme pour travailler. »

 

« Mon travail a du sens »

Maha Eli travaille également à Lavîn. Elle dit : « C’est agréable de travailler avec des amies, on s’entraide. Je subviens aux besoins de ma famille avec mon travail. Je sais que mon travail a du sens. C’est agréable de faire quelque chose. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici