L’homme qui lève une armée de psychologues en Irak

0
427
Un an après avoir aidé plus de 1 000 captifs yézidis, dont de nombreuses femmes, de l’Etat islamique à s’installer en Allemagne, le psychologue germano-kurde Jan Ilhan Kizilhan est retourné dans le nord de l’Irak avec un plan pour sauver des milliers d’autres victimes de guerre psychologiquement marquées laissées pour compte.
 
Avec le soutien de l’État allemand du Bade-Wurtemberg, Kizilhan a entrepris de former une nouvelle génération de psychologues et de traumatologues qui, selon lui, seront parmi les plus qualifiés du Moyen-Orient.
 
Après des années de guerre, l’Irak et la Syrie sont aux prises avec une crise de santé mentale qu’aucun pays n’a la capacité de résoudre. Rien que dans le nord de l’Irak, où plus d’un million de personnes sont déplacées par la violence, seules quelques dizaines de psychologues locaux soigneraient des patients.
 
Diverses organisations non gouvernementales et initiatives gouvernementales ont cherché à combler les lacunes, notamment le programme d’asile du Bade-Wurtemberg, qui a physiquement transporté certaines des femmes et des enfants les plus marqués psychologiquement du nord de l’Irak vers une partie du monde où ils pouvaient plus facilement accéder à des soins de santé mentale.
 
Comme une sombre mesure de l’efficacité du programme allemand, ses directeurs se vantent que sur ses 1 100 bénéficiaires – pour la plupart des femmes détenues comme esclaves sexuelles de l’EI et leurs enfants – aucun ne s’est suicidé contrairement à d’autres survivants de l’EI qui ne l’ont pas fait. obtenir une place dans le programme.
 
Conscient des enjeux mortels pour ceux qui restent, le Bade-Wurtemberg a investi 1,3 million d’euros, une petite fraction de son budget annuel, dans le nouvel institut de Kizilhan, qui vise à former les experts là où ils sont nécessaires.
 
L’Institut de psychologie et de psychotraumatologie est situé sur une colline bien entretenue de l’Université de Duhok, dans le nord de l’Irak. Par une matinée ensoleillée de mai, le campus, sur fond de montagnes pittoresques, bourdonnait du son des tondeuses à gazon.
 
À une courte distance en voiture, des centaines de milliers de personnes déplacées vivent dans des camps tentaculaires, chacun s’étant soulevé à la suite d’un exode, d’une avancée de l’EI, d’attentats à la bombe ou d’affrontements. À seulement 40 miles au sud, des morceaux de Mossoul étaient en ruine après une bataille de plusieurs mois pour chasser l’EI de la ville peuplée. Quarante milles à l’ouest : le bourbier syrien. Et malgré l’apparence sans tache du campus, tout le monde à l’école semble avoir été touché par la guerre.
 
Hewan Avsan Omer, une secrétaire de 26 ans à l’institut, n’a échappé à l’attaque de l’EI en 2014 contre son village que parce qu’elle se trouvait à l’école. Les membres de DAECH ont enlevé d’autres membres de sa famille, dont certains se sont échappés il y a quelques mois à peine. Le cousin d’Omer, âgé de 7 ans, a passé deux ans et demi en captivité et est retourné dans la société incapable de parler son kurde natal, ne sachant pas qui sont ses parents et d’où il vient.
 
La proximité et la familiarité du personnel avec la crise locale sont intentionnelles
 
L’une des plus grandes critiques du programme allemand était qu’il exposait les victimes de traumatismes au stress supplémentaire du choc culturel en les transportant dans un lieu étranger.
 
Dans son bureau du Bade-Wurtemberg début 2016, Kizilhan a déclaré que l’agence des Nations Unies pour les réfugiés était l’une des critiques à soulever cette préoccupation de détacher les victimes « de leurs racines » . L’équipe allemande a répondu que c’était un prix qu’elle était prête à payer, en cette période précaire, pour potentiellement sauver des vies. « En Irak, ils vivent dans des camps, leurs parents sont tués, ils n’ont pas de racines ! C’est ridicule. Elles ont besoin de stabilisation et de sécurité avant de pouvoir parler de ce qu’elles ressentaient lorsqu’elles étaient violées et impuissantes. Comment faites-vous cela dans une tente ? » a répondu Kizilhan.
 
Kizilhan et les directeurs de programme ont toujours pris soin de présenter le programme comme une opération d’urgence et non comme une solution durable à la crise de santé mentale plus large en Irak. Ils sont fiers que leur programme ait depuis inspiré des programmes d’asile d’urgence similaires dans d’autres États allemands et au Canada, mais comprennent que le simple fait d’exporter les victimes de traumatismes irakiens vers les pays développés n’est pas, en fin de compte, une solution à long terme.
 
Dans cette optique, l’institut Duhok a recruté sa première promotion de 30 étudiants diplômés exclusivement parmi la population locale. La plupart sont des infirmières et des travailleuses sociales formées et plus de la moitié sont déjà titulaires d’un baccalauréat en psychologie. Ils sont tous déterminés à rester en Irak.
 
Lors de la cérémonie d’ouverture de l’institut en mars, Kizilhan leur a dit que lorsqu’ils obtiendraient leur diplôme dans trois ans, ils seraient parmi les psychothérapeutes universitaires les mieux formés en Irak « et, autant que je sache, dans tout le Moyen-Orient. »
 
Le programme, qui adhère aux normes rigoureuses de l’Allemagne, exige que les étudiants effectuent 4 200 heures de formation et 1 800 heures de travail clinique, dont il y a beaucoup à faire.
 
Alors que l’Etat islamique continue de perdre son dernier territoire en Irak, les civils qui ont souffert sous le contrôle du groupe pendant des années reviennent dans la société avec de profondes blessures psychologiques. Parmi eux, un garçon de 9 ans nommé Akram, que l’Etat islamique a arraché à sa famille à l’âge de 6 ans et s’est inscrit dans un camp d’entraînement au combat, où il a été encouragé à se porter volontaire comme kamikaze.
 
Lorsqu’il a échappé à ses ravisseurs et a retrouvé les membres survivants de sa famille plus tôt cette année, ils ont été submergés par la façon dont il avait changé. Bien qu’il soit yazidi et non musulman, il récitait des versets du Coran. Il se plaignait de cauchemars et était violent envers les autres enfants. Parfois, son oncle le surprenait en train de faire des exercices qu’il avait appris dans le camp d’entraînement de l’Etat islamique. « Ces choses ne sont pas pour ici », lui disait gentiment son oncle.
 
Maintenant, il est sous la garde d’une équipe d’étudiants et de superviseurs de l’institut de Kizilhan. Naji Haji, l’un des étudiants diplômés sur son cas, rencontre le garçon et sa famille une fois par semaine.
 
Avant de s’attaquer aux racines de son traumatisme, Haji et ses collègues s’efforcent d’abord de gagner la confiance d’Akram et de le réacclimater à la vie quotidienne – les routines d’aller à l’école et de jouer avec d’autres enfants.
 
Haji est optimiste quant à Akram. « Il est intelligent et est capable de nouer des relations avec des adultes et des enfants », dit-il. Kizilhan, qui a également appris à connaître Akram, est d’accord. « Ces compétences en communication l’ont aidé à survivre pendant deux ans et demi sous l’Etat islamique. Et maintenant, il utilise ces mêmes compétences pour survivre.
 
L’équipe continuera à travailler avec lui jusqu’à ce qu’il n’ait plus besoin du soutien supplémentaire, ce qui, selon eux, peut prendre jusqu’à deux ans de plus. À ce moment-là, le financement du Bade-Wurtemberg pour l’institut sera presque épuisé et Kizilhan, qui n’occupe le poste de doyen de l’école que jusqu’en 2020, sera sur le point de partir. Mais en attendant, lui et ses collègues sont déterminés à se suffire à lui-même.
 
Ils forment déjà certains des étudiants inauguraux à prendre les rênes de l’institution, et même à la reproduire dans d’autres villes irakiennes. « Notre objectif est d’avoir de plus en plus de psychothérapeutes en Irak. Si nous faisons la même chose dans les universités d’Erbil et de Sulaymaniyah, peut-être que dans 10 ans, nous aurons 1 000, 2 000, 6 000 psychothérapeutes », a-t-il déclaré. « Soyons réalistes. Plusieurs autres [psychologues] ne suffisent pas pour l’Irak ou pour la région. Mais c’est la première étape. »
 
Article d’Emilie Feldman. Version anglaise: Man raising an army of psychologists in Iraq 
Ce reportage a été financé par le Pulitzer Center on Crisis Reporting. Ceci est le dernier article d’une série en trois parties sur un programme de sauvetage pour les esclaves de DAECH / ISIS.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici