TJA: Les femmes tisseront une nation démocratique

0
97
TURQUIE / BAKUR – L’organisation faîtière des femmes kurdes au Kurdistan du Nord, « Tevgera Jinên Azad » a publié un communiqué à l’occasion du 6e anniversaire de sa création, déclarant que les femmes tisseront une nation démocratique et que tous les peuples opprimés triompheront.
 
Voici le communiqué du Mouvement des femmes libres (Tevgera Jinên Azad – TJA)
 

« Notre histoire est celle de la résistance. Cette résistance, ce combat, où l’inouï hurle comme assourdissant, où l’indicible devient la vérité et se dresse devant nous, est étroitement lié au travail et à la vie de femmes telles que la Déesse Lilith, Ekin Wan à Varto, Zarife à Dersim, Mère Taybet [Inan] à Silopi, Beritan à Lelikan, femmes disparues à Şengal et Afrin, et Sakine [Cansiz] dans le cachot d’Amed…

L’un des plus grands triomphes de notre lutte est notre refus de nous plier aux politiques d’oppression et d’intimidation. Le mouvement des femmes kurdes a levé le voile du génocide et de l’assimilation imposé sous le nom d’état d’urgence le 20 novembre 2016 (…) avec la participation de nombreuses femmes de valeur du Kurdistan, de Turquie et des organisations de femmes du monde.

La lutte des femmes kurdes, qu’on a voulu réduire au silence et invisibiliser par la mentalité patriarcale moniste, grandit avec l’héritage honorable de la résistance des femmes hérité par TJA. Les femmes, qui ont été les pionnières les plus vigoureuses de la résistance et de la transformation sociale tout au long de l’histoire coloniale, ont également été la force dominante de la lutte sociale en tant que bâtisseuses de la solidarité et de la vie commune face à la tyrannie du pouvoir. La civilisation d’État, en volant et en détruisant les lois morales et politiques qui sont au cœur d’une société, a endommagé l’histoire des femmes et assuré la continuation de l’existence à dominance masculine.

Pourtant, les femmes refusaient d’accepter « l’identité féminine » qui leur était imposée et continuaient la lutte de plusieurs manières et avec des méthodes comme la « première révolution de la plus ancienne colonisée ». Les femmes se sont battues pour leurs droits civils les plus élémentaires dans toutes les sphères de la vie, des rues aux prisons, des usines aux champs, des écoles aux assemblées, contre toutes les formes de brutalité, d’inégalité et de mépris de leur existence. Même si elles ont été exposées à des attaques répétées de l’État dominé par les hommes, les droits que les femmes ont acquis tout au long de l’histoire de la résistance perdurent avec la force et la solidarité qu’elles ont acquises au cours de l’histoire de la lutte.

Aujourd’hui, alors que des formes de violence telles que le harcèlement, le viol et les abus se sont systématisées et transformées en féminicide, les politiques sexistes du bloc fasciste AKP-MHP ont intensifié ce massacre et l’ont transformé en une menace sociale. Les institutions pour femmes ont été fermées, les femmes seraient saisies par des administrateurs, et chaque femme politique impliquée dans le mouvement pour la liberté des femmes a été menacée de peines de dix ans de prison. Cette politique d’intimidation découle de la peur des femmes de l’État dominé par les hommes, ainsi que du fait que les femmes représentent une dynamique clé dans la transition sociopolitique. Le gouvernement, qui attaque les femmes dans de multiples directions, avec des politiques de santé qui interfèrent avec les autonomies corporelles des femmes, le système éducatif qui aggrave les inégalités entre les sexes et les fatwas religieuses qui font des femmes des cibles, a fait face à la résistance de la solidarité des femmes qui ne quitte pas la rue pour un moment.

La mentalité étatique à prédominance masculine, qui a transformé de nombreuses méthodes d’attaque et d’oppression en un concept de guerre spéciale contre la tyrannie sur le territoire du Kurdistan, a choisi des moyens tels que l’arrestation, la détention et la terreur lorsqu’ils ne pouvaient pas obtenir de résultats face à l’histoire lutte du mouvement des femmes libres.

Le fait qu’ils aient essayé de nombreuses fois mais qu’ils aient toujours échoué démontre que leurs trônes, qu’ils ont construits sur le déni de la vérité, tomberont sans aucun doute. En tant que femmes qui recherchent la vérité et la liberté dans l’histoire de la résistance, nous rappelons une fois de plus l’esprit dominé par les hommes à l’occasion du 5e anniversaire de la fondation du TJA : les femmes triompheront. Les Kurdes, comme tous les peuples opprimés, gagneront. Nous, les femmes, tisserons une nation démocratique avec la perspective de la « troisième voie ». La vie libre n’est pas un choix ; elle deviendra le mode de vie standard dans la société en raison de notre résistance. Dans les prisons, les rues, les maisons, les montagnes et les plaines, le désir des femmes du monde entier luttant pour une existence libre triomphera. Notre combat triomphera. 

Bijî tekoşîna jinên azad

Jin jiyan azadi !

(Vive la lutte des femmes libres

Femme, vie, liberté) »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici