Le 8 mars au Kurdistan

0
267
Les femmes kurdes portent haut la lutte pour les droits des femmes que leurs sœurs ont entamé à New York le 8 mars 1857, écrit la députée Pero Dundar dans l’article suivant.
 
Le 8 mars 1857, 40 000 ouvrières du textile aux États-Unis entament une grève à New York pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Dans un premier temps, les ouvrières en résistance sont agressées par la police. Celles qui fuient l’attaque sont enfermées dans une usine. Immédiatement après, un incendie se déclare…. les ouvrières sont incapables de s’échapper à cause des barricades de la police devant l’usine…. S’en suit la mort de 129 ouvrières …
 
Oui, 129 travailleuses ont donné leur vie dans cet incendie. Cependant, le feu s’est propagé à partir d’elles et a donné vie au développement de la lutte des femmes pour la liberté. Elle est devenue une voie, une lumière dans la lutte contre un système patriarcal qui ne reconnaît pas la créativité des femmes, la dévalorise et légitime la violence faite aux femmes.
 
Puis, en 1910, à Copenhague, au Danemark, la proposition formulée lors du Conseil des femmes au sein de la Deuxième Internationale (socialiste) de désigner le 8 mars Journée internationale de la lutte des femmes est approuvée à l’unanimité. Depuis lors, le 8 mars est le jour de la résistance des femmes, aux quatre coins du monde, dans divers lieux, dans les lieux publics, dans la rue, contre le patriarcat.
 
En ce jour de lutte, les femmes du Kurdistan descendent aussi dans la rue avec leurs couleurs, avec leur cri de guerre (tilili), avec leurs danses, le slogan « jin, jiyan, azadî » (« femme, vie, liberté ») résonne encore plus fort ce jour-là. Chaque année, l’apparition et le message du jour deviennent encore plus splendides et encore plus solennels par rapport à l’année précédente.
 
Les femmes kurdes, toutes générations confondues, attendent le 8 mars dans des conditions festives et militantes. Les préparatifs commencent des semaines à l’avance. Le Mouvement pour la liberté des femmes du Kurdistan joue le rôle principal dans ce processus. Tout d’abord, il choisit le slogan principal avec lequel il descendra dans la rue. Il est choisi de telle manière qu’il exprime l’âme du mouvement des femmes et s’inscrit dans le processus actuel. Pour cela, des réunions avec les institutions et associations féminines des localités sont organisées et des discussions approfondies et approfondies ont lieu. Une fois la devise déterminée, du matériel d’information et des brochures sont préparés et les femmes sont visitées. Porte par porte, maison par maison, rue par rue, district par district et village par village, les femmes sont invitées au 8 mars. Chaque province et comté planifie et publie ses propres activités et événements.
 
Ceux-ci commencent des jours à l’avance – films, représentations théâtrales, événements musicaux, ateliers et séminaires sur la violence à l’égard des femmes. Les victimes de meurtres de la violence masculine/étatique sont commémorées parfois sur leurs tombes, parfois sous la forme d’autres actions. Des cartes postales et des cadeaux sont préparés pour les femmes purgeant des peines de prison pour avoir travaillé pour le mouvement des femmes, qui sont souvent condamnées simplement pour avoir participé au 8 mars. Le 8 mars au Kurdistan, c’est aussi la lutte de Sema Yüce, Rehşan et Zekîye, Berîvan et Ronahî, c’est c’est le combat que Sakine Cansız a mené en prison, mais aussi en liberté et en Europe.
 
En plus de leurs propres activités et événements, des actions conjointes sont également prévues dans les villes avec d’autres groupes de femmes sur diverses plates-formes, pour lesquelles la plus grande participation possible est organisée.
 
Bien sûr, les préparatifs ne sont pas tous roses et joyeux. Le gouvernement anti-femmes et anti-kurde n’hésite pas à toute répression et obstruction au cours de ce processus, et de plus en plus dans les provinces kurdes. Afin d’intimider et de paralyser les femmes, l’État utilise toutes les formes de politique spéciale de guerre.
 
Dès que le signal de départ des activités est donné, les arrestations, les interdictions et les enquêtes commencent également. La réponse la plus claire des femmes kurdes à la répression qui augmente chaque année est qu’elles ne se retirent pas des places et des rues. Avec l’euphorie et la motivation acquises les jours précédents, elles se déversent dans les rues et les places publiques. Ce jour-là, dans toutes les provinces et comtés du Kurdistan, avec des bannières, des pancartes et des drapeaux, le message est envoyé que les femmes organisées et leur lutte contre la domination de la violence masculine et étatique gagneront ; chaque année, ce message devient plus fort. Les premiers rangs des blocs de démonstration sont constitués par les Mères de la Paix qui, bien qu’ayant éprouvé toutes sortes de souffrances, insistent sur la paix, décorant leurs écharpes blanches avec les couleurs jaune, rouge et verte.
 
Les femmes colorent les carrés aux couleurs de l’arc-en-ciel avec leurs vêtements traditionnels. Ceux de la région de Serhad, ne prêtant même pas attention aux conditions climatiques froides, se joignent à la ronde (govend) avec leurs robes colorées. Le froid doit laisser place à la joie et à la chaleur du mouvement des femmes. Les femmes de la région de Botan accueillent le 8 mars dans leurs plus belles tenues traditionnelles ; dans toutes les parties de Botan, dans toutes les provinces où la résistance est la plus expressive sous toutes ses formes, elles chantent ce jour-là leurs plus belles chansons. Les femmes d’Amed commencent leurs préparatifs, comme elles le font chaque année, la veille au soir sur la place du rassemblement, d’Amed. (…)
 
Bien sûr, la répression en essayant d’entrer sur la place augmente chaque année. Ce qui se passe dans la période qui précède, lorsque les demandes d’assemblée soumises par le comité d’organisation n’ont d’abord pas été traitées, pour être rejetées, rencontre la résistance des femmes. Le prochain obstacle érigé sont les barricades sur les lieux de réunion. Le fait que plus d’une barricade et de points de contrôle soient érigés sur le site de rassemblement n’est qu’un autre outil pour dissuader les femmes et les éloigner du rassemblement. Ensuite, les stratégies de dissuasion vont plus loin en vérifiant même l’intérieur des chaussures ou en ne permettant pas aux femmes d’entrer sur la place à cause des couleurs de leurs robes. Les femmes qui surmontent tous ces obstacles se déplacent vers la place avec leur cri de guerre, le tilili et leurs danses. A ce moment précis, les carrés changent les couleurs des femmes, les slogans de liberté traversent les frontières et rejoignent les voix des femmes en lutte à travers le monde. Elle devient « femme, vie, liberté »… Elle devient « jin, jiyan, azadî »… Elle devient la révolution au Rojava… Cette révolution devient l’égérie, la résistance et la raison de lutte pour les femmes de le monde.
 
C’est ainsi que le 8 mars est salué au Kurdistan. Arriver à cette étape n’a bien sûr pas été facile. Les femmes kurdes ont déployé beaucoup d’efforts et de travail et en ont payé le prix fort. Avec cet effort et cette performance, elles ont remporté des victoires pour elles-mêmes. Elles ont connu le renforcement de l’espoir, de l’organisation et de la résistance aux politiques d’oppression et de cruauté. Lorsque les femmes kurdes ont été assassinées, leurs corps sont restés dans les rues pendant sept jours et sept nuits, leurs corps ont été profanés et ces photos ont été publiées, il n’y avait qu’un seul but derrière cela : briser leur résistance et leur lutte. Lorsque les villes et les provinces kurdes ont été encerclées, les femmes kurdes ont également été la première cible ici. Le meurtre de Seve, Pakize et Fatma avait le même message, tout comme le meurtre de HavrinKhalaf, parce qu’elles ne supportaient pas une révolution au Rojava menée par des femmes, ainsi que les meurtres de Sakine, Fidan et Leyla à Paris. Leur but est d’assujettir la force motrice du Mouvement de Libération du Kurdistan et le Mouvement des Femmes du Kurdistan, et d’effacer une réalité populaire axée sur les femmes.
 
Les femmes kurdes ont de nombreuses raisons de renforcer leur lutte. Les mères qui ont perdu leurs enfants dans des « meurtres d’auteurs inconnus » dans les années 90 se battent sans relâche pour que les auteurs soient nommés. Les femmes qui se sont mariées sous la contrainte et ont dû déménager dans les mêmes années ne s’arrêtent même pas un instant pour vivre leur langue, leur culture et les faire s’épanouir dans les lieux où elles séjournent. Tout comme Deniz Poyraz, qui a été assassinée au siège du Parti démocratique des peuples (HDP) dans le gouvernorat d’Izmir. Les femmes qui ont perdu leurs enfants dans la lutte pour la liberté continuent le combat pour la paix sans se décourager. Les femmes ne reculent pas d’un millimètre dans leur lutte contre une politique de sale guerre menée contre les jeunes femmes au Kurdistan. Elles demandent encore : Où est Gülistan Doku ? Elles accusent toujours le sergent Musa Orhan de l’entière responsabilité de la mort d’İpek Er et l’accusent. Elles ne renoncent pas à donner la parole aux militants et politiques emprisonnés qui prônent la représentation paritaire et le système des coprésidents, elles ne cessent de renforcer leur lutte. Elles ne cessent de faire comprendre au monde entier que le double leadership avec des coprésidentes féminines est leur « ligne violette ».
 
Le mouvement des femmes du Kurdistan a atteint aujourd’hui un niveau où il cherche à créer une alliance de femmes contre le patriarcat. Non pas pour créer un régime à un seul homme, mais pour créer une vie commune et équitable des uns avec les autres sous la direction de femmes. Au lieu d’un système judiciaire dominé par les hommes, pour renforcer ensemble la lutte pour une justice égale et équitable. Ne jamais renoncer à la garantie de la vie des femmes, la Convention d’Istanbul. Renforcer le mouvement pour la liberté des femmes à tous les niveaux, et non se retirer de la rue. Ne pas laisser la pauvreté [se conjuguer au féminin]. Renforcer la lutte contre les violations des droits dans les prisons et les politiques d’isolement.
 
Les femmes kurdes inondent les places du 8 mars de cette conviction. Les slogans de leurs pancartes expriment leur révolte dans toute sa clarté. Chaque femme prépare son signe en fonction du point où elle est atteinte. Certains expriment leur demande de justice en portant des photos de leurs mères et voisines assassinées, d’autres témoignent de leur révolte en écrivant en majuscules les noms de leurs camarades assassinés. Certains panneaux indiquent « Continuez la résistance! » Le slogan « jin, jiyan, azadî » est le plus courant année après année. La bannière derrière laquelle elles se tiennent démontre leur soulèvement par écrit. Les slogans criés sont les moments où leurs revendications communes résonnent et trouvent un écho dans toutes les régions du pays. Nous ne nous taisons pas, nous n’avons pas peur, nous ne nous prosternons pas ! Ce slogan est un cri de liberté. C’est un soulèvement.
 
En 2022, le 8 mars sera célébré au Kurdistan avec la même conviction et détermination. Les femmes kurdes crieront à nouveau leurs revendications avec toute leur force et leur motivation dans les lieux du 8 mars. Pas la violence étatique/masculine, non, le mouvement libre des femmes sera victorieux. Et enfin, bien sûr, le XXIe siècle sera le siècle des femmes. Ce sera le siècle de la libération des femmes.
 
FEMMES, VIE, LIBERTE !
 
Pero Dundar, députée HDP de Mardin
 
La version anglaise de article a été publiée par Kurdistan Report: 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici