Le Parlement européen lance une campagne de solidarité avec les députés persécutés dans le monde

0
534
Le Parlement européen a lancé une campagne de soutien aux députés persécutés dans le monde pour leurs actions politiques. Parmi les députés cités par le Parlement européen, il y a plusieurs députés du parti « pro-kurde » HDP emprisonnés en Turquie.
 
A travers la campagne « Solidarité avec les parlementaires », le Parlement européen (PE) cherche à attirer l’attention sur la situation des députés qui subissent des pressions, des menaces et des violations en raison de leurs actions politiques.
 
Dans le cadre du projet récemment lancé, l’ancienne coprésidente du HDP, Figen Yüksekdağ, qui est emprisonnée et dont l’adhésion au parlement a été révoquée, la députée de Hakkari Leyla Güven, le député de Diyarbakır Musa Farisoğlulları et le député de Kocaeli Omer Faruk Gergerlioğlu, ainsi que les députés qui ont subi des processus similaires aux Philippines et à Hong Kong, seront suivis par les députés européens et leur statut actuel sera informé au PE.
 
Le député du groupe de gauche du PE Chris MacManus suivra de près la situation de Figen Yüksekdag ; Le député du Groupe de gauche du PE Nikolaj Vilmussen de Leyla Güven, le député du Groupe des socialistes et démocrates du PE et rapporteur pour la Turquie Nacho Sanchez Amor d’Ömer Faruk Gergerlioglu, et le député du Groupe de gauche des Verts du PE Jordi Sole de Musa Farisoğluları.
 
Elus directement par les citoyens, les parlementaires jouent un rôle fondamental dans le renforcement et la consolidation de la démocratie. Par leur travail dans les parlements, ils permettent une défense plus efficace des droits de l’homme et de l’état de droit. C’est à travers le programme Solidarité avec les parlementaires que le Parlement européen entend assurer une meilleure protection de leurs droits, alors que de nombreux parlementaires dans le monde sont en danger en raison de leurs positions politiques.
 
Découvrez ci-après les jumelages mis en place, les enjeux pour ces parlementaires et les actions que les députés entreprennent pour les soutenir.
 
Hannah Neumann soutient Sarah Elago, députée philippine harcelée
 
Sarah Elago est la première femme représentante de la liste du parti des jeunes, KABATAAN (philippin pour les jeunes), à la Chambre des représentants des Philippines. Actuellement à son deuxième mandat et membre de 13 comités de la Chambre, elle est la plus jeune du conseil d’administration du Comité des législateurs philippins sur la population et le développement.
 
Sarah Elago est particulièrement active dans la promotion d’une législation et d’un contrôle sur la protection des soins de santé accessibles et de qualité, ainsi que les droits et le bien-être des personnes handicapées. Elle est également déménageur-bénévole au sein du Tulong Kabataan Relief Network, distribuant de la nourriture et de l’aide essentielle aux victimes de catastrophes et à leurs efforts de reconstruction.
 
Critique du régime de Duterte, Sarah Elago a fait l’objet de tags rouges et de désinformation reçue de la police et de l’armée. Elle a déposé des plaintes auprès de la Commission des droits de l’homme et du Bureau national des enquêtes. Elle a été victime de discrimination fondée sur le sexe et la cible fréquente de désinformation et de propagande toxique, notamment à travers la publication d’une fausse vidéo de sexe qui a été partagée sur plusieurs sites Web.
 
Raphael Glucksmann défend Nathan Law, le plus jeune député de Hong Kong
 
Nathan Law est un homme politique et militant des droits humains de Hong-Kong. Il est l’un des fondateurs du parti politique Demosistōn et est devenu en 2016 la plus jeune personne à être élue membre du Conseil législatif, le parlement de Hong-Kong.
 
En 2014, Nathan Law faisait partie du Mouvement des parapluies, une manifestation pacifique à Hong Kong pour exiger des élections plus transparentes. Condamné à plusieurs mois de prison pour son rôle lors des manifestations de 2014, il est resté très actif en tant que défenseur des droits et libertés fondamentaux consacrés dans la déclaration commune sino-britannique et dans la loi fondamentale de Hong-Kong.
 
Suite à l’adoption par la Chine, le 30 juin 2020, de la nouvelle loi sur la sécurité applicable à Hong-Kong, qui autorisait entre autres l’emprisonnement arbitraire de dissidents et l’extradition vers la Chine continentale, il s’est exilé au Royaume-Uni, où il a obtenu l’asile.
 
Depuis l’Europe, il continue de défendre les droits civils et politiques des citoyens de Hong-Kong et d’attirer l’attention sur le sort des dissidents sous la domination chinoise.
 
Chris MacManus soutient Figen Yüksekdağ
 
Figen Yüksekdağ est membre du Parti démocratique des peuples (HDP). Née en 1971, elle fait partie du mouvement socialiste depuis sa jeunesse. En raison de ses activités politiques, elle a été arrêtée en 2009. Peu de temps après, en 2010, elle a assumé le rôle de présidente de l’Ezilenlerin Sosyalist Partisi (Parti socialiste des opprimés).
 
Elue co-présidente du HDP en juin 2014, elle est devenue membre du Parlement turc en 2015. Elle a été arrêtée en 2016 pour propagande terroriste présumée, ce qui a conduit à la levée de l’immunité parlementaire. L’année suivante et pour les mêmes raisons, elle est privée de son mandat parlementaire. Yüksekdağ et 108 membres du HDP ont été jugés collectivement pour propagande terroriste, entraînant 37 condamnations à perpétuité.
 
Figen Yüksekdağ est actuellement détenue dans la prison de haute sécurité de type F, un établissement fortement dénoncé dans plusieurs rapports d’ONG pour des violations des droits humains. Elle a été soumise à des mauvais traitements en raison de son identité politique et a reçu des sanctions disciplinaires pour avoir réagi contre les mauvais traitements.
 
Nikolaj Villumsen se solidarise avec Leyla Güven
 
Leyla Güven est une femme politique kurde qui a consacré sa carrière politique au sort de la communauté kurde de Turquie. Née en 1964, elle a commencé sa vie politique au sein du Parti de la démocratie populaire (Halkın Demokrasi Partisi, HADEP), considéré comme pro-kurde et interdit en 2003.
 
Elle a été élue maire de Kucukdikili à Adana en 2004 et de Viransehir Urfa en 2009. En tant que maire de Kucukdikili, elle s’est fait connaître pour défendre les droits des femmes. Elle a été emprisonnée pour la première fois en 2009 pour son activité politique, dans le cadre d’une large répression des politiciens kurdes. Elle est restée en prison pendant quatre ans. Elue députée en juin 2018, elle a été emprisonnée pour avoir critiqué l’opération « Rameau d’olivier », l’intervention militaire turque en Syrie.
 
Libérée en janvier 2019, elle a vu son immunité parlementaire levée en juin 2020, aux côtés d’autres membres du HDP. En décembre 2020, elle a été accusée de liens avec une organisation terroriste et condamnée à 22 ans de prison, où elle demeure toujours.
 
Nacho Sanchez-Armor défend Ömer Gergerlioğlu
 
Né en 1965, Ömer Gergerlioğlu est membre de la Grande Assemblée nationale turque, élu en 2018 pour le Parti démocratique des peuples (HDP).
 
Peu de temps après son élection, la justice turque l’a poursuivi pour avoir retweeté en 2016 un tweet du PKK. Le PKK étant classé comme organisation terroriste, il a été accusé de propagande terroriste et condamné en 2018 à deux ans et six mois d’emprisonnement, condamnation confirmée par la Cour de cassation en février 2021. Par conséquent, il a vu son immunité parlementaire levée. en mars 2021.
 
À la suite de ces événements, il a été agressé physiquement alors que la police faisait une descente à son domicile et a dû être brièvement hospitalisé. En juillet 2021, la Cour constitutionnelle turque a jugé que ses droits civils et politiques avaient été violés et lui a rendu sa liberté et son appartenance parlementaire. Malgré sa liberté et son mandat rétablis, Ömer Gergerlioğlu subit toujours des menaces et du harcèlement.
 
Jordi Solé défend Musa Farisoğullari
 
Musa Farisoğullari est un homme politique kurde et membre du Parti démocratique des peuples (HDP). Né en 1956, il a travaillé comme professeur d’allemand à Diyarbakir. En raison de son implication dans l’organisation syndicale des enseignants, il a été licencié en 1991 et à nouveau en 1997, ce qui a conduit au début de sa carrière politique.
 
En 2009, les autorités turques l’ont arrêté ainsi que plusieurs autres membres du Parti de la société démocratique et les ont accusés d’appartenir au KCK (Koma Civakên Kurdistanê – une organisation faîtière de plusieurs partis et associations kurdes). Musa Farisoğullari a passé neuf ans en prison.
 
En 2018, il a été élu à la Grande Assemblée nationale de Turquie en tant que membre du HDP. En juin 2020, cependant, une nouvelle décision l’a contraint à la garde à vue pour l’exécution du reste de sa peine. Il a ensuite été envoyé à l’établissement pénitentiaire fermé de type D de Diyarbakır et après 22 mois, les autorités turques l’ont transféré à la prison de haute sécurité de Diyarbakır.
 
Alors que Musa Farisoğullari était en prison, un procès public a été déposé contre lui avec l’allégation d’ « être membre d’une organisation illégale », étant membre du Congrès de la société démocratique. Cette affaire est toujours en cours.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici