Hamit Bozarslan sur la crise ukrainienne: « Poutine a piégé la Turquie »

0
480
« Il n’est pas possible de croire que la Turquie ait une quelconque capacité de manœuvre dans ses relations avec la Russie » , déclare l’historien et politologue kurde Hamit Bozarslan.
 
L’historien et politologue kurde Hamit Bozarslan* s’est entretenu avec Ferhat Çelik de l’agence de presse Mezopotamya sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la guerre en cours entre les deux pays et les impacts possibles de la guerre sur la Turquie, le Moyen-Orient et le monde.
 

Tout d’abord, à qui est cette guerre ? Celle du peuple, d’État ou de grandes puissances ?

Nous devons examiner la littérature politique des 20 dernières années et la rhétorique de Poutine pour comprendre cette guerre. Un discours de Poutine le 21 février est d’une grande importance. C’était un très long discours composé de 11 pages. À la 9e page, Poutine dit : « Il n’y a pas de peuple ukrainien ; L’Ukraine n’a jamais existé. » L’Ukraine est égale au communisme. Le communisme a établi l’Ukraine, Lénine l’a établie ; Staline a essayé de corriger les erreurs de Lénine, mais il n’a pas réussi.

Ce que nous voyons ici est un rejet complet de l’existence du peuple. Poutine veut se venger de l’histoire. On pouvait le sentir dans sa rhétorique au cours des 20 dernières années, mais personne ne voulait le prendre au sérieux. Poutine voit la période actuelle comme une chance de se venger du passé. « Se venger du passé » résulte de la perception de Poutine en tant que fondateur d’un empire.

Il y a trois ou quatre fondateurs d’empires dans l’histoire de la Russie. Le premier est Vlademir, le tsar qui a fondé l’empire russe. Il y a Ivan le 4ème. Ensuite, il y a Staline. Poutine veut que son nom soit mentionné dans les livres d’histoire comme le 4e ou le 5e fondateur d’un empire. Il est crucial de comprendre cela car il ne s’agit pas d’une guerre entre deux peuples. L’Ukraine n’a jamais attaqué la Russie. Il n’y a pas eu de conflit armé majeur antérieur à l’exception des affrontements dans le Donbass. Il s’agit d’un cas de déni complet par Poutine de l’Ukraine et du peuple ukrainien.

De nombreux pays appliquent des sanctions à la Russie, et cette situation risque de créer des problèmes pour le monde entier, dont la crise pétrolière. Le président américain Biden s’est récemment entretenu avec le président vénézuélien Maduro pour un accord pétrolier. L’équilibre des forces entre la Russie et les États-Unis est-il en train de changer ?

Il est trop tôt pour tenter de répondre à de telles questions. Nous pourrons peut-être fournir des réponses dans quelques mois, ou peut-être un peu plus tard à l’automne. Auparavant, il y avait une certaine confiance en Europe pour Poutine, et il était perçu comme « un homme de parole ». Personne ne s’attendait à une telle attaque en Europe. Les dirigeants européens sont désormais en mesure d’accepter qu’il n’y a pas d’autre alternative que de s’allier aux États-Unis. L’Europe n’a jamais été aussi proche des États-Unis et de l’OTAN au cours des 20 dernières années qu’aujourd’hui.

On peut aussi dire que Poutine a fait une énorme erreur de calcul. L’Europe peut traverser une crise à cause de cette guerre, et elle peut connaître des troubles sociaux. Mais la crise du Covid-19 a déjà montré que les pays européens peuvent avoir des déficits budgétaires importants en cas de besoin. En d’autres termes, l’Europe est financièrement solide. Peut-être assisterons-nous à une diminution de la dépendance au pétrole et au gaz dans le monde, à l’émergence de nouvelles technologies, à la découverte de nouvelles sources d’énergie et à une tolérance accrue aux gouvernements antidémocratiques comme celui de Maduro.

La guerre a également un impact sur la Turquie. La Turquie est dépendante de l’Ukraine et plus encore de la Russie pour de nombreuses importations. Comment pensez-vous que la guerre est susceptible d’affecter la Turquie ?

Premièrement, nous pouvons dire que la Turquie a en quelque sorte été prise en otage par la Russie. Cela a été démontré très clairement en Syrie. La Russie ne déteste pas les Kurdes, pas du tout. Mais ils pourraient encore perdre Afrin très facilement. Après que la Turquie a bombardé Afrin pendant 72 jours et l’a finalement transformée complètement en une terre de djihadistes, un nettoyage ethnique a été effectué et la Russie n’a pas montré la moindre réaction à l’exception de quelques mots sur les droits de l’homme. La Turquie ne dépend pas de l’Ukraine aujourd’hui. La Turquie peut facilement se permettre de sacrifier ses relations avec l’Ukraine. Nous nous souvenons comment les Turcs ouïghours ont été sacrifiés auparavant. Demain, ce seront probablement les Palestiniens. Nous ne voyons pas beaucoup d’intérêt et de sympathie pour les opprimés en Turquie. Au moins en termes de politique d’Erdoğan (…) Cela coûtera également très cher maintenant si la Turquie essaie de faire un pas contre la Russie. Un coût économique, principalement. La Turquie est fortement dépendante du gaz naturel et du pétrole. De plus, la présence de la Turquie à Afrin et Idlib n’est possible qu’avec l’autorisation de la Russie.

Il est donc impossible de penser que la Turquie ait une quelconque capacité de manœuvre. Il serait vrai de dire qu’Erdoğan cherche également une revanche historique. L’objectif de détruire le Rojava [nord et est de la Syrie] en faisait partie. Aujourd’hui, les attaques visant le Kurdistan du Sud [Kurdistan irakien] sont des démonstrations claires du type d’empire que la Turquie entend construire.

Pouvons-nous conclure que la profonde peur historique de la Turquie vis-à-vis des Kurdes l’empêche de soutenir le même camp dans la guerre en cours ?

Cette peur a façonné la politique de la Turquie en Syrie. Même l’achat de S-400 est lié à cette peur historique. C’est une peur que la Turquie n’arrive jamais à dépasser. Tout comme Poutine n’accepte pas l’existence des Ukrainiens, la Turquie n’accepte pas l’existence des Kurdes. La Turquie ne les accepte pas comme agent social dans l’histoire. Par conséquent, ils sont incapables de mettre en œuvre une autre politique que la guerre. Bien qu’il y ait quelques périodes de réforme, cela ne dure qu’un an ou deux, après quoi ils (…) retournent à leurs politiques traditionnelles de ciblage des Kurdes.

Un jour, peut-être après le départ de l’actuel secrétaire de l’OTAN, la Turquie pourrait être invitée à être plus loyale envers l’OTAN. Il est impossible de deviner ce qu’ils feront dans une telle situation. Oui, la Turquie n’a pas été spécifiquement ciblée par la Russie dans le contexte de la guerre en Ukraine, mais Poutine a piégé la Turquie au moyen de la guerre.

Quel genre de piège ?

Le message [livré par la Russie à la Turquie] est : « Vous ne pouvez pas vous séparer de moi ; vous ne pouvez pas vous rapprocher de l’Europe ou des États-Unis. Vous êtes sous ma domination. »

Hamit Bozarslan est historien et politologue, enseignant actuellement à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici