Des réalisatrices kurdes discutent des problèmes rencontrés par les femmes dans le milieu du cinéma

0
257
TURQUIE / BAKUR – Des réalisatrices kurdes se sont réunies à Amed / Diyarbakir pour discuter des problèmes auxquels elles sont confrontées devant et derrière la caméra ainsi que de la représentation des femmes au cinéma.
 
Des réalisatrices se sont réunies à Diyarbakır dans le cadre du projet «Méridiens Pourpres», financé par Eurimages et organisé par l’Association des femmes Rosa, Ovni Barcelona et Streamthings Italie. 18 films tournés par les réalisatrices qui ont participé au projet seront projetés lors de l’événement de deux jours organisé par le Centre d’art Mordem.
 
Le programme a commencé par un panel intitulé « Le rôle des femmes dans le cinéma » le premier jour. Le panel était animé par Ruken Ergüneş, du conseil d’administration de l’Association des femmes Rosa, avec les réalisatrices de documentaires Elif Yiğit, Güliz Sağlam et Ahu Öztürk comme invités.
 
Prenant la parole devant le panel, la présidente de l’Association des femmes Rosa, Adalet Kaya, a déclaré qu’il est très important d’avoir partagé les mêmes sentiments avec différentes femmes de différentes parties du monde et a ajouté : « Nous sommes très heureuses de faire partie de cette projet. »
 
Ruken Ergüneş a parlé du projet Méridiens Pourpres, a remercié les femmes qui ont contribué au projet.
 
Lors du panel, la représentation des femmes dans la production cinématographique, l’organisation et la solidarité des femmes dans le cinéma, le cinéma documentaire et les expériences des femmes dans la production cinématographique ont été discutées à travers les yeux d’une nouvelle génération de réalisatrices.
 
Elif Yiğit : les femmes kurdes doivent se battre deux fois
 
La réalisatrice Elif Yiğit a expliqué qu’elle travaille dans l’industrie du cinéma depuis 6 ans et qu’elle s’occupe de films documentaires depuis deux ans. Exprimant qu’elle était très fière d’être impliquée dans ce projet, Yiğit a déclaré : « Le cinéma est un domaine très masculin. Être une femme kurde au cinéma nécessite de se battre deux fois. Je pensais que le cinéma pouvait nous exprimer dans la société dans laquelle nous vivons. La façon dont les hommes dépeignent les femmes dans les films est toujours la même. Je me suis engagée dans le cinéma avec le slogan que les femmes reflètent le mieux les femmes contre le portrait par les hommes qui me décrivent au cinéma. »
 
La réalisatrice Güliz Sağlam, qui s’est concentrée sur les problèmes auxquels les femmes sont confrontées, en particulier en raison du climat politique, a déclaré : « Les femmes sont dans la rue, dans le cadre de l’opposition sociale. C’est une lutte pour l’existence, pour nos droits. Nous continuerons à nous battre et nous ne devons en aucun cas faire un pas en arrière. »
 
Nous menons une lutte collective
 
Affirmant qu’elle a commencé à faire du cinéma dans les années 90, Sağlam a déclaré qu’il y avait très peu de femmes dans le cinéma à cette époque, et que la division sexiste du travail n’est rompue que maintenant. Sağlam a déclaré: « De nos jours, de plus en plus de femmes travaillent dans le cinéma et nous, les femmes, menons une lutte collective pour cela. La lutte des femmes sort également de ce collectif. »
 
« Nous devons écrire notre propre histoire »
 
Déclarant qu’elle est à la fois militante féministe et réalisatrice, Sağlam a ajouté : « Je pense que nous devrions écrire notre propre histoire. harcèlement et violence. Les femmes devant et derrière la caméra se sont réunies pour discuter de la violence sexuelle. Les problèmes des femmes sont un, le féminicide est politique. C’est un problème systémique et est directement lié à la structure patriarcale. Les femmes qui se sont réunies pour la solidarité ont développé un lutter contre la violence en suivant les cas pendant les processus de divulgation. Nous essayons de refléter cela. »
 
Öztürk : Nous devrions écrire des choses courageuses
 
La réalisatrice Ahu Öztürk a expliqué qu’elle avait commencé à travailler dans le cinéma dans les années 90 au Centre culturel de Mésopotamie (MKM).
 
Soulignant les expériences des femmes dans l’industrie, Öztürk a poursuivi : « En tant que femme kurde issue d’un milieu politique, j’ai rencontré différentes choses au cinéma. Il y a de nombreux problèmes pour les réalisatrices ; quand vous tombez enceinte, par exemple, il est un obstacle. »
 
Öztürk a ajouté : « Vous devez écrire et filmer quelque chose qui vaut la peine d’être tenté. Ce que vous dites doit inclure du courage. Les personnes dont vous construisez les personnages doivent pouvoir se démarquer du point de vue masculin, et cela peut être fait d’un point de vue masculin. point de vue féminin. Oui, le cinéma est un domaine qui a beaucoup de désavantages pour nous les femmes, mais d’un autre côté, il a des endroits très spéciaux et ces endroits spéciaux sont capturés par des femmes. Nous avons regardé de très bons films au cours des 10 dernières années. années de cinéma. Parce que les femmes captent très bien chaque détail. »
 
La projection se poursuit aujourd’hui
 
Le panel de samedi s’est terminé par une séance de questions-réponses, et la projection des films a commencé. Après chaque film, de courtes interviews ont eu lieu avec les réalisateurs. La projection des films se poursuivra aujourd’hui.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici