Une députée interroge le gouvernement suisse sur l’utilisation par la Turquie d’armes chimiques contre les Kurdes

0
560
SUISSE – La députée suisse, Brigitte Crottaz a déposé une motion devant le Conseil fédéral sur l’utilisation par la Turquie d’armes chimiques contre des combattants et des civils kurdes au Kurdistan du Sud, au Rojava ou encore au Kurdistan « turc ».
 
« Dans sa stratégie de politique étrangère 2020-2023, le Conseil fédéral souligne le conflit interne de la Turquie avec le peuple kurde et considère qu’un ‘dialogue critique et constructif’ avec le pays doit se poursuivre », a déclaré Crottaz qui a posé les questions suivantes au Conseil fédéral :
 
Le Conseil fédéral est-il au courant de l’utilisation par la Turquie d’armes chimiques contre les régions dominées par les Kurdes en 2021 ?
 
– Comment la Suisse garantit-elle le respect des traités d’interdiction des armes chimiques qu’elle a signés, notamment dans la région ?
 
– Quelle est l’appréciation du Conseil fédéral concernant les méthodes de guerre utilisées par la Turquie dans ses conflits internes et externes contre la population kurde ?
 
– Le Conseil fédéral peut-il transformer le centre de compétence NBC – Demunex [Centre de compétences NBC-DEMUNEX – nucléaire, biologique, chimique, dé-minage et d’élimination des munitions non explosées – basé à Spiez et qui dirige la défense NBC et le commandement DEMUNEX] de l’armée suisse en un centre de révélation des faits ?
 
– Comment le Conseil fédéral envisage-t-il les voies d’une paix durable dans les régions dominées par les Kurdes ?
 
– Comment le problème des mauvais traitements infligés aux Kurdes en Turquie et dans les zones à majorité kurde proches de la frontière turque est-il abordé dans le cadre des relations diplomatiques entre la Suisse et la Turquie ?
 
La députée a rajouté qu’ « en 2021, les médias internationaux ont rapporté que l’État turc avait utilisé des armes chimiques dans son conflit avec le peuple kurde. En 2019, la Turquie a également fait l’objet d’une enquête de l’Organisation des Nations Unies pour l’interdiction des armes chimiques pour la même raison. Il est généralement connu que la Turquie a adopté des méthodes d’oppression et de guerre extrêmement violentes contre le peuple kurde sur son territoire ou en Syrie (Rojava) et en Irak (Bashur). En réalité, la répression et l’oppression de la Turquie suppriment systématiquement la possibilité d’une paix véritable avec la population kurde. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici