Massacre de Roboski, Ferhat Encü appelle à la fin de l’impunité pour les assassins des Kurdes

0
327
TURQUIE / BAKUR – Le politicien kurde, Ferhat Encu a perdu plusieurs proches, dont des enfants, le 28 décembre 2011, lorsque des avions de guerre turcs ont massacré 34 jeunes de Roboski qui rentraient du Kurdistan du Sud avec de la marchandise de « contrebande » (kolbarî). Le régime turc n’a pas seulement laissé impunis les responsables de ce massacre, il a également persécuté les proches des victimes. Encu lui-même a été emprisonné pour avoir demandé justice pour Roboski. 10 ans après le massacre de Roboski, Encu appelle à la fin de l’impunité dont jouissent les assassins – qu’ils soient hommes d’État, militaires ou civils haineux – des Kurdes en Turquie et au Kurdistan.
 
Le 28 décembre 2011, 34 civils kurdes, dont 19 enfants, étaient tués par des avions de guerre turcs à Roboski. Dix ans après ce meurtre de masse délibéré, les responsables de ce massacre n’ont pas été traduits en justice. Le dossier du massacre, qui a été porté devant la la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), a été rejeté au motif que les recours internes n’avaient pas été épuisés. Cette impunité a permis à la Turquie de massacrer d’autres civils kurdes à l’intérieur de ses frontières mais aussi au Rojava, dans le nord de la Syrie, et dans la région yézidie de Shengal, ainsi qu’au Kurdistan d’Irak, en toute impunité.
 
Malgré toutes les pressions, menaces et obstacles, les familles Roboski n’ont pas abandonné le combat pour la justice. Ils attendent actuellement une réponse de la Cour constitutionnelle et de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies à une requête qu’ils ont déposée en février 2021.
 
Le coprésident de l’association d’HDP Istanbul, Ferhat Öncü, a perdu son frère Serhat Encü et 27 autres proches dans l’attaque. Dans une conversation avec l’ANF à l’occasion de l’anniversaire du massacre, il a fait le point sur le dossier Roboski.
 

La douleur aussi fraîche qu’au premier jour

Encü souligne que même dix ans après le massacre, la douleur n’a jamais disparu. Il y a eu beaucoup de nouveaux développements et événements au cours de ces dix années, mais la seule chose qui n’a pas changé est la détermination avec laquelle ils, en tant que familles de Roboski, se sont battus pour la justice.

La justice politique protège les coupables

Il n’y a plus de porte à laquelle les proches n’aient pas frappé pour s’assurer de la condamnation des coupables, mais même si le massacre a été remis à l’ordre du jour encore et encore à travers des manifestations et des rassemblements, il n’a pas été possible d’obtenir quoi que ce soit sur un niveau légal. Cela est dû au système juridique de la Turquie, dit Encü et poursuit : « Puisque la justice en Turquie agit politiquement, les meurtriers sont malheureusement protégés depuis le premier jour du massacre. Au lieu de cela, en tant que familles Roboski luttant pour la justice et la vérité, nous avons été jugés, enquêtés, arrêtés et emprisonnés. C’est un côté de la question. L’autre côté est que depuis le jour du massacre, la douleur est restée aussi fraîche dans le cœur des mères et des familles qu’elle l’était au premier instant. L’une des principales raisons pour lesquelles nos souffrances n’ont pas cessé est que dix ans après le massacre, aucune personne n’a été poursuivie et qu’une politique d’impunité est en place. »

« Le plus gros obstacle, c’est la justice »

Encü souligne que le pouvoir judiciaire fut le plus grand obstacle après le massacre. Cet obstacle n’a pas pu être surmonté et les 34 personnes tuées n’ont donc jamais été inscrites à l’agenda des procureurs et des juges.

Encu a poursuivi: « Cet acte illégal était déjà prévisible lorsque le procureur de la République d’Uludere a commencé à enquêter sur les familles dès le premier jour après le massacre, au lieu de rechercher les auteurs et de les traduire en justice. Celui de la Cour constitutionnelle a été le dernier d’une série de rejets qui a commencé à Uludere. L’enquête sur le massacre a également été classée sans suite par ce tribunal pour « absence de documents ». Malheureusement, bien qu’il y ait eu violation du droit à la vie, la CEDH a également pris une décision politique, soulevant divers problèmes techniques et n’acceptant pas Après la tentative de coup d’État du 15 juillet, après que les juges qui ont classé l’affaire aient été jugés et condamnés dans le cadre de la procédure contre les partisans de Gülen, nous nous sommes à nouveau tournés vers le parquet de Diyarbakır. il a décidé de ne pas être responsable et a renvoyé l’affaire au procureur d’Uludere. Là encore, la décision a été prise de ne pas poursuivre la procédure. pas plus loin. Dans un tel système juridique, qui n’agit que dans l’intérêt des dirigeants, nous, en tant que familles de Roboski, essayons de lutter pour la justice. »

Roboski qualifié d’ « erreur »

Encü a rappelé qu’un sous-comité Uludere était en cours de création au sein de la Commission des droits de l’homme du Parlement à cette époque. Cependant, l’AKP était majoritaire dans la commission de huit membres, et le résultat de ce comité a servi de justification à la justice déjà inactive. Malgré la résistance du HDP et du CHP, le massacre a été de facto légitimé dans le rapport de la Commission comme une « erreur ». Ce rapport a également eu un impact évident sur le système judiciaire.

En revanche, le frère de Ferhat Encü, Veli Encü, est toujours en prison, et les proches des victimes du massacre sont traduits en justice sous divers prétextes et sanctionnés par des peines. C’est ainsi qu’ils sont réduits au silence depuis dix ans.

Les familles ont fait appel devant la Cour constitutionnelle en février 2021 et devant la Commission des droits de l’homme des Nations Unies en octobre. Encü dit qu’ils attendent les réponses de ces institutions pour le moment.

Encü a commencé à être activement impliqué dans la politique après le massacre. Il explique : « Les souffrances ici n’ont pas commencé avec Roboski. Il y a eu tellement de massacres. Nos villages ont été évacués, il y a des arrestations et des tortures tous les jours. J’étais une personne politisée à cet égard. J’ai toujours lutté contre l’injustice, mais après le massacre, je me suis activement impliqué dans la politique. Je suis entré dans un processus actif et plus combatif pour m’assurer qu’il n’y aura plus de massacres dans ce pays et que ceux qui ont perpétré ce massacre seront tenus pour responsables. »

« Il est temps d’y mettre un terme »

Encü avertit que la politique d’impunité est devenue une forme de règle dans ce pays. Cette politique a non seulement prévalu depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP, mais a été dirigée contre les Kurdes et d’autres identités tout au long de l’histoire de la république. Aucun massacre n’est poursuivi, dit Encü ajoutant : « Nous voyons que dans l’acquittement des ‘biens’ qui ont commis un attentat à la bombe contre la bibliothèque Umut à Şemdinli, nous le voyons dans l’acquittement des équipes de contre-guérilla responsables des personnes tuées par des auteurs « inconnus », nous le voyons dans la politique de dissimulation dans les procédures pour les massacres d’Ankara et de Suruç et nous le voyons dans les souffrances que la famille Senyaşar a vécues. Nous avons vu l’impunité devenir une forme de gouvernance contre notre peuple qui furent brûlés vifs dans les caves de la mort de Cizre ou dont la mère, Taybet, a été tué et laissé dans la rue. On le voit dans tous ces innombrables massacres… Ce qu’on va faire ici, c’est combattre encore plus cette mentalité et faire preuve d’encore plus de solidarité. Il est nécessaire de chasser cette mentalité odieuse de cette terre. Sinon, nous serons probablement confrontés à de nouveaux massacres. Comme l’histoire se répète, il est nécessaire d’arrêter cette roue et de parler. La paix, la démocratie, la liberté et l’égalité doivent maintenant prévaloir dans ce pays. »

 
*Qu’est-ce que le kolbarî?
 
Condamnés à la pauvreté par les États occupant le Kurdistan, des milliers de civils kurdes travaillent comme kolbars pour gagner leur vie dans les zones frontalières de l’Iran, de l’Irak et de la Turquie.
 
Les Kolbars / Kolbers sont les personnes qui transportent différents types de marchandises sur leur dos ou utilisent parfois des mules à travers les frontières. Si les marchandises ne sont pas les leurs, ils reçoivent en échange un salaire insignifiant du propriétaire des marchandises pour ce travail dangereux et épuisant physiquement.
 
Selon des statistiques officieuses de mars 2020 à mars 2021, le nombre de kolbars dans les provinces frontalières occidentales est de plus de 70 000 personnes. La majorité des Kolbars sont originaires du Kurdistan de l’Est, Rojhilat ou le Kurdistan d’ « Iran ».

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici