TURQUIE. Décès d’une des fillettes kurdes enlevées par l’armée turque lors du génocide de Dersim

0
329
TURQUIE / BAKUR – Une des survivants du génocide de Dersim, Fatma İçin, qui a été enlevée en 1938 alors qu’elle avait dix ans et assimilée de force par un officier turc qui l’a « adoptée », est décédée à Adıyaman à l’âge de 95 ans. Elle était la mémoire vivante du génocide de Dersim.
 
« La fille perdue de Dersim » est décédée
 
Fatma İçin, une survivante du génocide du Dersim de 1937/1938, est décédée à l’âge de 95 ans à Adıyaman / Kahta. Pour la mémoire collective des Kurdes alévis de Dersim, au Kurdistan du Nord, son décès signifie la perte d’un important symbole culturel du souvenir. Fatma İçin était l’une des « filles perdues » de la région kurde alévie, qui ont été arrachées à leur famille, à leur culture, leur langue et leur foi par l’armée turque après le génocide et assimilées de force. Leur nom représente le sort de milliers de filles et de garçons qui ont connu le processus d’extermination et d’expulsion et ont dû accomplir des travaux forcés dans des familles d’officiers sous prétexte de « civilisation », en échange de quoi ils ont été élevés comme des Turcs musulmans selon les principes de l’État-nation.
 
« Nous nous étions réfugiés dans une grotte. Mon oncle Hasan a traversé les montagnes et a dit : ‘Les soldats nous ont encerclés.’ Certains parents ont été tués là-bas. Ma mère a été abattue alors qu’elle allait chercher de l’eau la nuit. Mon père m’a emmené à Ovacık. Là, ils m’ont emmené dans la maison d’un officier. Mes cheveux ont été coupés, puis ils m’ont mis dans le bain. moi en robe courte, en chaussures. Je portais un chapeau de feutre sur la tête. Je ne connaissais que le kurde. L’officier a sorti son arme et m’a dit : « Si tu parles encore le kurde, je te tue ».
 
Avec ces mots, Fatma İçin a décrit les jours après le génocide dans le film documentaire « İKİ TUTAM SAÇ – Dersim’in Kayıp Kızları » (« Deux poignées de cheveux – Les Filles Perdues de Dersim » ou « Two Ringlets Of Hair- Lost Girls Of Dersim », en anglais) de Nezahat et Kazım Gündoğan. Le travail est basé sur la reconstruction de l’histoire de la souffrance des filles enlevées, illustrée par le sort de Fatma İçin et de sa cousine Huriye Arslan, montre comment les deux filles ont vécu le processus d’extermination et d’expulsion, comment elles ont été enlevées par les militaires et quelles difficultés elles ont dû traverser après leur déportation. Le film raconte également leur soumise, notamment en raison de leur éducation forcée turco-sunnite, leurs peurs, leurs pensées d’évasion et leur recherche désespérée d’une vie libre.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici