AccueilKurdistanBakurLe collectif du Festival du film kurde d'Istanbul veut construire la solidarité

Le collectif du Festival du film kurde d’Istanbul veut construire la solidarité

TURQUIE – Le deuxième Festival du Film Kurde d’Istanbul a débuté jeudi avec le film « Kurdên Êzidî » (Kurdes yézidis) d’Amasi Martirosyan réalisé en 1933.
 
Pendant sa deuxième édition, le collectif de cinéma du Centre culturel de Mésopotamie (MKM) présentera 28 longs métrages, documentaires et courts métrages et abordera des thèmes tels que les femmes, la vie et la nature.
 
L’ouverture (comme la clôture du festival) a eu lieu au centre culturel de la ville de Cemil Candaş à Şişli. Les projections de films resteront pendant 5 jours au cinéma Cinemajestik à Beyoğlu. Les films sont sous-titrés en turc et en kurde.
 
Hier, les artistes du MKM vêtus de leurs costumes nationaux ont accueilli le public qui a rapidement rempli la salle.
 
Les co-porte-parole du Congrès démocratique des peuples (HDK) Esengül Demir, Cengiz Çiçek, les co-présidents du Parti démocratique des peuples (HDP) Pervin Buldan, Mithat Sancar, la porte-parole de l’Assemblée des femmes du HDP Ayşe Acar Başaran, l’épouse d’Ahmet Kaya, l’écrivaine Gülten Kaya, les mères du samedi, des représentants de nombreuses organisations de la société civile, le réalisateur de nombreux films qui seront projetés au festival, des scénaristes, des équipes de tournage ont assisté à l’ouverture.
 
Le festival a commencé par une minute de silence pour Hacı Lokman Birlik, acteur et réalisateur kurde tué par des policiers turcs le 3 octobre 2015 à Sirnak, Halil Dağ et les cinéastes kurdes qui ont perdu la vie dans la lutte pour la liberté et la démocratie.
 
Le thème principal du festival de cette année est la solidarité. Taylan Kesanbilici et Sakina Jir ont prononcé les discours d’ouverture en kurde et en turc, expliquant le but du festival. Soulignant que les dénominateurs communs étaient attaqués et que les domaines du cinéma et de l’art, l’un des outils puissants d’établissement et de protection de la société, ont pris leur part des attaques, Taylan a déclaré : « Le cinéma, qui a mené une forte opposition aux gouvernements empêchant la transformation sociale, a toujours été la cible d’attaques. Le pouvoir a tenté d’isoler le cinéma de la société. Le deuxième Festival du film kurde d’Istanbul, qui se tient à une époque où la pression et la censure dans la dimension artistique culturelle sont devenues si profondes, et les mécanismes de production et de distribution cinématographiques sont devenus des marchandises, a pour thème principal la solidarité. »
 
27 films à projeter
 
Notant que le festival contribuera au développement de la production cinématographique kurde, Taylan a déclaré : « Nous voulons directement ou indirectement réunir les cinéastes kurdes et les amateurs de cinéma kurdes à Istanbul, et rapprocher les films kurdes d’une société basée sur la production et le partage communautaires qui part d’une compréhension alternative du cinéma qui s’oppose au réseau de relations capitalistes. Nous réunirons 27 films de genres et de durées différents, qui ne visent aucune identité et ne prennent pas une approche à l’encontre des valeurs universelles qui respectent la nature et les droits humains. »
 
« Nous avons essayé de créer un panorama du cinéma kurde »
 
Xezal Gültekin et Taner Tan du Collectif du MKM – Cinéma ont donné des informations sur le festival en kurde et en turc. Rappelant que l’histoire du premier festival kurde d’Istanbul a commencé à se tricoter en 2019, Xezal a déclaré : « À cette époque, des films kurdes étaient produits dans de nombreuses régions du monde depuis près de 20 ans. Les Kurdes transmettraient en quelque sorte leurs propres histoires à travers cinéma. Notre objectif principal est de produire du cinéma kurde à Istanbul, la ville la plus densément peuplée de Kurdes au monde. Les films que nous avons réunis lors de notre premier festival ont été accueillis avec intérêt. Et cela a montré que le public du cinéma kurde attend son propre histoires à projeter dans les salles de cinéma. L’ambiance du festival en 2019 nous a poussés à organiser la deuxième édition. Nous avons réuni les films qui racontent les histoires des Kurdes. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici